Behind Closed Doors
2018 coucou les BCDiens ! J'ai vu que certains d'entre vous revenaient voir de temps en temps notre bon vieux forum, alors je me suis dit que j'allais vous faire un petit coucou.
J'espère que tout le monde va bien et que tout se passe bien dans votre vie ! ♡
J'vous aime fort et j'pense souvent à vous ! — Mizuki ❤️

Partagez | 
 

 [Flashback] Wait me, I'll be here soon ~ Kang Jae Hyuk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

GoldStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: [Flashback] Wait me, I'll be here soon ~ Kang Jae Hyuk   Ven 26 Oct - 22:22

tenue

Début septembre. Je n’aurais jamais cru qu’un mois puisse commencer aussi mal. Déjà que la graduation de MingXian et Yun avait été déclarée officielle, ce qui m’avait réellement bouleversé, il avait fallut que quelque chose vienne m’achever. Ou enfin, vienne achever le peu de moral qui me restait. Un texto. Jae Hyuk à l’hôpital. J’avais du mal à le concevoir. Les Haru avaient eu un accident. C’était difficile à avaler. Je n’étais pas particulièrement très proche du danseur, seulement, je m’entendais plutôt bien avec lui. Et puis, disons que cela m’avait fait drôle, la première fois que je l’avais rencontré, qu’il m’avoue m’admirer. Moi qui n’étais pas très vieux à cette époque, ça m’avait fait tout drôle. Je l’avais trouvé mignon et je l’avais vite traité comme tout le monde. Comme un vieux pote en fait. Parce que, pour moi, tous ceux qui étaient sympathiques, et bah, c’était des amis. Je traitais tout le monde de la même façon - ou presque -. Comme de vieux amis avec qui j’étais peut-être trop familier. Bon, il y avait quelques personnes avec qui cela différait, comme avec Miaka ou encore Hisae. Allez savoir pourquoi. Peut-être parce que l’une était ma meilleure amie et que je me rapprochais considérablement de l’autre pour rendre jalouse la première. Bref. Avec Jae Hyuk, j’avais agit pareil qu’avec les autres, tout simplement, ce qui avait créé une certaine amitié entre nous deux, même si l’on se voyait rarement.

Donc, pour en revenir au fait même, même si je n’étais pas particulièrement proche de lui, je m’inquiétais tout de même vraiment. Parce que bon, il était tout de même quelqu’un que j’appréciais et tous savaient que j’étais quelqu’un de particulièrement sensible. J’étais même un peu pleurnichard que diraient certains. Ce qui était sûrement vrai. J’étais affecté par tout ce qui me touchait de près ou de loin. Alors, nécessairement, savoir que Jae Hyuk venait d’avoir un accident avec son groupe, et bien, ça ne m’enchantait pas réellement. J’eus peut-être même un peu l’air morose toute la journée. À vrai dire, je ne savais pas comment réagir. Il était à l’hôpital, peut-être à l’article de la mort - bon, calme-toi - et moi, j’étais ici, à Beijing, bien loin de Séoul. Mais le pire, c’était sûrement que je ne pourrais pas y aller avant la semaine prochaine. Ça me décourageait. J’eus l’air sûrement très préoccupé pendant toute la semaine. Même pendant les entraînements, j’étais distrait. J’avais juste hâte à la fin de semaine et de sauter dans le premier avion venu, direction Séoul. Bon sang que la semaine s’était retrouvée à être longue. Vraiment trop longue. J’avais refais mes valises quatre fois tellement j’étais distrait et sur d’avoir oublié quelque chose. Finalement, ce fut dimanche matin que je fus libéré. Une journée plus tard que ce que j’avais prévu. Cela ferait bientôt deux semaines qu’il était hospitalisé. J’espérais juste que son état soit stable. Oui, en plus d’être sensible, j’ai tendance à paniquer un peu sur ce genre de sujet. J’avais donc réellement hâte que de m’envoler pour la Corée.

Ce fut une fois arrivée en territoire coréen que je me demandais ce que je devais faire. Mes valises. Je ne pouvais tout de même pas arriver à l’hôpital avec ma grosse valise qui avait assez de truc pour une semaine. Quoique... Je n’avais même pas envie que d’aller ailleurs. Je pris donc le premier taxi qui arriva, demandant de se rendre à l’hôpital. J’avais presque l’impression que, si je ne me dépêchais pas, il allait mourir dans la minute qui suivait. Je n’avais jamais été particulièrement proche de lui, mais, au fond, je l’appréciais beaucoup. Ne serais-ce parce qu’il avait sûrement été mon tout premier fan. Et puis, comme je l’ai déjà dit, je m’attache toujours très vite aux autres. Comme des vieux copains. Bon, certes, les liens que j’entretenais avec les Man Yue étaient sûrement beaucoup plus forts que celui avec Jae Hyuk - principalement avec Ming et Yun -, mais tout de même, j’accordais beaucoup d’attention à ceux qui faisaient parti de ma vie. Ils avaient tous leur importance, à des degrés différents. Finalement, le taxi s’arrêta devant l’hôpital. Je n’eus soudainement plus aucune envie de rentrer. Et de voir Jae Hyuk alité, sûrement avec des blessures apparentes du récent accident. Moi, sensible ? Sûrement trop que me dise les autres.

