Behind Closed Doors

Partagez | 
 

 « Tu m'aimes tellement que tu vas jusqu'à me suivre dans une cabine ? » ft. Wang MingXian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

GoldStar | Modo & Idole

My little secrets
MessageSujet: « Tu m'aimes tellement que tu vas jusqu'à me suivre dans une cabine ? » ft. Wang MingXian   Lun 3 Déc - 20:47



Tu m'aimes tellement que tu vas jusqu'à me suivre dans une cabine?



MingXian&Na Yung
P
longée dans un sommeil profond, la jeune femme n'avait pas entendu sa partenaire de chambré se lever. Elle n'avait pas non plus entendu Li Hua vomir tôt le matin dans la salle de bain qui se trouvait juste à côté. Ou encore ses autres compagnes faisant un bazar pas possible tandis qu'elles se préparaient pour profiter de leur journée libre. Il devait être dans les alentours de onze heures lorsque la Crowned ouvrit ses paupières. Elle posa son regard sur le lit vide qui se trouvait face au sien et tendit l'oreille à la recherche du moindre petit bruit pouvant provenir du dortoir. Rien. Pas même de son émanant de la télévision habituellement toujours allumée. Dans un soupire, elle remit sa grosse couette d'hiver sur son visage et resta dessous pour colmater. Elle allait devoir passer la journée seule alors que ce qu'elle désirait à cet instant précis, c'était de prendre Liyu dans ses bras, voire Na Yoon si cela était possible. Elle se sentait faible ce matin là, et s'imaginait prendre des vitamines en plus de ses pilules quotidiennes lui donnait des hauts le cœur. En effet, s'il y avait bien une chose qu'elle détestait, c'était ses médicaments qui lui rappelaient un souvenir qu'elle n'arrivait pas à reconstituer proprement. Ce souvenir qui pourtant était essentiel à son existence. Il l'avait conduit à devoir vivre avec des adultes qui n'étaient même pas ses vrais parents et par dessus tout, il lui avait laissé des séquelles contre lesquels ni elle, ni personne ne pouvait faire quelque chose. On lui avait déjà dit mainte et mainte fois qu'un jour peut-être, sa mémoire reviendrait, qu'elle aurait des flash, et elle n'avait jamais cessé d'essayer de les provoquer. Cependant, rien n'avait marché et elle se retrouvait là, sous un édredon qui la protégeait du froid, à réfléchir à tout ce qu'elle avait perdu alors qu'elle n'était âgée que de cinq ans.
D'un geste brusque, Na Yung retira la couverture de sur elle et se leva. Sa vue lui fit comprendre que son mouvement soudain n'avait pas été des plus favorables en se noircissant et l'obligea à attendre quelque seconde le temps que ses esprits redeviennent clairs. Une fois les yeux dégagés de ce voile, elle sortit de la pièce pour se diriger vers la cuisine vide normalement squattée par une des filles du groupe -voire plusieurs. Elle prit le temps de crier le nom de chacune de ses amies pour bien vérifier qu'elles étaient toutes bel et bien sorties et finit par préparer son petit déjeuner qu'elle composa de céréales, d'un croissant, d'un grand verre de jus d'orange et de quelques biscuits que sa gourmandise lui avait ordonné de prendre dans le placard. Elle alla s'installer dans le canapé sur lequel son corps tomba de manière las et commença à engloutir les aliments telle une pauvre fille en pleine dépression. Son humeur était de loin une des pires qu'elle avait pu avoir, un mélange de colère et de tristesse. Autant dire qu'il était préférable de rester loin de la jeune chanteuse aujourd'hui. Elle zappait les chaînes qui passaient sur l'écran plasma du salon sans réellement poser le regard dessus, bien trop occupée à envoyer un message à Li Hua pour laquelle elle s'inquiétait particulièrement. Une fois son texto envoyé, elle eut une petite moue agacée. Na Yung ne savait toujours pas exactement ce qu'allait devenir son amie, ou même le petit ami de celle-ci -bien qu'elle se fichait complètement de ce dernier. Elle s'occupa en pesant le pour et le contre de cet enfant dit d'amour et revint à la même conclusion que d'ordinaire : c'était une mauvaise idée. Le garder était tout sauf idéal. Elle était têtue là dessus et ne changerait certainement pas d'avis si tôt.
Soudain, quelque chose attira son attention. Un nom provenant des enceintes du téléviseur. Elle leva la tête subitement et plissa les yeux en fixant l'écran : c'était une des chaînes de l'agence et ils repassaient à nouveau la graduation de deux des membres des Man Yue, YunJie et MingXian. C'était d'ailleurs le moment du discours de ce dernier qui allait bientôt marquer la fin de la cérémonie. La brunette leva alors les yeux au ciel et, bêtement, s'adressa au chinois qui passait sur sa télé :
    « Tssss, c'est ça, baratine tout le monde avec tes salades, ça marche pas avec moi. Et patati, et patata, arrête ton discours de beau parleur. » elle commença à mâcher un de ses biscuits mais n'arrêta pas pour autant de parler, même si elle en mettait partout « T'as beau avoir un joli minois, ça enlève en rien le fait que t'es un idiot fini ! Et les gens s'en rendent même pas compte, ça me désole ! »

