Behind Closed Doors

Partagez | 
 

 FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

RedStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.   Ven 2 Nov - 23:22

  • June 2011

« Pourquoi tu n’irais pas voir ton oncle, comme quand tu étais petite ? Ça te changera un peu les idées. »

C’était une idée de sa mère, ce petit voyage. Elle avait vu à quel point Mizuki était mal et allait finir par se détruire la santé. A cette proposition, la jeune femme n’avait fait qu’acquiescer sans vraiment accepter et avait laissé la matriarche réserver son billet d’avion. Elle y resterait deux semaines. Recroquevillée contre le mur en bois, Mizuki laisse le vent marin rabattre quelques mèches blondes sur son visage, le reste étant attaché en une petite queue de cheval. Même ici, face à cet endroit qu’elle aime le plus au monde : la mer, elle se sent vide. C’est bien malgré elle qu’elle dramatise mais ses nerfs ont été mis à rude épreuve récemment. Depuis quelques temps, Hiroshi est systématiquement de mauvaise humeur quand ils se voient, lui lance des vannes et des remarques cinglantes et c’est à peine s’il supporte de lui tenir la main. Cette attitude terrifie la jeune femme, car plus que tout, elle a peur de le perdre. C’est la première fois qu’ils se disputent. La toute première fois depuis quatre ans. Hiroshi lui a demandé de faire une pause. « Un mois… Peut-être deux… J’en sais rien, je veux juste une pause, okay ? » lui a-t-il dit à Tokyo, deux jours plus tôt. Il était énervé, l’a poussée quand elle a voulu le retenir et l’a jetée hors de chez lui en claquant la porte ensuite. Heureusement, sa mère était là, pour le travail. C’est elle qui s’est occupée de la blondie. Jusqu’à son départ, hier.

Elle est arrivée dans la soirée à la maison traditionnelle de son oncle et a retrouvé sa chambre aux murs de papier. Dormir sur le futon, au milieu de la pièce simple sur le sol en tatami, lui a fait un bien fou. Au matin, elle s’est sentie bien. La veille, la porte était restée ouverte et elle s’était réveillée avec la vue sur un bout de plage, la mer scintillante et le ciel bleu azur. Elle aurait voulu rester comme ça pour toujours. Même les pensées malsaines ne venaient pas la perturber. Tout allait bien. Seulement, il avait bien fallu se lever et, une fois la quiétude et l’apaisement du matin passés, elle s’était de nouveau sentie atrocement mal. Sans grande conviction, elle était sortie très légèrement vêtue et était allée traîner dans la ville. C’était jour de marché mais rien ne l’intéressait. Ici, elle était connue, non pas à cause de sa célébrité, mais grâce à son oncle. Il était un enfant d’Okinawa très apprécié pour sa générosité et son implication dans l’animation de la ville. Une vieille dame l’avait même abordée pour lui demander s’il accepterait de venir prendre le thé. Inexplicablement, Mizuki en avait été émue et avait répondu qu’il en serait ravi et qu’il lui passerait le message. Alors qu’elle s’éloignait, elle s’est rendue compte qu’elle ne connaissait absolument pas le nom de cette dame. Mais cette dernière avait déjà disparu quand elle s’est retournée.

Puis elle était venue sur la plage où était bâtie la maison de son oncle. Celle-ci se trouve en bout de plage et dispose même d’un morceau privé. Le reste est destiné au public mais il y a encore peu de monde. Ce n’est pas la plage la plus connue de l’île. Elle s’était assise contre le mur du centre de plongée sous-marine et n’en avait plus bougé. C’est le gérant, en la voyant et surtout en la reconnaissant, qui lui a demandé si elle voulait s’inscrire. Elle n’a juste pas pu résister. La plongée a toujours été son hobby favori. Et à présent, elle observe les gens sur la plage en attendant que son groupe parte. « Mizuki ? C’est à nous ! » La jeune femme se lève alors et rejoint le groupe au pas de course. Ils sont en train de s’équiper. Ou plutôt, le moniteur aide les débutants et Mizuki s’équipe seule. Elle est concentrée sur sa tâche et ne fait pas attention aux gens autour d’elle.

_________________

HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN.
je pense à toi tout le temps. je pense à toi le matin, en marchant dans le froid. je pense à toi quand je te vois et aussi quand je ne te vois pas. j'aimerais tant faire autre chose que penser à toi mais je n'y arrive pas. si tu connais un truc pour t'oublier, fais-le moi savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

BlueStar | Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.   Lun 12 Nov - 11:10

    Les pas lents et sans grande conviction, Wook venait d’arriver à Okinawa, chez son oncle. Il avait hissé sa valise dans le coffre du taxi avec une lenteur sans nom. Bien sur il aimait beaucoup son oncle, mais ce dernier ne faisait pas vraiment d’effort pour montrer son affection à son neveu.
    Wook avait l’habitude maintenant, et il s’en fichait au fond, parce que les effusions d’amour n’étaient pas choses courantes dans la famille.