Cependant, je pris ma valise et descendit de la voiture. Oui, j’étais bien venu à l’hôpital avec ma valise. Je la trainais derrière moi tout en poussant les portes de l’entrée. Je me rendis bien vite compte que j’étais venu ici sans aucune idée quant au numéro de la chambre de mon ami. Félicitation. Et puis, comme il était idole, ils ne devaient pas donner le numéro de la chambre à n’importe qui. J’eus envie que d’aller m’assommer contre un mur, pestant contre mon idiotie et surtout le fait que d’avoir voulu venir ici trop rapidement, même si presque une semaine s’était écoulée avant que je puisse venir ici. Mais j’étais tellement inquiet et distrait que je n’avais pas pensé à ce genre de détail. Et j’étais maintenant immobile, au beau milieu de l’hôpital. Je me rendis simplement au comptoir d’information, demandant à la gentille dame de l’aide. Je devais prendre l’apparence de Kuma l’idole, le mec poli, patient, beau et charismatique. Parce que bon, le Kuma paniquer, trop familier et qui parle avec l’accent du Kansai, c’était celui que je gardais pour le hors public. « Bonjour » commençais-je avec un beau sourire. « Alors, j’aimerais bien savoir où se trouve la chambre de Kang Jae Hyuk. » « Impossible de le voir » trancha-t-elle.

J’inspirai profondément. Ne pas s’énerver. Je fouillai dans la poche de mon jeans et en sortis une carte d’identité. « Écoutez madame. Je suis un chanteur de la même agence que lui qui a fait le voyage depuis la Chine pour le voir. Donc, je veux le voir » insistai-je, passablement énervé. Elle inspecta ma carte. « Il est dans la cours, dehors. » Lui faisant un large sourire, je pris immédiatement la direction de la cours, traînant encore ma valise derrière moi. Dehors, il y avait plusieurs bancs et des routes tracés pour se promener. J’essayai de retrouver mon ami. Impossible. Ce fut que lorsque quelqu’un bougea que je le reconnus. Évidemment, de dos, je n’aurais jamais pu, mais maintenant qu’il était de profile. Ce fut le choc de ma vie. Et, comme si quelque chose avait coupé, j’étais désormais face à lui, ma valise à côté de moi, les deux poings sur les hanches. « Jae Hyuk ! » m’exclamais-je en l’apercevant. « Ils ont fait quoi à tes cheveux ? » me plaignis-je. Ses beaux longs cheveux étaient coupés courts. Ou enfin, aux épaules. Mais c'était trop court pour moi. Puis, je le serrai contre moi. En plus d’être terriblement sensible, j’étais aussi un ami très tactile. « Hors de question que de me refaire une peur comme celle-là. Compris ? »

_________________


♥️ Some people need love. But I only need you

Loving you destroyed me. But I can't do anything else
There's always a certain line in a song that always remain in your thoughts, because it reminds you of a place, a moment or a person. Or her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

BlueStar | Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: [Flashback] Wait me, I'll be here soon ~ Kang Jae Hyuk   Sam 27 Oct - 0:49




Wait me, I'll be here soon.

Au final, il était toujours tout seul.
Depuis qu'il avait été admis à l'hôpital le soir de l'accident, Jae Hyuk voyait beaucoup de visages. Les quatre premiers jours, il ne savait pas qui était venu le voir puisqu'il était plongé dans l'inconscience la plus totale. On lui avait dit que seule sa famille et le groupe avaient eu le droit de le visiter. Pour rien puisqu'il ne pouvait pas converser avec eux. Mais peut-être qu'ils étaient rassurés par son état de santé ? Les jours avaient été sûrement assez longs pour eux. La tension était à son comble dans la chambre du jeune homme. Il se souvint que quand il avait ouvert les yeux, c'était le visage d'Alexandre qu'il vit en premier, puis ses larmes. Il lui avait murmuré de ne pas pleurer, qu'il ne devait pas pleurer. Il était réveillé maintenant, alors inutile de s'inquiéter davantage, surtout son état de santé était calme. Il avait peut-être des difficultés respiratoires, mais sa vie n'était pas en danger. Une chance pour Jae Hyuk en vue de l'état du van des Haru. Il était sûr que tous les membres avaient eu une chance folle comparé à la gravité de la situation. Par cet incident, le planning du groupe devait être chamboulé. Surtout que le maknae avait pour obligation de rester hospitalisé trois semaines. Trois lourdes semaines à se battre contre lui-même.
Au début, s'habituer à la douleur était très difficile. Ses poumons le brûlaient et il se plaignait souvent de ses douleurs. Même la morphine, injectée à faible dose dans son bras gauche, ne l'aidait pas à le soulager. Il dormait mal. Alors il n'était pas étonnant de le retrouver endormi la journée. Les consignes étaient simples : Jae Hyuk devait être de repos total. Lui parler le moins possible, l'assister si nécessaire et le laisser dormir. C'était pour cela que les gens avaient beau passer, les visites n'étaient jamais longues. Parce que Jay s'épuisait très vite et de ce fait, il était difficile de lui parler, de tenir une conversation avec lui. Outre son pneumothorax douloureux, son bras droit lui faisait atrocement souffrir. C'était lui qui avait amorti l'impact. Sous les bandages, sa peau était criblée de bleus et d'écorchures. Jae Hyuk limitait ses mouvements avec son bras droit pour l'instant. Il attendait que la douleur se dissipe pour en faire un plein usage par la suite. Ce qu'il fallait retenir, c'était que la deuxième semaine de son hospitalisation était le signe de son bon rétablissement.

