Behind Closed Doors

Partagez | 
 

 [Flashback] Run away through Beijing streets ~ Yu Wan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

GoldStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: [Flashback] Run away through Beijing streets ~ Yu Wan   Sam 13 Oct - 23:16

tenue

La journée avait bien commencée. Malgré que je fusse réveillé tôt, la journée avait été pas mal. J’avais passé la majorité de ma journée dans la salle d’entraînement, entraînant ma voix. Je chantais bien, c’était indéniable, mais rien ni personne n’est parfait. M’entraînant surtout seul, j’avais aussi un peu chanté avec MingXian, aimant recevoir des critiques pour être capable de m’améliorer. Je l’avais aussi écouté avec attention jouer de la guitare, adorant le son de cet instrument. Seulement, d’un naturel très gauche, je n’avais aucun talent - bon, plus que le commun des mortels mais tout de même - en danse et je ne jouais d’aucun instrument de musique. Ce n’est pas comme si ça me dérangeait, mais j’aimais beaucoup écouter mon bon ami en jouer. Bref, la journée avait été tranquille et agréable, surtout si on comparait au dernier mois. La tournée ASE avait drainé toute mon énergie, m’avait exténué autant physiquement que mentalement. Avec un concert aux deux jours pratiquement, dans toute l’Asie, des répétitions qui n’en finissaient plus et tout le reste, je restais franchement épuisé de ce mois où je n’avais pas eu d’instant pour me reposer, ce qui était pareil pour beaucoup en fait. J’avais adoré la tournée, réellement, comme toutes les précédentes, seulement, j’avais besoin de repos. J’étais donc rentré à l’appartement plus tôt que d’habitude, me disant que j’allais m’installer devant un bon drama en allait m’endormir de suite après, comme mon corps semblait épuisé. Après un souper léger, je m’installai devant la télévision pour écouter des dramas. C’était mon petit secret, j’adorais écouter des dramas, surtout les tout mignon avec plein de guimauves. Bref, peu importait, j’étais bien caler dans le sofa.

Il commençait à se faire tard. Ou, du moins, le ciel s’était assombri pour devenir couleur encre et l’horloge affichait vingt-deux heures passées. Seulement, avec la tournée d’été, j’étais devenu habitué aux nuits courtes. Et donc, assis dans le salon, je fixais le plafond. La nuit allait être vraiment longue. Je ne me sentais pas particulièrement fatigué, seulement, il était trop tard pour que je retourne m’entraîner. Et puis, j’avais écouté tous les épisodes du drama qui me faisait envie en ce moment. J’étais donc assis sans rien faire de très constructif, des écouteurs dans les oreilles. Je somnolais à moitié en fait, incapable de m’endormir définitivement. Finalement, j’attrapai mon téléphone et envoyai un message à Hisae, histoire de savoir si elle était encore réveillée. Au final, je me levai sous le regard instant de MingXian qui semblait me demander ce que j’allais faire. Je ne fis qu’hausser les épaules et enlevai les écouteurs de mes oreilles pour ranger mon mp3 dans la poche de mon pantalon. J’allai dans ma chambre où je pris simplement une veste. « Bon, je sors. Je rentre plus tard. » Plus tard était assez difficile à définir, surtout qu’il commençait déjà à être tard. Mais j’étais un grand garçon, j’avais le droit de faire ce que je voulais, tant et aussi longtemps que j’étais en forme le lendemain matin. J’attrapai mon skate puis sorti de l’appartement des Man Yue. Je faisais du skate depuis que j’étais arrivé en Chine. C’était un des trainees qui m’avaient appris - il était, accessoirement, mon ami du même coup -. Je tenais fermement ma planche, sortant hors du bâtiment où se trouvait les résidences des groupes d’idoles masculins pour aller vers celui des dortoirs des trainees. Je restai à l’extérieur, faisant le tour du bâtiment jusqu’à arriver sous une fenêtre. Je déposai ma planche au sol et pris quelques roches.