    C’était sa mère qui lui avait proposé d’aller passer deux semaines chez son oncle à Okinawa. Là aussi il avait l’habitude, ils se voyaient tellement peu qu’elle ne savait jamais quoi dire, alors pour éviter des situations tendues ou gênantes, elle l’envoyait chez son oncle.
    Cet homme qui prendrait « soin » de lui… enfin qui le laisserait se débrouiller surtout.

    Une fois qu’il était arrivé à la demeure familiale, Wook traina une fois de plus pour sortir sa valise et aller la ranger.
    Personne n’était dans la maison, il n’y avait pas un bruit. Son oncle n’était pas du genre à rester enfermé bien sagement, il préférait sortir, passer du bon temps comme il disait.
    Alors une fois qu’il eut trouvé sa chambre, il sortit à son tour.

    Tranquillement il rejoignit la plage qui se trouvait à 5minutes à pieds. L’endroit qu’il aimait le plus ici, l’endroit qui lui avait laissé les meilleurs souvenirs lors de ses passages au Japon.
    Là ou il avait rencontré des amis en qui il pouvait avoir confiance, mais aussi une fille pas comme les autres : Mizuki.
    Cette petite blonde au fort caractère.
    Etant ce qu’il est, il avait passé plus que de bons moments avec la japonaise. Au début ce ne fut pas chose facile, puis elle avait céder à ses avances.

    La chaleur et l’air de la mer lui firent le plus grand bien. Certes il aimait faire parti des Haru, il aimait avoir débuté, il aimait son travail par dessus tout, mais ces vacances étaient cependant bien méritées !
    Les pieds dans le sable, les lunettes sur le nez, il s’approcha de l’eau, la laissant embrasser ses jambes à demi nues.
    Il enfonça une casquette sur sa tête, même s’il y avait peu de gens, il n’avait pas envie d’être reconnu à cause de sa toute nouvelle célébrité.

    Il entendit du mouvement sur sa gauche : l’équipe de plongée se préparait pour aller explorer les profondeurs de l’océan.
    Il les regardait prendre leur matériel, un peu perdu dans ses pensées, puis il aperçu une blonde adossée contre le mur.
    Elle aussi avait l’air perdu dans ses pensées. Bien sur il l’avait reconnu au premier coup d’œil.
    Il s’approcha alors discrètement.

    « La combinaison vous va à ravir mademoiselle ! »
    Il avait utilisé lé méthode de drague qu’elle lui connaissait bien, alors elle n’aurait pas de mal à le reconnaître.
    Il rigola d’ailleurs de voir les yeux ronds de la japonaise quand elle lui fit face.

    « Je t’ai manqué ? »
    Il lui offrit son plus beau sourire. Il était heureux de la revoir, elle qui ne l’avait jamais jugé sur son comportement ou même son caractère.
    Il était comme il était, et ça ne la dérangeait pas.

    « Bon je propose qu’au lieu de m’abandonner ici et de partir faire de la plongée je t’emmène avec moi ! »

    Il n’était pas certain que ces deux semaines à Okinawa lui seraient bénéfiques, mais maintenant qu’il venait de tomber sur Mizuki, il savait qu’il passerait 2 semaines formidable.

_________________

 Coréen Japonais Mandarin

" Please don't ... don't say goodbye ... "
I'll always be there for you :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RedStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.   Lun 12 Nov - 14:48

Pendant que les débutants finissent de se préparer, elle pose sa bouteille d’oxygène par terre et s’adosse au mur du bâtiment pour attendre. Ils n’ont même pas fini de mettre leur tenue, alors elle a le temps avant qu’ils terminent de boucler la bouteille autour de leur poitrine. Aujourd’hui, étonnamment, elle n’a pas plus envie que ça d’aller plonger. Ça ne lui fait ni chaud ni froid, mais il faut bien passer le temps. Elle a accepté cette proposition sans vraiment faire attention. Tant qu’elle fait quelque chose qui lui sortira leurs disputes de la tête, ça lui convient très bien. Pas forcément rêveuse mais plutôt inexpressive, elle observe l’océan, d’abord bleu clair puis, d’un coup, bleu foncé. Elle sait que normalement, ils n’ont pas le droit d’aller nager aussi loin, mais le moniteur la connaît trop bien et elle est un peu comme chez elle ici. Sur les bords de la plage, l’eau est chaude mais là-bas, beaucoup plus loin, on retrouve l’eau glacée de l’océan. C’est là qu’elle a envie d’être. La légère brise qui souffle sur la plage ébouriffe ses cheveux et quelques mèches blondes effleurent son nez sans qu’elle réagisse.