Elle eut envie de balancer le dernier biscuit de son paquet contre l'appareil électronique mais se résigna, reprenant ses bonnes manières, et l’engouffra entier dans sa bouche. Elle prit soin d'éteindre le téléviseur en adressant un grand sourire hypocrite au garçon qu'elle détestait sûrement le plus au monde, le bec encore plein de morceaux du gâteau qu'elle venait de se mettre en bouche puis décida de bouger. Elle ne désirait pas rester cloîtrée dans l'appartement à se dessécher comme une loque ou continuait à rager sur un pauvre mec passant sur son écran télé. Après avoir rangé tout ce qu'elle avait utilisé pour son repas, elle pressa le pas et sauta dans sa douche. Elle chantonnait et sentait sa mauvaise humeur la quitter petit à petit. Puis elle sortit en enroulant une grosse serviette chaude autour de sa poitrine avant de se brosser les dents et de se maquiller soigneusement. C'était peut-être une journée de congé aujourd'hui, mais si elle se montrait en ville, il valait mieux qu'elle soit présentable. En revanche ce n'était pas un réellement problème, de nature plutôt coquette, elle ne se négligeait que rarement, et jamais en public. Manquerait plus qu'elle se retrouve à la une de la presse à scandale présentée comme une membre des Crowned ayant perdu tout bon sens de la mode et définit comme une débraillée. Elle faisait principalement attention à son image pour éviter tout problème au groupe, ce qui était pour elle l'essentiel.
Une fois parée, elle retourna dans sa chambre, sortit sa boîte de médicaments et avala une de ses pilules sans grande joie puis mit le petit boîtier dans son sac à main au cas où un de ses maux de crânes faisait surface. Fin prête, elle prit la porte et quitta le bâtiment pour monter dans un taxi qu'elle avait appelé juste avant de partir. Sur le trajet elle fourra ses écouteurs dans ses oreilles et observa le paysage qui défilait sous ses yeux. Le mois de décembre venait de débuter, ce qui voulait dire que la saison la plus fraîche de l'année allait bientôt s'installer en même temps que les fêtes de Noël. Noël... certainement la fête qu'elle redoutait le plus. Chaque année, au lieu de passer son temps en famille, elle s'isolait dans un bar et noyait sa peine dans plusieurs verres de divers alcools. Rien de bien jovial ou glorieux, mais c'était son unique façon d'oublier ce qui la pourchassait depuis toute petite: l'ignorance, la défaillance de sa mémoire. Bien que boire n'aidait en rien son cortex mental. 
Rejetant toutes idées noires, la jeune femme se laissa émerveiller par les décors que la ville montait. Intérieurement, elle se promit de venir faire un tour un soir pour pouvoir admirer les lumières posées un peu partout et être éblouie par la magnificence du spectacle qu'on lui offrait.
Le chauffeur lui annonça qu'ils étaient arrivés à destination et le prix qu'elle devait lui payer. L’idole lui tendit quelques billets -plus qu'il ne fallait- et lui adressa un rapide sourire avant d'ouvrir la portière du véhicule. Elle jeta des petits coups d'oeil à sa droite puis à sa gauche et constata qu'on ne l'avait pas suivi. Non pas qu'elle pensait être poursuivie, mais elle se méfiait des paparazzis. Il suffisait d'un seul et unique cliché pouvant coûter de l'or pour que sa carrière soit démolie, et c'était bien ça qui l'effrayait, tout comme cela apeurait toutes les autres recrues de la ASE qui étaient sans cesse surveillées.
Sans plus attendre, elle reprit sa marche et entra dans un grand centre commercial situé à Chaoyang : le 3.3 Fashion Mall qui était plutôt luxueux. Elle ne désirait pas acheter un tout nouveau pull d'une valeur exorbitante, ou une paire de chaussures uniques en Asie. En réalité son salaire ne lui permettait toujours pas ce genre de plaisir au quotidien même si elle en rêvait. Non tout ce qu'elle voulait été s'extasier devant ces petites choses, en essayer, s'occuper l'esprit pour fuir ses tracas. Puis en plein après-midi, un lundi, ce type d'endroit était forcément peu fréquenté par les fans, du moins c'était ce qu'elle imaginait...