Balançant les roches contre la fenêtre, j’attendis qu’un visage connu apparaisse à la fenêtre. « Hey, Wan ! Ramène ton cul en bas, on va aller faire un tour en ville. » Je lui pointai, du même coup, mon skate qui gisait à mes pieds. Si, il était environ vingt-deux heures et quart, et moi, j’avais décidé que j’allais faire du skate en ville. Brillante idée. Je dus cependant avoir l’air convaincant car il hocha de la tête avant de disparaitre de la fenêtre. Il était encore trainee et je me demandais vraiment ce qu’il attendait pour passer les auditions pour un groupe. Pour ma part, j’étais idole depuis déjà quatre ans. J’avais à peine quinze ans lorsque je suis attérit en Chine pour débuter chez les Man Yue, un groupe exclusivement basé sur la voix. Au vu de mes piètres performances en danse, c’était le seul groupe où j’aurais pu réellement performer. J’attendis dehors alors qu’un vent frais s’installait. Il ne faisait pas froid, mais, à cause des journées trop chaudes qu’il y avait eu ces derniers jours, ce petit vent me fit frissonner. J’attendis patiemment, reprenant dans ma main droite mon skate. Et voilà que je vis une ombre se découper du décor pour voir finalement apparaitre mon ami et mon mentor dans l’art que de rouler sur une planche. Je lui adressai un signe de main alors qu’il s’approchait de moi. Je vins à sa rencontre, faisant quelques pas. « Bon, en fait, avant que tu poses la question, je n’arrivais juste pas à relaxer. Les contrecoups de la tournée. Donc, tu vas devoir supporter ma présence et venir déambuler dans les rues de Beijing au beau milieu de la nuit. » Le tout avec un large sourire. Je lui ébouriffai les cheveux même s’il mesurait quelques centimètres - trois ou quatre - de plus que moi. Puis, j’embarquai sur ma planche en souriant. « Bon, tu viens ? » Je la fis avancer lentement au début puis, une fois en équilibre, j’accélérai pour sortir du terrain de l’ASE, m’assurant que personne ne nous avait repérés. Parce que l’heure limite du couvre-feu était déjà passée. Mais c’était toujours plaisant que de vivre dans le risque. Surtout que, gamin insouciant que j’étais, ça ne me dérangeait pas tant que ça. « Bon, tu as envie qu’on aille quelque part en particulier ou on va là où le vent nous mène ? » lui demandais-je. Parce que, franchement, je n’avais pas d’idée précise. J’avais seulement eu l’envie, à dix heures passées, que de me détendre en faisant un peu de skate et en discutant avec un bon ami.

_________________


♥️ Some people need love. But I only need you

Loving you destroyed me. But I can't do anything else
There's always a certain line in a song that always remain in your thoughts, because it reminds you of a place, a moment or a person. Or her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


My little secrets
MessageSujet: Re: [Flashback] Run away through Beijing streets ~ Yu Wan   Dim 21 Oct - 23:30


Tenue

Allongé sur le lit, les pieds contre le mur, les yeux rivés vers le plafond, les écouteurs enfoncés dans les oreilles, le volume au maximum, qu'attendais-tu ? Rien de précis, juste qu'on te sorte de ton ennui. Cela faisait un moment que vous étiez rentrés de l'entraînement le groupe et toi, le couvre-feu approchant à grands pas. Vous aviez dû rentrer, pour ton plus grand malheur. Tu serais resté là-bas, à chanter pendant des heures, tu y aurais même passé la nuit si tu l'avais pu. Mais, à la place, tu étais là, à soupirer, pour la énième fois, depuis que tu avais posé tes fesses sur son ton lit.