« La combinaison vous va à ravir, mademoiselle ! » Une voix surprend la jeune femme. Mizuki se retourne vers cette voix qui lui a été immédiatement familière. Intérieurement, elle se sent déjà un peu mieux de savoir que, cet été aussi, il serait avec elle. Ça faisait longtemps. Un sourire nait sur les lèvres de la blonde. Pas un grand sourire, il est presque invisible, même. Il devrait vraiment penser à revoir ses techniques de drague, ce garçon, parce que là, c’est vraiment atterrant. Si ça n’avait pas été Mizuki ou qu’elle n’avait pas été réceptive, il se serait pris un beau râteau. Cependant, il l’a quand même surprise et c’est pour cela que, pendant quelques secondes, elle ne sait pas quoi répondre et se contente de le fixer bêtement, la bouche entrouverte, ne sachant pas quoi répondre. Un merci aurait été étrange. « Je t’ai manqué ? » demande-t-il avec son plus beau sourire auquel elle ne peut jamais résister. Evidemment qu’il lui a manqué. Cela fait plus d’un an qu’ils ne se sont pas vus, alors forcément, même si elle n’allait pas lui sauter au cou en hurlant de joie, il lui a quand même beaucoup manqué. Elle hoche doucement la tête et se décolle enfin du mur pour lui faire face pleinement. « Quelle question. Et moi, je t’ai manqué ? » demande-t-elle soudain en reprenant un peu contenance. Assez pour lui adresser un sourire confiant et malicieux.

SungWook ramène beaucoup de bons souvenirs à la jeune femme. Des souvenirs d’il y a quelques années. Pas d’amour, non, certainement pas. Ils étaient trop jeunes pour ça, mais une forte amitié qui a perduré au fil des années et énormément de confiance. C’est grâce à cela qu’ils avaient pu se séparer à la fin de l’été et toujours rester très – trop – proches et en bons – excellents – termes. « Bon je propose qu’au lieu de m’abandonner ici et de partir faire de la plongée je t’emmène avec moi ! » Ah bon, il ne manquait plus que ça. Donc elle devrait laisser tomber ses activités pour partir avec lui alors qu’il n’a pas du tout l’air occupé, lui ? La jeune femme lève les yeux au ciel. Comme si elle n’avait que ça à faire. Enfin, de toute façon, elle a l’habitude de lui céder sans rechigner. Elle ne trouve pas son caractère particulièrement contraignant et sait que de toute façon, elle s’amusera toujours beaucoup si elle le suit. « Mizu-chan, tu viens ? On va essayer de voir les dugongs ! » Et merde. Voir les dugongs, elle a toujours voulu le refaire. Ils sont partis en mer quelques années auparavant pour les voir et Mizuki avait pu nager non loin de l’un d’eux. Quand elle était ressortie de l’eau, elle était tellement émue qu’elle en pleurait. Une moue enfantine apparaît sur son visage tandis qu’elle se retourne vers SungWook. « Mais… Jiji… les dugongs… »

Et puis il y a eu son visage, son regard si attendrissant et Mizuki s’est rendue compte qu’elle avait vraiment besoin de lui, là, maintenant. Finalement, elle se tourne vers le moniteur. « Ano… Je reviendrais une autre fois, j’ai des choses à faire ! Gomen ne ! » Elle ajoute qu’il n’a pas à s’inquiéter, qu’elle va ranger la bouteille et fermer le centre puis laissera les clés à l’endroit habituel. Il acquiesce et lui jette le trousseau du zodiac. Elle l’attrape et leur fait signe. Puis, elle balance la bouteille d’oxygène sur son épaule et entre dans l’espace client du centre de plongée. Sans mal, elle monte les bouteilles sur l’étagère au-dessus d’elle. Et au beau milieu des vestiaires avec la porte grande ouverte, elle retire sa combinaison. Surprise ! Elle a son maillot de bain en-dessous. Un petit maillot deux pièces rose et jaune qui ne couvre pas grand-chose – et de toute façon, il n’y a pas beaucoup à couvrir. « Je ne pensais pas te voir ici… » remarque-t-elle, sachant pertinemment que SungWook l’a suivie tandis qu’elle passe la combinaison au désinfectant soigneusement avant de la suspendre avec les autres. Enfin, elle prend son sac posé parmi les autres sur le banc des vestiaires et en sort un short qu’elle passe rapidement. Elle revient alors vers son ami et… et se colle presque à lui avec un sourire mutin. « Où est-ce que tu veux m’emmener ? »

_________________

HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN.
je pense à toi tout le temps. je pense à toi le matin, en marchant dans le froid. je pense à toi quand je te vois et aussi quand je ne te vois pas. j'aimerais tant faire autre chose que penser à toi mais je n'y arrive pas. si tu connais un truc pour t'oublier, fais-le moi savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

BlueStar | Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.   Mar 4 Déc - 20:19

    Il avait suivit la jeune fille à l’intérieur pour éviter de l’attendre inactif dehors. Ce fut d’ailleurs très instructif pour le jeune homme : il vit Mizuki enlever sa combinaison pour se retrouver vêtue uniquement d’un maillot de bain deux pièce plutôt léger.
    Elle lui fit une réflexion sous entendant que sa présence n’était pas nécessaire dans cette partie du bâtiment puis revint vers le coréen pour lui demander où il l’emmènerait.