La semaine venait de débuter et Jae Hyuk fut autorisé pour la première fois à quitter sa chambre histoire de prendre l'air. Le jeune homme était plus que ravi de pouvoir enfin sortir de ces quatre murs blancs et de ce lit qu'il ne connaissait que trop bien désormais. Avec l'aide de plusieurs infirmières, il posa ses pieds au sol pour finalement s’asseoir sur une chaise roulante, encore faible pour pouvoir marcher de lui-même. On recouvrit ses jambes d'une couverture et on posa sur ses épaules son gilet pour le guider en silence vers la cour intérieure où quelques patients se relaxaient. Personne ne semblait le reconnaître. En même temps, avec le visage pâle, les cernes immenses sous les yeux et ses cheveux coupés grossièrement, qui aurait pu croire qu'il était Jay des Haru ? Il avait été guidé près d'un banc sous un arbre. A présent seul, Jae Hyuk se mit à regarder autour de lui. Personne ne s'approchait de lui. Certains patients discutaient entre eux, d'autres étaient avec des amis ou de la famille. Lui, il était seul. Toujours seul. Il savait qu'il ne devait pas trop en demander à ses proches. Ils étaient des Idoles avec un emploi du temps assez chargé et il était toujours honoré quand l'un d'eux faisait le déplacement pour prendre de ses nouvelles.
Son regard dériva vers le ciel. Qu'est-ce qu'il voulait sortir d'ici... Mais il savait qu'il était bien trop faible pour être relâché dans la nature, surtout que les journalistes et les fans allaient sûrement se jeter à son cou comme des prédateurs guettant sa proie. Non vraiment, ce n'était pas une bonne idée. Jae Hyuk se contentait de regarder les nuages quelques minutes avant de baisser sa tête vers ses bras. Autant l'un était dissimulé sous son gilet, autant l'autre restait sur l'accoudoir, la perfusion en évidence. Ça le grattait parfois mais il faisait en sorte d'oublier cette gène. Cette même perfusion était reliée à sa poche de morphine accrochée sur la tige métallique de la chaise roulante. Son souffle était lent, posé. Son masque toujours sur la figure, le maknae voyait défiler les minutes. Cette petite sortie lui faisait du bien mais il s'ennuyait vite. Il avait oublié son calepin où il écrivait quelques petites notes dessus, notamment son projet qu'il gardait jalousement secret : son photobook personnel. Il avait eu l'idée du concept durant sa convalescence et il avait hâte de le concrétiser. En attendant, les idées germaient dans sa tête, ce qui avait tendance à le faire sourire.

Et puis soudain, il sentit quelqu'un l'approcher assez rapidement. Jae Hyuk tourna la tête et vit un visage qui lui était familier. Aussitôt, sa bouche s'entrouvrit et il ne put sortir quelque chose. Fujiwara Kuma venait de le prendre dans ses bras après avoir constaté ses dégâts. « Jae Hyuk ! Ils ont fait quoi à tes cheveux ? Hors de question que de me refaire une peur comme celle-là. Compris ? » Étonné, le jeune homme se laissa étreindre avant de sentir une légère douleur au thorax. De son bras gauche, il serra comme il put son ami avant de se détacher doucement, se retenant de grimacer de douleur. Il esquissa un petit sourire à Kuma. Il était vraiment surpris de le voir ici-même en face de lui. Il ne s'était pas à attendu à ce que le jeune homme vienne le voir en fait. Ils ne se voyaient pas beaucoup et rester en contact avec le Japonais était plutôt difficile. Mais il était vraiment content de sa venue, bien qu'il put remarquer l'inquiétude qui se lisait sur le visage de son ami. Rapidement, le maknae tenta de rassurer Kuma de sa voix légèrement cassée : « Kuma... Je suis désolé... Je t'assure que je ne voulais pas t'inquiéter. Je vais bien ! Je me rétablis lentement mais sûrement. »
Le calme se réinstalla autour des deux comparses et Jae Hyuk porta son regard sur la valise de Kuma. Non, il n'était quand même pas venu le voir directement après être descendu de l'avion ? Jae Hyuk reporta son regard sur le Man Yue, curieux et gêné. Savoir que son ami n'avait même pas fait de détour par la Bluestar pour se mettre à l'aise le gênait vraiment. Il était content que Kuma eut pensé à lui comme ça, mais déambuler dans Séoul avec une valise à traîner, ce n'était pas forcément la joie. Jae Hyuk releva ses yeux fatigués vers le visage illuminé de son aîné, à la fois souriant et attristé. « Tu aurais dû aller te mettre à l'aise à l'agence... Ta valise doit être lourde. Je ne suis pas à l'article de la mort... » Sa main gauche vint prendre au creux de la paume le pendentif qui pendait à son cou, cadeau que Ha Nui lui avait fait pendant son coma. Il se souvint de sa surprise quand il avait senti la chaîne froide sur sa peau, et puis son sourire en guise de remerciement à la White. Des cadeaux, il en avait eu énormément, et de la part de tout le monde. Des fleurs, des chocolats, des bijoux... Il s'était promis de prendre soin de tous ces présents en gage d'amitié. C'était là qu'il s'était rendu compte que des gens l'aimaient. Lui qui se sentait toujours seul, il ne l'était plus désormais. Il était plus d'un silence, il était plus d'une nuit. Car chaque solitude avait son propre mystère. Et ça, Jae Hyuk en était persuadé.