En fait, ce n'était même pas le tien. C'était celui de ton camarade de chambre et ami d'enfance Lu Chen. Tu avais bêtement pensé qu'il aurait pu te distraire. Mais ne jamais sous-estimer le pouvoir d'une console de jeux. Surtout sur Lu Chen. Tu demandais parfois comment il pouvait y rester scotché aussi longtemps. Alors ce soir là, tu avais tenté, tant bien que mal de le décrocher de sa machine mais c'était aussi impossible que de te faire descendre de ton skate en fait. C'est-à-dire : peine perdue ! Tu avais quand même essayé, en lui enfonçant des doigts dans les côtes et même dans la joue. Sa réponse ? Il t'avait dégagé de son lit avec ses grandes jambes de girafe ! Tu avais donc laissé ton vieil ami en tête à tête avec le grand amour de sa vie.

Le résultat avait été à peu près le même avec tout le monde. Tous étaient occupés d'une manière ou d'une autre et toi, tu es toujours... à ne rien faire. Tu étais donc retourné dans ta chambre et tu t'étais complètement affalé sur ton lit, les pieds sur le mur, les yeux scrutant la moindre chose sur le plafond, rien qu'une fissure, une tâche, qui aurait pu t'offrir un semblant de distraction. Mais rien, le néant total. À ce moment-là, même une mouche aurait pu te convenir. C'était peu dire ton niveau d'ennui à cet instant précis.

Tu avais laissé le temps couler, pensant que tu finirais par t'endormir d'ennui. Malheureusement, Morphée ne t'avait pas fait ce cadeau. Tu allais finir par devenir fou à rester là sans rien faire. Et ce n'était sûrement pas Lu Chen qui t'aiderait. Il n'avait pas bougé lui non plus, toujours actionné à sa PSP. Peut-être que tu devrais t'y mettre toi aussi... Mouais, non. Tu préférais passer tes moments de liberté à vagabonder sur ton skateboard en dévalant les pentes. Tu n'avais jamais d'itinéraire en tête, tu te laissais juste guider par ce qu'il y avait autour de toi. Trop de gens dans une rue, tu prenais la direction opposée. Des escaliers, tu glissais sur la rampe sans jamais te freiner. Une pente, tu filais à toute vitesse. Il était impossible de t'arrêter.

Mais le couvre-feu était maintenant passé, impossible pour toi de sortir. Tu aurais été même prêt à en faire dans les couloirs. Oui, tu étais prêt à tout. Même à emmerder ton ami jusqu'à ce qu'il daigne enfin t'accorder un peu de son précieux temps. Mais, pour cela, il aurait déjà fallu lui arracher la console des mains. Et honnêtement, tu en avais déjà fait l'expérience. C'était aussi dur que de faire arrêter la cigarette à Li Jiao, ta seconde sœur. Elle avait tenté à de nombreuses reprises mais c'était plus fort qu'elle. Mais elle ne fumait jamais devant sa fille, c'était les seuls moments où elle n'avait pas une clope dans le bec. Lu Chen était comme ta sœur. Un addict. Mais, tu n'étais pas forcément mieux.

Tu avais réellement pensé à un moment à passer à l'attaque. Tu avais retiré tes écouteurs et tu t'étais redressé. Heureusement, comme Lu Chen comme pour toi, tu n'aurais pas besoin de l'arracher à son amoureuse. Tu fus interrompu dans ta lancée par un bruit sur le carreau de la fenêtre de ta chambre. Un premier coup d'abord. Puis un deuxième, un peu plus fort.

Curieux, tu te dirigeas vers la fenêtre et l'ouvris. C'est non sans surprise que tu découvris ton ami Kuma. Tu n'eus pas eu vraiment le temps de lui demander ce qu'il faisait ici à cette heure-là qu'il te l'annonça tout sourire : 
« Hey, Wan ! Ramène ton cul en bas, on va aller faire un tour en ville ! » et te montra du bout du doigt son skate qui gisait à ses pieds.
Il ne fallut pas longtemps pour comprendre ce qu'il voulait et pour que tu acquisses, trop heureux de sortir enfin de ton ennui mortel. Tu as refermé la fenêtre, attrapant par la suite une veste, ta casquette -tu ne sortais jamais sans, qu'il fasse nuit, qu'il pleuve, qu'il vente- et ton skate, sans oublier d'enfiler tes converses.