Se baladant à l'intérieur des différents rayons d'un des nombreux magasins de mode du centre, Na Yung eut l'impression que c'était la première fois depuis bien longtemps qu'elle n'avait plus cette sensation de poids sur les épaules. Le groupe, le succès de leur nouveau single Super Lover, Li Hua, Na Yoon qui était bien trop loin à son goût, Yong Nian qu'elle avait vu plusieurs fois dans un état déplorable brisant ainsi son pauvre cœur aux allures intouchables. Tout cela s'ajoutant à ses courtes nuits entraînant la fatigue et tout ce qui s'en suit.
Soudain, elle entendit des murmures provenant de l'autre bout de l'étalage où elle se trouvait. Des légers « C'est elle tu crois ? » « Oui oui je suis sûre, oh mon Dieu ! » qui ramenèrent bien vite sur Terre Na Yung. Elle leva discrètement les yeux au ciel et se dirigea vers le rayon suivant suivie par le groupe de jeunes filles qui ne cessaient pas leurs chuchotements pour la plupart indiscrets : « Tu penses qu'on peut lui parler ? » « Je ne sais pas... Tu sais qu'on dit qu'elle aurait une relation avec un des membres des Hei Ye ? Ou du moins qu'ils seraient très proches ? ». La Crowned eut envie de se retourner vers elles et de leurs dire sèchement qu'elles feraient mieux de s'occuper de leurs fesses. Qu'on lui invente des relations, elle acceptait, c'était quelque chose qui arrivait à toutes personnes plus ou moins connues, mais lorsque cela toucher son ami, elle était prête à sortir les griffes. Elle qui pensait qu'elle allait être tranquille aujourd'hui, le ciel en avait décidé autrement...
Cependant, au lieu de créer un scandale au milieu de tous ces gens, elle eut une meilleure idée: s'échapper avant qu'elles ne lui adressent la parole. Très vite, Nana sortit du rayon et s'élança dans le reste du magasin avant même que les autres ne la remarquent. Elle courut au département pour hommes, pensant qu'elles ne viendraient pas la chercher ici et stoppa sa course, ne voulant pas gaspiller son énergie inutilement. Mais des cris se firent entendre non loin de là ce qui raviva la peur en elle. Elle réfléchissait à une solution tout en pressant sa démarche. Certains hommes la regardaient de manière presque obscène, d'autres froncés les sourcils, se posant des questions quant à sa présence à cet endroit. Mais elle n'y porta aucune attention, bien trop prise par sa fuite. Un brouhaha résonna à quelques mètres, à croire que le groupe d'adolescentes avait triplé. Paniquée, Na Yung fit la première chose qui lui passa par la tête : entrer dans une cabine d'essayage devant laquelle elle passait.
Elle sentit son corps se heurter à quelque chose de beaucoup plus agréable qu'un mur et ce n'est que lorsqu'elle ouvrit les yeux qu'elle put voir qu'elle se trouvait nez à nez avec un.. torse dénudé. D'instinct, la jeune adulte se recula brusquement, collant son dos à un des trois murs de la cabine et fixait le sol, gênée. Ses joues étaient légèrement pourpres lui donnant un air de petite fille qu'il était bien rare de voir. Non pas qu'elle n'avait jamais vu de torse de sa vie, il suffisait de regarder des photos de groupes masculins de la ASE et le tour était joué. Mais la situation lui apparaissait comme embarrassante. Elle était dans une cabine, avec un homme -bien fait par dessus le marché, et qui sait ce que les gens pourraient penser s'ils les voyaient là. D'ailleurs, qu'est-ce que l'homme devait penser d'elle. Qu'elle était une perverse ? Une voyeuse ? Ou pire... Sans plus attendre, elle annonça à voix basse tout en levant les yeux vers l'être qui lui faisait face :