Fujiwara Kuma & Kang Jae Hyuk

CODE BY AMIANTE

_________________

Can you feel that it's magic ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

GoldStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: [Flashback] Wait me, I'll be here soon ~ Kang Jae Hyuk   Sam 27 Oct - 4:19

Ma réaction avait peut-être été un peu excessive, j’en conviens. Seulement, ce fut extrêmement difficile pour moi que de rester sagement en Chine alors que je savais pertinemment qu’il venait que d’avoir un grave accident. Les images dans les journaux n’avaient rien de très rassurant non plus. Donc, dès que j’avais eu la chance et la liberté que de quitter les Man Yue pour une période de temps indéterminé qui devait se situé entre une journée et une semaine, j’étais allé rapidement à l’aéroport. Hors de question que d’attendre plus longtemps. Ne serais-ce que parce que j’étais quelqu’un qui s’inquiétait rapidement pour ceux que je considérais comme mes amis. Et que je me doutais qu’il devait peut-être se sentir seul... Ou pas, il y avait tout de même son groupe, sa famille. Mais, tout de même, je me devais que d’aller le voir, juste pour échanger quelques mots avec lui. Juste pour voir de mes propres yeux qu’il allait bien, qu’il était en forme. J’étais intenable et ce fut pire une fois arrivé en Corée. J’avais envie que de dire au chauffeur d’accélérer, que mon ami allait peut-être être mort le temps que l’on arrive. Bon, je dramatisais, mais c’était tout comme ! Je voulais juste me rassurer moi-même, pas que ce soit quelqu’un d’autre qui le fasse. J’avais juste besoin que de le voir, lui parler un peu, m’assurer qu’il survivait à son accident et qu’il était encore capable de respirer et de parler. C’était peu, mais cela nécessitait tout de même un long voyage entre Beijing et Séoul. Mais, bien évidemment, pour rendre visite à un ami hospitalisé, je n’avais pas hésité une seule seconde à sauter dans le premier avion, dimanche matin. Après tout, je n’avais sûrement rien de mieux à faire. Peut-être bien m’entraîner, mais les amis passaient toujours avant.

J’aurais préféré ne pas m’obstiner avec la dame à l’accueil, cela m’aurait sauvé du temps. Même si je m’étais trouvé vraiment stupide, sur le coup, que de ne pas m’être renseigné quant au numéro de sa chambre. Franchement, j’étais vraiment fort sur ce coup-là. Tellement que j’aurais bien envie de me cogner la tête, quelque part, histoire que de me punir pour ma propre idiotie. J’aurais toujours pu envoyer un message à quelqu’un, ce que j’aurais très sûrement fait si la dame n’avait pas accepté que de me dire où il était. Qu’elle le veuille ou non, j’aurais tout de même trouvé un moyen de le voir, compte tenu que je n’avais pas fait tout ce voyage pour rien. Au final, il était dans la cours arrière. Remerciant gentiment la dame, je pris donc la direction de la cours arrière. S’il pouvait sortir, c’était que son état s’était améliorer. Bon, améliorer était un grand mot. Il était tout de même en chaise roulante, les cheveux coupés plus court que normal et une aiguille plantée dans le bras. Je frissonnai. Je détestais tout ce qui s’appelait aiguille et famille rapprochée. Je l’avais vite rejoins pour finalement me jeter pratiquement à son coup. Un geste complètement imbécile au vu de l’état dans lequel il se trouvait. Mais lui mentionnai tout de même qu’il m’avait vachement inquiété et qu’il n’avait plus le droit de faire ça. Puis, remarquant qu’il semblait souffrir, je le lâchai et reculai, lui faisant cependant un sourire rassurant.

« Yah pabo. Ne t’excuse pas ! Ce n’est pas de ta faute. Mais je me suis quand même vraiment inquiété han. Quand même, apprendre un bon matin que les Haru ont eu un accident et que le maknae semble être sérieusement blessé, ça réveil rapidement hein ! » Pour un réveil, s’en avait été tout qu’un. Debout sur mes deux pieds trop rapidement, j’avais cherché à en savoir plus, sans grand succès. Mais bon, aujourd’hui, il m’était possible que de constater de mes propres yeux qu’il s’en remettait, effectivement, lentement et sûrement, ce qui me soulageait. Parce que, et bien, il faisait parti de ma vie et y avait une place. Et je faisais attention à ceux qui faisaient parti de ma vie. J’aurais réagi ainsi pour sûrement n’importe qui. Bon, si c’était un membre de mon groupe, Miaka, Hisae ou encore Jia Li qui s’était retrouvé dans le même état, j’aurais sûrement pleuré toutes mes larmes de mon corps en refusant de quitter leur chevet. Mais tout de même, j’avais trouvé important que de venir voir Jae Hyuk, ne serais-ce que pour montrer que je me souciais de lui. Et aussi lui montrer qu’il avait une place dans ma vie, dans mon cœur et surtout, dans mon horaire d’idole trop chargée. Mais j’y avais tenu mordicus. Et le manager n’avait pas eu d’autre choix que de me permettre ce petit voyage rapide en Corée. « Mais c’est triste. Pour tes cheveux. C’était chouette, lorsqu’ils étaient plus long » ajoutais-je. J’étais vraiment peiné que de les voir lui frôler à peine les épaules.