Mais pour toi maintenant, c'était mission commando : échapper aux surveillants qui faisaient leurs rondes dans les couloirs pour vérifier que chacun des résidents ne se baladait pas dans les couloirs après le couvre-feu. Tu n'avais pas pris la peine de prévenir ton ami, de toute façon, il serait encore sur sa console quand tu reviendrais. Tu étais donc sorti de ta chambre, refermant délicatement la porte pour éviter que le claquement ne résonne dans les corridors. Tu t'avançais jusqu'au bout du chemin, direction les escaliers. Tu n'en avais pas beaucoup à descendre mais suffisamment pour qu'on te choppe au bout de trois marches. Un coup d’œil à gauche, puis à droite. Personne à l'horizon. Tu as donc pris tes jambes à ton cou et a dévalé les escaliers aussi vite que tu le pus. A deux mètres de la porte de sortie, tu rases les murs, prenant garde au moindre bruit. Encore un mètre puis tu es finalement dehors, à courir vers là où Kuma t'attendait, rattrapant ta casquette au vol. Tu ralentis ta course, te retournant pour vérifier que personne ne t'avait suivi.

Tu aperçois ton ami au loin qui te fait de grands signes. À peine arrivé à sa hauteur qu'il te dit :
« Bon, en fait, avant que tu poses la question, je n’arrivais juste pas à relaxer. Les contrecoups de la tournée. Donc, tu vas devoir supporter ma présence et venir déambuler dans les rues de Beijing au beau milieu de la nuit.»
Il t'avait dit ça avec un grand sourire et en t'ébouriffant la tignasse. Tu remets tes quelques mèches rebelles en place avant de poser ta casquette sur ta tête avant de lui répondre :
« Ça ne me dérange pas le moindre du monde ! Je m'ennuyais comme un rat mort ! Et c'est pas avec tous ces lazy ass que ça allait changer... »
Tu ris légèrement en revoyant Yusheng, Kai et Chang Min, affalés par terre, paquets de chips à la main, en train de regarder un film. Tu serais bien resté, si le film t'avait plu.

Tu vois Kuma s'avancer : « Bon, tu viens ? » et il ne t'en faut pas plus pour le suivre. C'était le seul avec qui tu pouvais partager cette passion. Le seul aussi à avoir été assez fou pour te demander de lui apprendre à rouler sur une planche. Beaucoup abandonnaient dès la première chute, mais pas Kuma. Et pourtant, il y en avait eu des belles ! Mais, tu n'étais pas mieux. Il t'arrivait encore de tomber et de te récolter de belles ecchymoses toutes colorées.
« Bon, tu as envie qu’on aille quelque part en particulier ou on va là où le vent nous mène ?»
Tu roules à ses côtés, augmentant ta vitesse, faisant mine de réfléchir :
« I don't know. On verra bien ! Comme on dit, qui vivra verra ! »
Vous vous éloigniez des dortoirs, ne devant pas traîner plus longtemps dans les parages. Vous n'alliez pas non plus partir à perpète et vous retrouver à l'autre bout de la ville. Déjà, il vous fallait éviter les lieux trop bondés de monde. Ironique non, quand le pays dans lequel vous vous trouviez était la Chine. C'est pour ça que tu jetas un coup d’œil rapide à la tenue de ton ami. Pas franchement faite pour passer inaperçu tu devais te l'avouer.
« Dis donc Kuma, c'est pour moi que tu t'es fait beau comme ça ? »
Bah oui, Yu Wan n'était pas Yu Wan sans ses remarques à deux balles ! Tu rigoles un moment avant de reprendre :
« J'en suis flatté mais tu crois pas qu'on risque de te reconnaître dans la rue ? »
Toi tu n'avais aucun souci à te faire, tu étais encore trainee. Mais Kuma lui était idole, depuis quatre ans maintenant. Il était... facilement repérable et reconnaissable, surtout pour les fans déchaînées et Dieu sait combien il y en avait ! Et la dernière chose dont il avait besoin, c'était d'un scandale et que l'un comme l'autre, vous vous fassiez réprimander pour avoir fait le mur.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

GoldStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: [Flashback] Run away through Beijing streets ~ Yu Wan   Ven 26 Oct - 17:48

Un rire s’échappa de mes lèvres alors qu’il traitait son - futur - groupe de paresseux. C’était aussi un peu le cas de mon côté, compte tenu que l’on venait tout juste de rentrer de tournée. Mais tout le monde le savait, j’étais incapable que de ne rien faire. Ou enfin, si, je pouvais m’installer des heures devant la télévision à regarder un drama. Le seul problème, c’est que j’avais fini tous les dramas qui me tentaient réellement pour le moment. Donc, j’avais décidé de sortir, comme ils semblaient peu enclins quant à me tenir compagnie. Et puis, je savais que Wan n’aurait pas pu refuser mon invitation si tentante, soit celle que de sortir en pleine nuit pour aller faire du skate. Après tout, il avait été mon professeur, celui qui m’avait vu me vautrer au sol comme un débutant - ce que j’avais longtemps été - et il était celui avec qui j’aimais le plus aller me balader en ville. Entre lui et moi, ça avait simplement bien collé et on était devenu de bons amis. « Une chance que je suis là, hein ? Bon, tu viens ? » demandais-je alors que j’avais commencé à rouler doucement sur ma planche. Cela avait été un bel investissement, même s’il avait été témoin de mes magnifiques chutes. Des souvenirs cocasses dont j’aimais bien rire avec Wan en fait.

Lui demandant s’il avait une envie particulière, j’accélérai légèrement alors que mon ami venait se placer à mes côtés. J’hochai de la tête à sa réponse, prenant encore de la vitesse pour quitter le plus rapidement le terrain de l’agence. Parce que, bon, si l’on se faisait prendre à être dehors alors qu’il était facilement vingt-deux heures passées, on serait dans de beaux draps. Et on me dirait sûrement que j’étais un mauvais exemple pour la jeunesse, que Wan venait tout juste de débuter et que je devais cesser que de l’amener dans le côté sombre de la force. Manager ne cessait que de me réprimander sur mon manque de sérieux, sur le fait que je ne pensais qu’à m’amuser. Ce qui était faux. Je m’entraînais assidument et y donnais toujours mon cent pourcent. Seulement, il est peut-être vrai que je n’ai pas la même mentalité ou même maturité que les autres membres du groupe. Je suis encore jeune, de toute façon. Le plus jeune du groupe même. Nouvellement adulte, j’avais bien le droit que de vouloir sortir et m’amuser. Même si c’était chose qu’on me reprochait souvent. « J’espère vivre assez longtemps alors ! » Comme j’ajoutais ça, une roche vint se glisser devant mon skate, manquant de me faire tomber. Ce fut l’expérience, je présume, qui réussit à me garder sur deux pattes et à éclater de rire. J’espérais, effectivement, vivre assez longtemps.

Son commentaire me fit rire. J’y aurais bien répondu, s’il ne m’avait pas posé une question. Mais bon, une chose à la fois. J’étais Kuma après tout. Et je ne serais pas Kuma si je ne répondais pas à ses remarques à deux balles. « Tu sais bien que, si j’avais voulu me faire beau pour toi, je serais venu vêtu que d’un pagne. Parce que je sais combien tu aimes admirer mon magnifique torse. » Un rire franc franchit mes lèvres alors que l’on quittait le terrain appartenant à l’ASE. Nous étions officiellement libres dans la ville. Un sourire planait sur mes lèvres. Cela m’avait manqué, pendant la tournée, que de pouvoir flâner en ville avec mon superbe objet roulant que j’affectionnais particulièrement. Je finis par hausser les épaules. « Et puis, comme tu sembles porter beaucoup attention à ma tenu, sache que je porte du noir. Donc, facile à camoufler la nuit ! » Et oui, j’étais vêtu d’un jeans noir et d’un sans-manche de même couleur, avec, pour recouvrir mes épaules et les protéger de la fraicheur du soir, une simple veste en cuir. Je ne voyais pas en quoi cela faisait de moi quelqu’un de reconnaissable. Et puis, toutes les idoles avaient besoin d’un moment de détente. Et moi, j’avais besoin de sortir avec un bon pote à moi, tout simplement.