    Un sourire se dessina sur le visage de SungWook. Tout ce qu’il voulait en venant chez son oncle, c’était passer le temps sans avoir à rendre des comptes à sa famille ▬ sa mère surtout ▬ mais en rencontrant Mizuki ses plans avaient changés.
    Bien sur il voulait toujours passé ces deux semaines tranquilles, profiter du beau temps et de la plage d’Okinawa, mais au moins il ne serait plus seul à ruminer dans son coin.

    Il saisit la main de la japonaise et l’entraina, comme lorsqu’ils s’étaient rencontrés, loin de la population.
    Il voulait vraiment aller voir les Dugongs, mais il savait aussi que les voir était rare.
    « Allons au bout du monde ! »

    Mizuki sourit à cette phrase, ne sachant sans doute pas quoi penser des intentions de son ami.
    « Bon ok, peut être pas au bout du monde, mais quittons la terre ferme pour aller trouver ces Dugongs ! »

    Il était bien content que son oncle ait des connaissances dans le domaine maritime, au moins il pouvait demander un petit bateau pour prendre le large quand il avait envie.
    Lorsqu’ils arrivèrent à la demeure d’un de ces fameux amis, Wook se dirigea immédiatement vers le ponton ou se trouvaient plusieurs bateaux. Il savait que là il y trouverait la personne qui lui permettrait d’emprunter un bateau.
    Il le salua chaleureusement et lui demanda la permission d’aller sur l’océan. Bien entendu, ne le voyant que très peu chaque année, l’homme lui accorda avec un grand sourire.

    Wook prit la clé en le remerciant et en promettant de revenir avant le couché du soleil ▬ de toute façon il avait d’autres plans pour la journée, il ne voulait pas passer tout son temps sur un bateau en plein océan ▬ et emmena Mizuki vers la ville.

    La jeune fille se laissa entrainer, elle avait l’habitude de le suivre dans ses folles envies. Ils arrivèrent rapidement à l’épicerie la plus proche et ils choisirent de quoi tenir plusieurs heures sur le bateau.
    Une fois les prévisions achetées, ils retournèrent vers la plage et Wook se dirigea directement vers le bateau en question.
    Il n’avait jamais obtenu le permis pour le conduire, mais il avait appris dès son plus jeune âge avec son oncle. Aujourd’hui il était content de pouvoir prendre le large quand il avait envie.

    Mizuki ne protesta à aucun moment. Ils montèrent alors dans le bateau et Wook démarra pour se diriger à une distance certaine, mais raisonnable de la plage.

    Quand il jugea être arrivé assez loin, il coupa les moteur et s’étira bruyamment.
    Mizuki n’avait pas cessé de le regarder avec un regard malicieux … savait-elle à quoi le coréen pensait ?
    Il n’avait aucuns doute sur ça, elle le connaissait plutôt bien. Depuis qu’ils s’étaient rencontrés, ils avaient été proches, très proches, mais n’avaient jamais décidé d’entamer une relation à proprement parlé. C’était clair pour eux : ça ne durerait pas.

    « Pourquoi tu me regardes comme ça ? »
    Le coréen s’approcha d’elle pour s’asseoir à ses côtés. Il lui sourit gentiment puis regarda l’océan, cette vue l’avait toujours apaisé.

    « Je suis content d’être tombé sur toi. Au moins quelqu’un supportera mon caractère de cochon pendant 2 semaines »
    Il eut un rictus, après tout, s’il était ici c’est surtout parce que sa mère ne voulait pas le gérer et que son oncle lui trouvait toujours des choses à faire quand il était seul.

    Il expira bruyamment puis se tourna de nouveau vers elle. Il allait la prendre dans ses bras et l’embrasser quand il sentit un doigt sur son front.
    Elle repoussa sa tête de ce simple geste ce qui frustra le jeune homme au plus haut point.
    Il avait l’habitude de ne pas se poser de question avec elle, tout simplement de foncé, d’autant plus qu’il savait qu’elle était seule à l’heure actuelle.

    « Quoi ? »
    Elle lui offrit l’un de ses plus beaux sourires. Mais Wook restait perplexe quant à sa réaction.
    Au fond, leur relation avait toujours été comme ça.

    « Ça y est je te rebute ? »
    Il fit mine de bouder comme un enfant, après tout elle viendrait vers lui, il en était sur.
    Ce n’était qu’une question de temps.

_________________

 Coréen Japonais Mandarin

" Please don't ... don't say goodbye ... "
I'll always be there for you :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RedStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.   Mer 5 Déc - 21:44