Son commentaire me fit sourire. J’y avais aussi pensé, mais j’avais refusé que de faire un détour. L’hôpital était le premier lieu où j’avais décidé d’aller, même en y traînant ma belle et grosse valise. Je secouai la tête de gauche à droite, lui signifiant de ne pas s’en faire. Après tout, j’avais décidé tout seul, comme le grand garçon que j’étais, que de venir le voir, y amenant ma valise. Et puis, je n’avais pas vu l’intérêt que de faire un détour, comme j’allais, de toute façon, finir par aller à la BlueStar après ma plus ou moins longue visite ici, tout dépendamment de comment il se portait. « Ne t’inquiète donc pas pour moi ! Je suis un homme fort, tu sais ! Et puis, j’avais vraiment besoin que de venir ici. Cela fait tout de même une semaine que je me torture l’esprit en attendant impatiemment de pouvoir venir ici. Et puis bon, je suis ici. Tu aurais simplement pu me dire un gros merci plutôt que de me réprimander, non ? » Je lui fis encore un large sourire amusé. Puis, je vins prendre place sur le banc à côté de lui, un peu marra d’être debout par contre. Cela me faisait tout de même un choc que de la voir comme ça, le teint cireux, les yeux trop cernés, l’air malade. Au moins, il souriait encore, c’était déjà ça de gagner. Mais cela me tordait le cœur que de voir quelqu’un à qui je tenais dans un tel état. Je me disais même que j’aurais voulu être l’accidenté. Parce que, cela aurait pu avoir de plus grave conséquence. Parce qu’il n’aurait pas été hospitalisé. Et dire qu’il aurait peut-être du devoir cesser la danse. Moi, du genre à dramatiser ? Jamais voyons donc.

Puis, je regardai autour de moi. Je me demandais comment il arrivait à survivre dans cet univers qui sentait la maladie. Je détestais les hôpitaux pour ça. Parce qu’une odeur de malade régnait dans les airs. J’étais incapable que d’y passer plus d’une journée. C’était simplement impossible. Cela me rendait malade, pour ne pas faire de mauvais jeux de mots. Voilà tout. Et puis, les chambres blanches aux murs beaucoup trop blancs, c’était tout simplement atroce pour quelqu’un comme moi. J’admirais presque Jae Hyuk qui acceptait, sans rechigner, que de passer trois semaines ici. Pour ma part, je me serais débattu jusqu’à avoir ma libération conditionnelle. Être alité chez moi ou à l’agence ne m’aurait pas déranger. Mais j’avais presque une phobie des hôpitaux. J’avais de la difficulté à y passer plus de quelques heures, ne serais-ce que pour rendre visite à quelqu’un. Ce n’était même pas une odeur, c’était plus une sorte d’ambiance de déprime et de maladie. Et cela m’insupportait réellement. Je n’avais jamais trop sut pourquoi. Sûrement à cause du silence angoissé qu’il y avait, dans les couloirs. Ou bien les sons rapides des pas des infirmières qui s’occupaient de trop de malade à la fois. Je secouai doucement la tête. « Alors, tu t’en sors ? Tu te portes mieux j’espère ? » Je lui fis un magnifique sourire et passai une main dans mes cheveux, gardant un œil attentif sur lui. « Pour aujourd’hui, tant que tu seras en forme pour me parler, je te tiendrai compagnie ! » Puis, je me levai. Je plaçai ma valise contre le banc puis allai me placer derrière la chaise roulante de mon ami blessé. Je ne craignais pas pour ma valise, pas du tout. Je fis doucement rouler la chaise en souriant. « Bon, on ira pas vite, mais je me dis que tu as envie de te promener un peu, non ? » Toujours sur ce ton léger et enjoué. Je ne devais pas laisser paraitre que son état m’avait énormément préoccupé. Et puis, il devait en avoir marre de ceux qui venaient pleurer à son chevet. J’allais donc rendre la journée plus légère, plus agréable. C’était ma mission du jour !

_________________


♥️ Some people need love. But I only need you

Loving you destroyed me. But I can't do anything else
There's always a certain line in a song that always remain in your thoughts, because it reminds you of a place, a moment or a person. Or her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

BlueStar | Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: [Flashback] Wait me, I'll be here soon ~ Kang Jae Hyuk   Ven 28 Déc - 20:55




Wait me, I'll be here soon.