    « Je suis vraiment désolée, ce n'était pas vou... TOI ! » finit-elle plus fort qu'elle ne le voulait, choquée.


Qu'on la frappe, qu'on la poignarde, qu'on l'achève maintenant tout de suite, c'était tout ce qu'elle demandait. Elle aurait préféré se retrouver avec un parfait inconnu plutôt que lui. Elle n'y croyait pas, tellement qu'elle cligna plusieurs fois des yeux afin d'être sûre que ce n'était pas une mauvaise blague de son système optique. Apparemment non. Elle eut un rictus, se rappelant que c'était alors contre lui qu'elle s'était cognée et donc, c'était lui qu'elle avait touché. A cette idée, elle eut envie de vomir tous les biscuits qu'elle avait mangé en le critiquant à la télévision. Car oui, celui devant lequel elle se retrouvait à ce moment n'était autre que l'homme qu'elle supportait le moins sur cette maudite planète : MingXian.

Décidément, le ciel n'était pas de son côté ce jour-là.

_________________


∞ losing my breath.
we accept the love we think we deserve
I wake up early every morning, and I’m busy all day, I don’t even eat a proper meal, but I do this because I like it. The money may be little but it’s from my own sweat, this isn’t a ring that a boyfriend bought me... If you trust men, what will you do when they leave you?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin | Performer C Chanteur

My little secrets
MessageSujet: Re: « Tu m'aimes tellement que tu vas jusqu'à me suivre dans une cabine ? » ft. Wang MingXian   Jeu 3 Jan - 11:24

Tenue ~ en haut

Après avoir passé bien au moins quatre années intenses à se réveiller dans une pièce décidément trop petite pour eux trois, près d'un Kuma encore ronflant -parce que seuls dieu, Mingxian et Yunjie savaient à quel point Kuma pouvait ronfler fort des fois, même si ce dernier finissait toujours par le nier- et d'un lit très certainement vide mais pas encore fait, les draps encore froissés de la nuit que Yun avait dû passer là, sa chambre, qui ne comportait maintenant qu'un seul grand lit à deux places, une armoire unique et tous ses instruments de musique dans un coin de la pièce ou accrochés aux murs, semblait lui paraître vraiment bien trop grande. C'était ce qu'il se répétait tous les matins depuis que lui et son ami taïwanais avaient  emménagés dans ce nouvel appartement.