Et si elle lui disait qu’à ce moment-là, elle serait capable d’accepter d’aller jusqu’au bout du monde avec lui, juste pour s’éloigner de tout et de rester avec quelqu’un qui ne lui demanderait pas des comptes, qui ne lui ferait pas de reproches à tours de bras. Sentant la main de SungWook se faufiler et attraper la sienne, elle sourit et se blottit contre lui pour le suivre sans la moindre hésitation. Elle jette et enferme Hiroshi dans un coin de sa tête, se promettant de ne pas penser à lui pendant les deux prochaines semaines. Il veut une pause, il va l’avoir. Il ne la reverrait même peut-être jamais. Elle est trop en colère et perdue présentement pour lui accorder la moindre attention. Quand, à ce moment-là, Wook lui propose d’aller voir les dugongs, les yeux de la jeune femme s’éclairent et elle se décide vraiment à profiter de son séjour. Sa mère l’a envoyée ici pour qu’elle se repose et c’est bien ce qu’elle compte faire, mais en bonne compagnie. Ils marchent un moment avant d’atteindre la demeure de l’oncle de Wook. En réalité, celui de Mizuki et ce dernier se connaissent depuis longtemps et sont amis. Il faut avouer que ça facilite nettement la tâche aux deux jeunes. Pendant qu’ils marchent, Mizuki s’est blottie contre lui et, de temps à autres se surprend à caresser son bras du bout des doigts et embrasser son épaule. Elle ne sait pas pourquoi elle fait ça, mais ça n’a pas grande importance après tout.

La jeune femme a toujours été impressionnée par l’immensité de l’espèce de manoir dans lequel l’oncle de SungWook et, par instinct, elle se fait toute petite contre lui en lui se cachant derrière lui. L’homme à qui il demande un zodiac lui jette un petit coup d’œil et lui sourit. Son côté timide refait surface. Elle se cache dans l’épaule de Wook comme s’il était son petit ami. Elle n’aime pas être dévisagée comme ça, à vrai dire. Et ce type, aussi adorable soit-il, lui fait un peu peur. Puis, son ami l’embarque dans un tourbillon d’allers et venues auxquels elle ne fait pas vraiment attention. Elle le suit partout aveuglément et le laisse choisir patiemment ce qu’il veut emporter sur le bateau. Apparemment, il compte les faire s’exiler une bonne partie de la journée. Cette pensée la rend littéralement euphorique. Ils vont pouvoir faire littéralement ce qu’ils veulent sans avoir peur d’être surveillés par les journalistes. Parce qu’avouons-le, à moins qu’ils ne viennent en bateau ou en apnée, ils ne risquent pas de les trouver. Et même s’ils y arrivent, Mizuki et SungWook s’en rendraient immédiatement compte. C’est en partie pour ça qu’elle a vraiment hâte de partir.

Une fois sur le bateau, elle va s’assoir à l’avant tandis que Wook se met à la barre. Durant le trajet, elle jette de fréquents coups d’œil au jeune homme. Elle se sent d’humeur joueuse et presque séductrice. Retirant à nouveau son short, elle s’allonge complètement à l’avant, fermant les yeux pour profiter du soleil. A ce moment-là, elle sait qu’elle est belle, désirable et que Wook n’est pas insensible à son charme. Depuis qu’elle est bien plus jeune, étrangement, il n’y a jamais été insensible. Au bout d’un moment – impossible de savoir si c’est parce qu’il les considère assez loin ou s’il en a trop envie – il s’arrête et coupe les moteurs. Puis il s’assoit à côté d’elle. Mizuki se tourne vers lui et lui adresse un sourire malicieux. « Pourquoi tu me regardes comme ça ? » Un petit rire échappe ses lèvres. Il sait très bien pourquoi elle le regarde de la sorte. C’est une envie qui lui est revenue très soudainement. Joueuse, elle fait glisser ses doigts sur les bras bien musclés de Wook sans rien dire. Elle aussi est heureuse de l’avoir trouvé. Ce n’est pas pour autant qu’elle va se laisser faire si facilement. Quand il se penche vers elle et qu’elle sent qu’il veut l’embrasser, elle soupire longuement, laissant son souffle errer sur les lèvres de Wook, puis pose un doigt sur son front pour le repousser fermement.

Il aime quand elle fait ça, elle le sait et c’est pour cette raison qu’elle agit ainsi. Elle veut le faire patienter le plus possible, pour qu’il en ait vraiment envie, qu’il vienne vraiment la chercher. Souplement, elle se lève sur le zodiac et s’éloigne de l’objet de ses tentations. D’un geste rêveur, elle détache l’élastique retenant sa chevelure blonde. Celle-ci dégringole sur ses épaules, jusqu’au milieu de son dos. Jouer avec lui est d’une telle distraction qu’elle se sent complètement libérée. « Ça y est, je te rebute ? » demande-t-il avec une moue enfantine qui fait littéralement fondre le cœur de Mizuki. Mais elle sait qu’elle ne doit pas céder, sinon ce ne serait plus drôle. Elle est d’humeur très sensuelle aujourd’hui. Glissant un doigt dans l’élastique du maillot, sur sa hanche, elle recule jusqu’au bord du bateau. « Oh non, non… » murmure-t-elle, à peine audible par-dessus le bruit de l’eau. Jouant les séductrices, elle se mord la lèvre inférieure. « Si c’est moi que tu veux, viens me chercher. » rit-elle. Soudain, elle se retourne et effectue un plongeon tout en souplesse. L’eau l’engouffre complètement et, pendant un petit moment, elle n’entend plus rien que le bruit de l’eau autour d’elle. Elle est fraîche mais pas assez pour donner des frissons. Au contraire, c’est agréable.