Le sourire était la plus belle de ses victoires.
Jae Hyuk n'avait jamais aimé décevoir quelqu'un. Surtout un ami proche. Par le passé, il avait déçu tellement de personnes qu'il s'était juré de changer. Changer pour eux. Même quand tout semblait peine perdue, sa promesse le remettait debout. Le souvenir des visages horrifiés de ses amis qui apprirent la vérité sur sa récente dépendance à la drogue était comme une claque en pleine figure. Chaque fois qu'il ressassait ses erreurs, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver du dégoût pour lui-même. La trahison était le pire des fléaux. Il savait qu'il en avait poignardé plus d'un avec cette histoire vieille d'un an maintenant. Alors même que la vie continuait son cours, Jay avait peur d'avancer. Et pourtant le temps passait. Avec ou sans lui. Et l'optimisme atteignit le jeune homme tout naturellement. Plus il s'éloignait du malheur, plus son visage s'illuminait. Il changeait, comme il l'avait promis. Son sourire le rendait plus fort contre lui-même, contre les fantômes de son passé. Et il renforçait les liens qu'il entretenait avec les autres.
Dans ce trou blanc qu'était l'hôpital, Jae Hyuk revoyait défiler ses pires craintes. Etait-il oublié ? Rejeté ? Ignoré ? Tant de questions défilaient dans sa tête. Fatigué de se torturer l'esprit pour rien, il finissait toujours par s'énerver contre lui-même. L'était dans lequel il était ne l'arrangeait pas pour autant. Ses traits étaient tirés, le teint pâle. Un vrai petit malade qui se maudissait. Il se maudissait parce que la solitude lui faisait peur. Alors il scrutait du regard la moindre agitation extérieure, la moindre personne venant vers lui. Pour le tirer de son mutisme noir. La présence de Kuma était plus que la bienvenue dans le cœur de Jae Hyuk. Le jardin paraissait plus lumineux désormais. Parce qu'il ne voyait plus en noir depuis l'apparition surprise du Man Yue. Ils ne se voyaient pas souvent, et il était certain que le maknae aurait aimé le revoir dans de meilleures conditions. La situation actuelle voulait que la plupart des personnes qui le visitaient eussent pitié de lui. Triste ironie du sort, Jae Hyuk ne pouvait rien faire contre cela. Il transpirait la faiblesse. Cet accident ne lui avait rien apporté de bon sur le plan physique. Une vraie loque. Mais il ne fallait pas en attendre trop de la part du jeune homme une semaine après l'accident survenu. Il était encore trop tôt pour en tirer des conclusions.

Kuma voulait rassurer Jae Hyuk. Avec un ton amusant, il détendit le jeune malade qui ne rétorqua rien à son ami. Il avait raison. Il aurait dû le remercier de s'être déplacé pour lui plutôt que de faire une remarque sur sa valise qui trônait fièrement à côté du banc sur lequel le Japonais était assis. Le jeune Haru esquissa un petit sourire, comme pour adhérer à l'idée que maintenant que Kuma était là, il n'avait plus à craindre de la solitude. L'amitié le sauvait souvent de cette infamie. Son regarde dériva sur le Man Yue qui s'était levé. « Alors, tu t'en sors ? Tu te portes mieux j'espère ? Pour aujourd'hui, tant que tu seras en forme pour me parler, je te tiendrai compagnie ! » Il délaissa sa valise pour empoigner le fauteuil roulant de Jay avant de le pousser doucement. Le maknae releva la tête pour le regarder, surpris. « Ah euh d'accord... Mais je vais bien ne t'en fais pas ! Je me rétablis correctement. Les médecins disent même que je vais mieux qu'ils le pensaient. » La bonne humeur était probablement un des remèdes miracles, tout comme l'amitié. Pouvait-il seulement espérer que cette visite durerait longtemps ? Pour se ressourcer, sourire plus qu'il n'en fallait, profiter de la présence d'un ami qu'il ne voyait pas si souvent que ça en vue de leurs activités respectives. Haru et Man Yue, deux groupes différents. L'un chinois, l'autre coréen, à ancienneté bien disproportionnée. Kuma était le sunbae de Jay, son modèle. Il y a bientôt longtemps qu'il voulait lui ressembler. Il trouvait toujours que son hyung était particulièrement charmant et il ne doutait pas de la popularité qu'il avait auprès des filles.
« Kuma... » fit-il d'un air songeur. « Je... Merci. Merci d'être venu me voir. Je ne pensais pas que tu viendrais... Regarde-moi, je suis pitoyable. J'ai honte de te revoir dans cet état. Dis, la prochaine fois qu'on se reverra, on ira manger au restaurant indien de la dernière fois ? Tu sais, celui à Gangnam... » S'il y avait bien une chose dont Jay se souvenait, c'était l'appétit vorace de Kuma. Il le savait adorateur de n'importe quel plat. Un ventre sur pattes. D'ailleurs, il était étonné de le voir sans nourriture, même pas une friandise achetée à l'aéroport. Faisait-il attention à son poids ? Non, ce n'était pas possible. Kuma s'en fichait pas mal de son poids, et puis Jay trouvait qu'il était très bien comme il était, que malgré son appétit d'ogre il ne prenait guère de kilos. En revanche lui se devait de grossir un minimum. Déjà que d'habitude il était aussi mince qu'un clou, depuis son entrée à l'hôpital, il avait perdu quelques kilos. Les premiers jours de son séjour, dans l'inconscience la plus totale, il avait été nourri par perfusion. Mais juste de quoi lui faire tenir le coup. Rien de bien consistant, il fallait l'avouer. Et puis, depuis son réveil, difficile pour lui de finir son plateau. Ses poumons le faisaient atrocement souffrir, son œsophage avait été particulièrement touché par l'accident, ça le brûlait. Alors Jay bénissait un peu trop souvent le verre de lait demi-écrémé le matin.
« Qu'est-ce que dit la presse au sujet de l'accident ? » Il se pinça la lèvre. Aucun de ses amis n'avait voulu faire étalage de ce qui se disait dehors sur son état de santé, ni même sur la façon dont l'incident avait été présenté. Ils sortaient comme excuse que c'était pour éviter que Jay se fasse trop de souci pour ça. Il était déjà assez affaibli, le poids de la presse n'était pas à ajouter à ses soucis du quotidien. Sauf que voilà, Jae Hyuk était un peu trop curieux. Il voulait savoir. Il devait savoir. Comment se portait le groupe ? Avaient-ils parlé à la télé de ce qu'il s'était passé ? Interviews, photos, il était également en droit d'être tenu au courant. Cette histoire le concernait, il n'y avait aucune raison de le tenir écarté de tout ça. Même s'il devait se reposer, se remettre de ses émotions, ne pas savoir le torturait beaucoup plus. Lui cacher les choses ne revenait à rien. Mais il se doutait bien que Kuma, vivant en Chine, ne serait pas tellement informé sur ce qu'il se disait en Corée du Sud. Toujours était-il que la presse se réjouissait toujours de ce genre de nouvelle. De quoi attirer plus de public, même la presse étrangère s'en léchait les doigts. Jay n'aimait pas trop être utilisé, même indirectement. Il se méfiait toujours des journalistes. Mais en tant qu'Idole, il se devait de sourire quand même, de répondre à ce qu'on lui demandait. Ce sourire de façade, il avait appris à l'utiliser dans n'importe quelle circonstance. Mais il était aisé de différencier sa sincérité de son devoir. En effet, il était bien trop honnête avec ses amis pour jouer au jeu des illusion. Car le mensonge détruisait des amitiés.