Sa chambre, bien qu'elle soit remplie de meubles divers et qu'il avait soigneusement décorée,  dès qu'il en avait eu l'occasion en quelque chose de sobre, efficace et élégant, lui paraissait affreusement vide. Et c'était en un sens pour lui, tout autant un soulagement que quelque chose qui lui fendait le cœur. S'il avait vécu avec eux, avec cela pendant si longtemps, il ne s'était pas bien rendu compte de leur importance -à tous, il n'y avait pas que ça, mais aussi Zhou déjà présent dans le living room avec leur petit déjeuner prêt à être déguster, ou Guo Zhi encore tatoué par la farce de la veille exécutée par lui et son partenaire de crime, la télé allumée sur un programme musical, le manager qui grogne et qui les engueulent pour cette même farce qui ne s'efface pas à l'eau et difficilement au savon, un autre manager qui leur crie de se presser car ils risquent d'arriver en retard et lui qui ne bouge pas plus vite et prends son temps car arriver à l'heure n'a jamais fait partie intégrante de ses principes... tout ça- que quand ils avaient changé d'environnement pour venir s'installer ici. Il ne s'en était rendu compte que quand il avait été presque forcé de les quitter, même si il l'avait aussi toujours su, que toute cette routine comptait énormément pour lui. Il ne l'avait jamais nié, et n'avait jamais pris cela pour acquis, mais il s'y était habitué. Et maintenant que tout cela était brisé, changé, métamorphosé, cela avait laissé une place vide, une sorte de malaise persistant qui  ne voulait pas le laisser tranquille.
Pour le moment, l'appartement lui paraissait encore étranger, la disposition des meubles, les murs trop blancs et propres, la présence de silence en fin d'après midi, le canapé en cuir dont ils avaient partagé l'achat, la luxueuse télé avec son écran plat et son incroyable finesse, la cuisine presque propre et pas encore ravagée par leurs capacités épouvantables -ou du moins, au moins celles de Mingxian- tout cela, étaient des choses auxquels il n'était pas le moins du monde habitué, et qui lui paraissaient étranges, comme n'ayant pas de place dans sa vie. Mais il savait bien que dans peu de temps, encore quelques jours, quelques semaines ou quelques mois, il s'y ferait. Bientôt, tout cet appartement, tous ces nouveaux évènements et habitudes deviendraient les siennes, jusqu'à devenir sa routine, sa simple vie. Il le savait bien, il n'en avait jamais douté. Et il était certain que dans peu de temps, il serait aussi persuadé qu'il avait fait le bon choix, qu'il ne pouvait regretter en rien ses agissements et que c'était la meilleure chose à faire. Il était content d'avancer, de changer, de se métamorphoser, en un sens. C'était juste cette mélancolie qui s'était logée dans son cœur pour un temps encore indéterminé qui le faisait encore penser à ses choses le matin, quand il se réveillait tout juste dans cette chambre bien trop vide et spacieuse à son goût. Et c'était tout. Il était conscient, mieux que quiconque, qu'il s'y ferait et que ce sentiment disparaitrait bien vite.
Et pour l'instant, l'idée que Yun dorme dans le même appartement, dans la chambre juste à côté de la sienne, dans une pièce encore bien trop grande et sûrement trop vide pour sa personne, suffisait à le rassurer et lui inspirer de la confiance.