Elle parcourt plusieurs mètres sous l’eau, profitant allègrement de la fraîcheur de l’eau, sachant que dans quelques temps, elle en aura plus que besoin. Quand elle ressort, Wook est encore sur le bateau. Il la regarde. Le sourire de la jeune femme s’élargit. Sans attendre, elle replonge, allant plus profondément de sorte que, du bateau, Wook ne puisse plus la discerner. Elle nage jusqu’au bateau, n’ayant aucune difficulté à garder les yeux ouverts malgré l’eau salée, et passe par-dessus pour ressortir très discrètement de l’autre côté en se dissimulant contre la coque. Elle veut que Wook la retrouve, comme pour s’assurer que lui, au moins, ne l’a pas oubliée et la cherchera quoi qu’il en soit. Tout doucement, anxieuse quand même, elle se hisse pour voir par-dessus la coque. Elle tombe nez à nez avec le visage de son ami, tout près du sien, et sursaute légèrement mais son sourire revient. Il la connaît vraiment trop bien. Alors, elle se redresse encore un peu et l’attrape par la nuque, comme si elle allait l’embrasser. Et c’est l’impression qu’elle veut donner avant, au dernier moment, de lâcher prise sur le bateau pour replonger dans l’eau et l’entraîner dans sa chute. Cette dernière est un peu chaotique mais quand ils émergent, Mizuki rit aux éclats. « C’est pour ça que j’adore l’océan ! » remarque-t-elle sans cesser de rire.

_________________

HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN.
je pense à toi tout le temps. je pense à toi le matin, en marchant dans le froid. je pense à toi quand je te vois et aussi quand je ne te vois pas. j'aimerais tant faire autre chose que penser à toi mais je n'y arrive pas. si tu connais un truc pour t'oublier, fais-le moi savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

BlueStar | Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.   Sam 15 Déc - 11:03

    Habituellement cette moue fonctionne plus que bien, Mizuki craque toujours. Et pourtant, aujourd’hui elle est plus joueuse que d’habitude. Elle détache ses cheveux en avançant jusqu’au bord du bateau et saisit le côté de son maillot de bain.
    « Oh non, non… »
    Wook la regarde alors intrigué : c’est un de ces moments ou elle va le chercher au point qu’il craque presque. Mais jusqu’à maintenant ça a toujours été l’inverse.
    « Si c’est moi que tu veux, viens me chercher. »
    Elle laisse échapper un rire avant de plonger de façon gracieuse dans l’eau.

    Wook se retrouve alors seul sur le bateau. Un sourire se forme sur ses lèvres « Si tu veux jouer, on va jouer … »
    Il regarde l’océan, et aperçoit Mizuki qui ressort la tête de l’eau un peu plus loin.
    Il sait déjà comment elle va procéder, et il attend donc qu’elle replonge pour se lever tranquillement et aller de l’autre côté du bateau.
    Là il s’allonge sur le ventre, attendant que Mizuki daigne sortir la tête de l’eau une nouvelle fois.
    Coup de chance, elle se trouve juste à son niveau. La japonaise sursaute de voir son ami d’aussi près et se hisse un peu pour pouvoir approcher son visage du sien.
    Wook tend le cou, il est persuadé qu’elle va finir par l’embrasser, et pourtant …
    Elle lui saisit la nuque et l’entraine dans l’eau avec elle.

    Lorsqu’il remonte à la surface, il découvre Mizuki entrain de rire. Il fait mine de faire la tête, après tout c’est elle qui a commencé le jeu.
    Il se dirige alors vers le bateau pour s’y accrocher d’une main, voulant ainsi éviter tout effort pour le moment.
    Et comme il l’avait prévu, Mizuki se rapproche de lui en lui demandant de ne plus bouder.
    Son sourire est magnifique et Wook pourrait rester des heures à la regarder rire.

    Une fois qu’elle est assez proche de lui, il l’attrape par la taille, la tirant vers lui.
    Bien qu’ils soient dans l’eau, il frissonne au contact de sa peau sur la sienne. De la main par laquelle il l’a attrapée, il joue à son tour avec l’élastique du maillot de bain de la jeune fille.
    « Alors … tu veux toujours jouer ? »
    Il la regarde avec un air malicieux, se mordant la lèvre inférieure comme elle l’avait fait précédemment.
    Ils sont tellement proches à cet instant que Wook peut sentir la respiration de Mizuki devenir irrégulière, et les battements de son cœur accélérer.
    Il lui offre son plus beau sourire, celui qui la fera craquer et attend qu’elle approche son visage du sien.

    Quand ils sont assez proches, il s’empare de ses lèvres, ne lui laissant pas le temps de jouer de nouveau avec lui.
    Maintenant c’est à son tour !
    Sa main droite accrochée au bateau, il maintenait fermement la japonaise par les hanches de la main gauche. Avec Mizuki il ne se pose pas de question. Depuis leur première rencontre le courant avait passé, il avait été électrique d’ailleurs. Aujourd’hui il se sent juste heureux de pouvoir passer ses deux semaines avec elle, il va enfin pouvoir s’accorder un peu de temps pour lui, et il savait que Mizuki ne serait jamais contre.