Fujiwara Kuma & Kang Jae Hyuk

CODE BY AMIANTE

_________________

Can you feel that it's magic ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

GoldStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: [Flashback] Wait me, I'll be here soon ~ Kang Jae Hyuk   Mer 30 Jan - 23:37

En y pensant bien, je me demandais si j’arriverais à m’en sortir, si quelque chose comme cela arrivait au groupe. Déjà que l’on comptait trois estropiés, des membres blessés ayant vu leurs rêves s’écrouler, je me demandais vraiment si le groupe serait capable de survivre à un tel accident. Oh, Jae Hyuk fut le seul blessé, mais ils avaient eu de la chance. Je doutais fortement avoir la force de caractère pour faire face à un tel évènement. Et, je ne doutais pas forcément du groupe, seulement, on s’en serait sûrement sorti plus affaibli. Certains étaient déjà blessés de l’intérieur, détruit, même s’ils le cachaient. Je pense surtout à YunJie en fait, qui s’était vu blessé et empêcher de danse. Au début, ce fut assez rock’n’roll de m’imposer à lui. Il gardait souvent le silence. Au fond, c’est un mec bien. Même s’il ne le montre pas toujours. Et c’est un de mes meilleurs amis aussi. Sinon, il y a Guo Zhi, chanteur. Il ne le montre pas, mais je sais que ça le dérange de ne plus pouvoir danser.

Alors que moi, je fais le pitre en dansant, je ne réalise pas toujours qu’ils me regardent avec une certaine envie. Car moi, je peux encore me mouvoir comme je veux. Et puis, il y a Lian. Notre petit dernier. Je l’ai souvent engueulé car il partait s’entraîner seul, au beau milieu de la nuit. Alors qu’il savait très bien qu’il n’était pas en droit. Et moi, je m’inquiétais. Certains trouvent que je suis un peu simple d’esprit, à faire le pitre, l’air insouciant. Et pourtant, je m’inquiète pas mal, pour mes amis. Ceux à qui je tiens. Certains en doute, parce que je me cache souvent derrière cet éternel sourire et les conneries qui s’échappent à un débit hallucinant de ma bouche. Mais oui, il m’arrive de m’inquiéter. Comme en ce moment, en voyant Jae Hyuk assis sur une chaise roulante. Cette vision me serrait le cœur. Je me demandais ce qu’il avait pu faire pour mériter un tel sort. Rien. La vie est injuste. J’aurais été blessé que ça ne m’aurait pas déranger plus que ça. Je chante, moi, je ne danse pas. Mais non, il a fallut que la vie s’attaque à certains qui basaient leur avenir sur la danse. C’était injuste, terriblement injuste. Mais on ne peut que courber l’échine et accepter le destin.

D’un éclatant sourire, je m’enquis de la santé de mon ami. Oh, certains m’auraient trouvé un peu stupide. Qui irait bien, ainsi assis à une chaise roulante, un tube enfoncé dans le bras ? En tout cas, moi, j’aurais trouvé le moyen d’aller bien, me réjouissant un peu de tout et n’importe quoi. J’aurais trouvé le moyen de sourire. Parce que, même si on ne peut que courber l’échine et accepter le destin, ça ne nous empêche pas que de se relever et de sourire, lui montrant qu’on est assez fort pour supporter tout ça. Même si ça ne parait pas toujours, j’ai toujours été assez fort de caractère. J’aime rire, m’amuser, plaisanter. Mais c’est ma façon à moi de rassurer les gens. C’est aussi ma façon à moi de montrer aux autres que je vais bien. Que je continue d’avancer. Le rire est un des meilleurs remèdes qu’il soit. Et même lorsque j’ai peur, même lorsque je doute. Je ris. J’affichai un large sourire lorsqu’il me signifia qu’il se remettait, que les médecins disaient même qu’il allait mieux que ce qu’ils espéraient. En tant normal, je lui aurais tapé gentiment l’épaule, signe de soutient. Mais mieux vaut ne pas risquer d’envoyer valser un ami, comme il semble quand même assez faible. « Oh mais c’est une bonne nouvelle ça ! Par contre, si tu te sens fatigué, tu me le dis ! J’ai assez de conversation pour deux de toute façon. » Mettre un peu de vie et d’enthousiasme dans ses journées mornes. Un air de malade, une ambiance tendue. Ce que je pouvais haïr les hôpitaux. Si ce n’était pas d’un bon ami à moi qui s’y retrouvait de force, je n’aurais jamais mis les pieds ici. Les gestes maladroits, les paroles se voulant rassurantes, le teint blême des malades. Parfois, je me disais que ce lieu respirait la maladie et la mort. Et je détestais ça. Cela avait toujours mauvaise influence sur mon moral.