Cela m’amusait, que de parcourir les rues de Beijing sur mon skate. Surtout la nuit, parce que, le jour, c’était quasiment impossible. Il faut bien se le dire, Beijing est une ville peuplée et c’est l’enfer que de se déplacer en ville, le jour lorsqu’il ne fait ni trop chaud ni trop froid. Surtout en haute de pointes, lorsque la journée commence ou lorsque celle-ci fini. Quoique, j’y étais habitué, c’était à peu près la même chose que Tokyo. Cette ville-là aussi était vraiment peuplée et un amas de monde se bousculait dans les rues, trop pressé, toujours trop pressé. Je préférais donc sortir de nuit, lorsque le soleil était couché depuis environ deux heures, lorsque la majorité des personnes s’étaient enfermé dans leur appartement et que les rues se vidaient peu à peu. Il y avait encore des personnes, mais c’était bien moins pire que lorsque le soleil était positionné haut dans le ciel. « Il y a un skate park non loin d’ici en fait... Ce pourrait être sympa, neh ? » Wan était le seul avec qui je pouvais faire du skate à vrai dire, comme il était celui qui m’avait transmis la passion. J’avais été assez imbécile pour lui demander de m’apprendre. Et assez têtu pour poursuivre après m’avoir fendu la lèvre contre le sol dur. Manager m’avait lourdement réprimandé, comme je venais à peine que de commencer dans Man Yue. Mais j’étais encore jeune, à cette époque-là. Tout juste âgé de quinze ans, je venais de débarquer en Chine pour débuter dans le tout premier groupe de l’ASE. Ce fut tout qu’un choc, mais aussi une immense satisfaction que de savoir que j’avais partiellement réussi le but que je m’étais fixer, de savoir que j’approchais de plus en plus de mon rêve.

Je bifurquai donc à un coin de rue, me décidant que d’aller au skate park. Bon, je n’étais pas le meilleur ni le plus sécuritaire sur une planche à roulette, surtout lorsqu’il y avait des descentes plus ou moins à pic à proximité, mais j’étais quelqu’un qui aimait bien le danger. Ou, non, ce n’est pas le mot. Pas nécessairement que j’étais friand de sensation forte, mais disons plus que j’étais quelqu’un qui n’avait pas froid aux yeux. Voilà. Je jetai un coup d’œil à mon ami et un sourire moqueur apparut sur mes lèvres. « Cependant, quant à toi... Tu aurais tout de même pu te forcer. Ce n’est pas tout les jours que tu as la chance de passer une soirée avec moi. » Je lui tirai la langue, l’air moqueur. Prenant de la vitesse, j’essayai de sauter dans les airs et faire tourner mon skate. Sûrement parce que cela faisait trop longtemps et que j’étais rouillé, la planche roula quelques mètres plus loin alors que je réussis à me rattraper de justesse, ne faisant qu’atterrir sur le derrière plutôt que de m’étaler de tout mon long. « Bon, note personnelle, ne pas avoir trop confiance en nos moyens après deux mois d’inactivité. » J’éclatai tout de même de rire, comme la situation était bien marrante. Et puis, ce n’était pas la première fois que je tombais. Même que, souvent, c’était bien pire qu’une petite chute où je me retrouvais assis au sol, riant comme un débile.

_________________


♥️ Some people need love. But I only need you

Loving you destroyed me. But I can't do anything else
There's always a certain line in a song that always remain in your thoughts, because it reminds you of a place, a moment or a person. Or her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



My little secrets
MessageSujet: Re: [Flashback] Run away through Beijing streets ~ Yu Wan   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Run away through Beijing streets ~ Yu Wan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623
» [Flashback] Les cicatrices d’un passé douloureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: China - Beijing :: Autres Lieux :: Beijing-