    Il se détacha d’elle, le cœur battant à tout rompre. La japonaise avait les yeux encore fermés, ce qui fit sourire Wook.
    Il s’approcha de son oreille pour lui murmurer « D’ou te viens cette force de réussir à me résister ? »

    Il s’éloigna, la regardant sourire avec malice.
    « Bon, je remonte, on rentre ? »
    La jeune fille le regarda avec des yeux surpris. Elle ne s’y attendait pas et il savait exactement comment procéder avec elle.
    Il n’avait pas envie de rentrer bien sur, il voulait juste la forcer à remonter sur le bateau.
    Une fois sortit de l’eau, Wook prit une serviette pour se sécher rapidement. Quant à Mizu …. Elle remontait sur le bateau en boudant.

    Le coréen étala la serviette, et quand son amie arriva à son niveau, il saisit une fois de plus ses hanches la faisant tomber doucement sur la serviette qu’il venait d’installer.
    Au moins ses entrainements ne servaient pas à rien, il avait de plus en plus de force dans les bras et les jambes.

    Mizuki allongée, Wook s’installa à côté d’elle, la prenant dans ses bras. Depuis toujours il avait eu un faible pour elle, et même si leurs sentiments n’ont jamais été profonds, ils se sentent bien ensemble.
    Il déposa un léger baiser sur son épaule en même temps qu’il effleurait son bras de ses doigts.
    Il se sentait bien, pour une fois depuis plusieurs mois il se sentait reposé.
    Il laissa sortir un soupire, fermant les yeux pour profiter de la proximité avec Mizuki et du soleil réchauffant sa peau.

_________________

 Coréen Japonais Mandarin

" Please don't ... don't say goodbye ... "
I'll always be there for you :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

RedStar | Admin & Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.   Dim 16 Déc - 19:00

SungWook est consciencieusement en train de faire fondre le cœur de Mizuki à force d’être aussi adorable. Alors qu’elle rit aux éclats, il nage vers le bateau pour s’y raccrocher, comme s’il avait peur de couler. Mizuki voulait simplement jouer et elle s’en voudrait énormément si elle l’avait vexé. Avec un petit regard penaud, elle fait la brasse jusqu’à lui. « Ne boude pas, s’il te plait… » murmure-t-elle en tendant les bras. Elle a dans l’idée de le prendre dans ses bras et de se faire pardonner de la manière la plus évidente qui soit pour eux. Mais avant qu’elle ait pu initier le mouvement, Wook l’attrape presque brusquement par la taille et l’attire à lui, réduisant à néant la distance qui les séparait. La jeune femme étouffe un petit cri de surprise. Son ami l’impressionne. Il a toujours cette lueur d’envie dans les yeux quand il la regarde. Il l’a toujours eue, encore plus maintenant qu’ils sont l’un contre l’autre. Elle commence à avoir chaud malgré la fraîcheur de l’eau et sait qu’elle rougit en sentant son visage s’enflammer tout d’un coup, lorsqu’il lui demande avec un air taquin si elle veut toujours jouer. Pas besoin de mots pour répondre à ce genre de questions. Le corps parle de lui-même. Elle passe les mains derrière sa nuque. Leurs nez s’effleurent plusieurs fois mais la blonde reste fixée sur les lèvres de son ami jusqu’à ce qu’elle cède et se rapproche sensiblement. Les lèvres entrent littéralement en collision. Etrangement, l’embrasser ne lui donne pas mauvaise conscience. Elle avait envie de lui mais avait aussi peur de s’en vouloir. En fait, elle se sent juste bien.

Le baiser prend fin trop vite, sur l’initiative de Wook. La jeune femme fait la moue. Pourquoi si vite ? Ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose après tout car, quand elle revient sur Terre, son cœur bat tellement vite qu’elle en a mal à la poitrine. Elle fronce les sourcils un instant et les murmures de Wook à son oreille la détendent et lui permettent de se concentrer sur autre chose. « D’où te viens cette force de réussir à me résister ? » demande-t-il faiblement. Mizuki ne répond pas, encore complètement perdue dans son envie de l’embrasser de nouveau. Juste au moment où elle se redresse pour rejoindre de nouveau leurs lèvres, le coréen s’échappe et nage jusqu’à l’arrière du bateau pour remonter à bord. Sans bouger, Mizuki le suit du regard, partagée entre la colère et l’envie qu’il lui inspire. « Bon, je remonte, on rentre ? » demande-t-il comme s’il ne venait pas de la souffler. Intérieurement, elle fulmine. Bon Dieu, il est incroyable. Et le pire, c’est qu’il fait toujours ça. Secouant la tête, Mizuki replonge sous l’eau. Sa fraîcheur ne l’aide pas vraiment et pourtant, elle aurait bien aimé. Un soupire s’échappe de ses lèvres, laissant des bulles remonter à la surface avant d’elle aussi émerger. Il est déjà à bord du zodiac. Finalement, elle se résout à faire de même et nage jusqu’à l’arrière du bateau avant de s’y hisser aisément. Il ne viendrait pas l’aider, non. « Ça servait à quoi qu’on aille acheter à bouffer alors ? » râle-t-elle, surtout déçue parce qu’elle voulait l’embrasser encore et qu’il ne lui en avait pas laissé le temps.