Poussant doucement la chaise roulante, j’essayai de ne pas me laisser atteindre par cet univers que je trouvais étouffant. Oh, je ne voulais pas me retrouver aliter comme lui, n’ayant que pour seule vie sociale les personnes qui daignaient venir le voir. Et, même encore, c’était plutôt difficile de se libérer en tant qu’idole. J’avais de la chance. Beaucoup de chance. J’avais fut faire des pieds et des mains pour que le manager consent à me laisser partir. Mais il comprenait. J’étais attaché au coréen. J’émis un claquement de langue légèrement agacé, en secouant la tête d’un air réprobateur. Tout en continuant de pousser la chaise roulante, je soupirai légèrement. « Ça me fait plaisir et tu le sais très bien. Je n’aurais pas harcelé mon manager si je ne voulais pas te voir dans les plus brefs délais. » Quoique j’étais quand même content de ne pas être arrivé avant. Parce que j’aurais dut faire face à un Jae Hyuk inconscient. Et je préférais de loin pouvoir communiquer avec lui, lui adresser un sourire et surtout, pouvoir entendre de sa propre voix qu’il allait bien. Même s’il me disait sûrement juste ça pour me rassurer. « Et puis, tu n’es pas pitoyable. Tu continues de garder la tête haute, de vouloir avancer. Tu continues de sourire, de discuter, sûrement même de rire. Si tu t’étais laissé abattre et n’avais fait aucun effort pour te relever, là, je t’aurais trouvé pitoyable. Je peux même dire qu’en ce moment, je suis fier de toi, Jay. » Ce qui était vrai. Si lui m’avait admiré pendant un moment, pour mon talent et ma prestance sur scène, en ce moment, c’était moi qui admirais la force d’esprit dont il faisait preuve. « Promis, on ira manger au restaurant indien. On va s’empiffrer comme des porcs jusqu’à devoir rouler jusqu’à l’agence ! »

Personnellement, j’aurais préféré éviter le délicat sujet qu’était son accident. Lui changer les idées, ne pas lui rappeler sans cesse qu’il était réduit à se faire pousser par quelqu’un pour se promener. Mais il ne semblait pas de cet avis. Pour être franc, je ne connaissais pas tant ce qui apparaissait dans les journaux. Certes, cela avait fait la une en Chine, principalement à cause du Day&Night Project. Mais sinon, c’était surtout en Corée où ça s’était joué. Hors, je ne lisais pas le journal coréen, cela allait de soit. Et j’aurais préféré que quelqu’un d’autre s’occupe de lui dire que ce qui se racontait. Seulement, c’était retombé sur moi. Et je ne me voyais pas lui dire non. Cela se voyait, que tous ceux qui étaient venus lui rendre visite avant avait refusé. Je n’étais pas reconnu pour être un grand et talentueux menteur. J’étais même franc. Trop même par moment. Ce qui me valait des regards réprobateurs. Mais mieux vaut une vérité qui blesse qu’un mensonge qui soulage. « Disons que les nouvelles sont plus ou moins bonnes. Les anti-fans accusent sans remords Joshua, le traitant d’irresponsable et tous les trucs comme ça. Sinon, certaines langues de vipères disent que tu t’en sortiras pas, comme d’autres ont écrit des articles, autant pour le journal que pour le web, comme quoi ils t’encourageaient tous et qu’ils voulaient te savoir rapidement sur pied. » Je soupirai. Une nouvelle fois. J’avais grincé des dents en voyant tous les commentaires à l’égard du leader des Haru, qui n’avait nullement souhaité que quelque chose comme ça arrive à son groupe. « Les journalistes ne font que relater les faits, qu’un accident est survenu et que tu as été hospitalisé. Mais ils manquent de ressource, l’agence ayant rapidement étouffé l’affaire, n’ayant pas besoin qu’une meute de fans en délire déboule dans l’hôpital. » Je lui adressai un mince sourire. Sourire qu’il ne pouvait pas voir comme il était en avant de moi, tandis que je le promenais. Même moi, on avait faillit m’empêcher de le voir. Une chance qu’on me l’avait permis, je n’aurais pas accepté d’être remballer alors que cela faisait plusieurs jours que je voulais des nouvelles de Jae Hyuk.

_________________


♥️ Some people need love. But I only need you

Loving you destroyed me. But I can't do anything else
There's always a certain line in a song that always remain in your thoughts, because it reminds you of a place, a moment or a person. Or her.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



My little secrets
MessageSujet: Re: [Flashback] Wait me, I'll be here soon ~ Kang Jae Hyuk   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Wait me, I'll be here soon ~ Kang Jae Hyuk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» It's Gonna Be Legen..wait for it..Dairy ! (or not)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: South Korea - Seoul :: Songpa :: Asan Medical Center-