Lorsqu’elle se redresse, elle manque de se casser la figure à cause des vertiges qui lui viennent à chaque fois qu’elle se lève trop vite. Entre le soleil qui lui tape sur la tête, le fait qu’elle n’ait rien avalé depuis la vieille à midi et qu’elle ait perdu du poids ces derniers temps, elle y voit double. Deux Wook, c’est intéressant ça. Heureusement, dans un sens, qu’il la retient par les hanches pour la faire tomber sur la serviette, sinon elle se serait écrasée sans grâce – comme d’habitude. Mais là encore, ça ne lui convient pas, parce qu’elle est toute seule et qu’il est trop loin d’elle. Quand ils se voient, il faut toujours qu’ils soient proches l’un de l’autre, qu’ils se touchent. Inexplicablement, Mizuki en a besoin. Wook est l’une des personnes auxquelles elle ne pourrait jamais renoncer. Alors elle tend les bras vers lui. « Viens… » geint-elle doucement avec une moue qui se veut triste jusqu’à ce qu’il soit enfin contre elle et elle blottit entre ses bras. Sans un mot, elle se tourne sur le côté et pose un bras sur ses hanches, laissant le bout de ses doigts effleurer la serviette de bain derrière Wook. Ses yeux sont fermés. De longues minutes passent et le soleil assomme tellement la jeune femme qu’elle finit par somnoler. Au moment où elle va s’endormir, son corps est secoué par un sursaut alors qu’elle a l’impression de tomber. Cela suffit largement à la réveiller en sursaut. Elle se redresse en grommelant. Cette sensation est juste atroce. Comme si ce n’était pas suffisant, son ventre grogne bruyamment.

« Uh… » Dégoûtée que son corps étrange ait encore fait des siennes, elle s’arrache aux bras de Wook et marche à quatre pattes jusqu’au sac de nourriture qu’ils ont embarqué avec eux. Il n’est pas encore très tard, pas assez pour que ce soit l’heure de manger mais elle sent que si elle ne mange pas très vite quelque chose, elle risque de s’évanouir ou de vomir. « J’ai faim. On mange ? » demande-t-elle. Elle n’attend même pas la réponse de son ami pour ramener le sac vers eux et en tirer des sandwiches. Un pour Wook et un pour elle. Avant de lui donner le sien, elle se blottit de nouveau contre lui. Jetant l’emballage dans le sac, elle mord dans le pain, arrachant une bouchée énorme. Si énorme qu’elle a du mal à la faire tenir dans sa bouche fermée et ça la fait rire, une main devant ses lèvres. Parfois, elle se trouve vraiment stupide et se demande comment Wook fait pour la supporter sans jamais rien lui reprocher. Quand enfin elle a réussi à avaler tout ce qu’elle avait dans la bouche sans mourir asphyxiée, elle soupire. « Ah, ça fait du bien… » Un gémissement échappe ses lèvres. Manger après presque une journée de jeûne involontaire, même manger quelque chose d’aussi mauvais pour sa ligne, c’est un régal. Mais malgré la chaleur du soleil, elle frissonne contre Wook. La jeune femme remue sans vraiment se rendre compte qu’elle est contre ses hanches. « Serre-moi, j’ai froid. » demande-t-elle, avec une pointe d’autorité dans la voix. Quand elle s’en rend compte, elle lève la tête et la tourne pour pouvoir attraper les lèvres de Wook. Ce simple baiser envoie une vague de chaleur dans tout son corps et la fait frissonner encore plus. Après de longues secondes, elle s’écarte avec un petit sourire et prend une nouvelle bouchée du sandwich végétalien. Elle a un point de ketchup sur le nez et ne s’en rend même pas compte.

Finissant le sandwich, elle pose une main sur le bras de son ami, le caressant du bout des doigts. « C’est bon de te retrouver. » dit-elle rêveusement. Ça fait plus de quatre ans qu’elle n’a pas pu le toucher comme elle le fait et, même s’il ne remplacera pas Hiro, ça lui fait beaucoup de bien. Mizuki se met un peu plus à l’aise entre ses bras et passe les bras autour de son cou. « Tu m’as vraiment beaucoup manqué, tu sais. »

_________________

HOLD YOUR BREATH &COUNT TO TEN.
je pense à toi tout le temps. je pense à toi le matin, en marchant dans le froid. je pense à toi quand je te vois et aussi quand je ne te vois pas. j'aimerais tant faire autre chose que penser à toi mais je n'y arrive pas. si tu connais un truc pour t'oublier, fais-le moi savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



My little secrets
MessageSujet: Re: FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.   

Revenir en haut Aller en bas
 

FLASHBACK in Okinawa - The cure for anything is salt water: sweat, tears or the sea.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» 06. [Freeman's] Cure for Hangover...
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Japan - Tokyo :: Autres lieux-