Il se leva à sa propre heure ce matin là. C'est à dire qu'il se leva quand le soleil ayant percé de ses rayons la vitre de sa fenêtre, avait émis suffisamment de lumière pour qu'il finisse par ouvrir les yeux. Ce qu'il trouvait drôle et assez déroutant dans le fait qu'il ait gradué était que les horaires lui paraissaient en même temps totalement différentes et affreusement similaires. Il était sûrement tout autant fatigué qu'en étant membre à part entière de Man Yue si ce n'était plus, mais il jouissait aussi d'une certaine liberté toute particulière à son nouveau statut. Il n'était pourtant pas bien sûr que ce ne fut pas seulement car ils étaient encore en période d'entraînement, histoire de se remettre totalement à niveau, de progresser et se préparer à ses nouveaux débuts en solo... enfin. C'était vraiment différent cette fois-ci car si les gradués de la Blue Star, elles, arrêtaient la musique pour se concentrer et se lancer réellement dans d'autres activités comme le mannequinat ou le métier d'actrice, tandis que lui et Yunjie, de leur côté, en Chine voyaient leur carrière évoluer. Ils voyaient leur carrière prendre un nouveau pas, un nouveau souffle, ils avaient cette liberté que les idoles n'ont pas, ils pouvaient se permettre d'être eux même, pouvaient se permettre d'abandonner les noms de codes, de composer leur propre musique et d'être enfin maître de ce qu'ils faisaient. Ou du moins, bien plus qu'auparavant.
C'était une liberté qu'il appréciait particulièrement, et qui ne le faisait regretter en rien son départ chez les Man Yue. C'était quelque chose qu'il avait acquis, avec le temps, avec des efforts, et il était vraiment heureux, maintenant, de pouvoir faire ce qu'il avait vraiment envie de faire, après ces années passées sous la tutelle sévère de l'agence. Oh bien sûr, cela ne changeait pas du tout au tout, il lui restait des règles strictes à respecter, mais c'était bien suffisant pour lui, de pouvoir au moins s'épanouir dans la musique qu'il produirait. C'était tout ce dont il avait toujours rêvé, tout ce pour lequel il avait toujours aspiré, et il était sûre que cette combinaison là, était la meilleure.

De ce fait, et parce que les horaires étaient bien différentes de sa précédente vie d'idole, il avait cette matinée de libre. Il ne savait pas cependant si Yunjie devait lui partir ce matin là pour quelques activités et entraînements qu'il avait déjà exécuté ou pour lesquels il s'exercerait plus tard. Ils étaient encore au tout début de leur entraînement, et ne se verrait briller sous les projecteurs qu'en avril, d'ici là, ils devaient encore attendre et se préparer. Même si ça semblait être long, Mingxian savait à quel point c'était nécessaire et il profitait de ce temps là pour se reposer. Aussi, il profita du temps qu'il avait ce matin là, sans se bousculer, comme à son habitude, et se décida à aller faire un tour dans les magasins en début d'après-midi quand il se serait préparé et sans avoir au préalable manger de manière très correcte -son manager ne voulait pas le savoir malade- et sortir sa guitare acoustique afin de jouer quelques petites choses, histoire de se détendre et prendre le temps de tout à fait se réveiller.
Une fois sur pied et sorti de son lit, il sentit immédiatement le courant d'air frais qui se répandait dans la pièce et qui eut le don d'envoyer des frissons lui parcourir l'échine, S'il ne faisait pas froid dans l'appartement -lui et son colocataire avaient tout de même pensé à l'éteindre hier soir avant de dormir, pour ne pas rendre l'espace trop sec- car l'air avait été chauffé toute la journée précédente, la chaleur que lui avait procuré son lit, ses draps et sa couette était quelque chose qu'il regrettait maintenant presque. Presque. Ou peut-être aurait-il du plus se couvrir pour dormir, puisqu'il n'était vêtu que d'un simple bas de survêtement et ne portait pas de t-shirt, son torse étant tout à fait dénudé, mais il n'avait jamais été du genre à se laisser aller facilement à dormir s'il était trop habillé.

Il s'accorda d'abord quelques minutes, assis sur le bord de son lit, puis debout devant son miroir de grande taille pour se réveiller et se passer une main lasse dans les cheveux. Il ne masqua pas le bâillement qui fit se plisser ses yeux et ouvrir sa bouche grande ouverte car de toute manière, il était tout seul dans sa chambre, et qu'il n'avait donc pas besoin de faire une quelconque bonne impression. Pas qu'il s'en préoccupait particulièrement de manière ordinaire, mais étant une idole, l'une des premières du pays et même de toute l'Asie, il lui fallait toujours un peu de tenue pour qu'on ne le juge pas comme mal poli ou grossier. Bien qu'en réalité, si on prenait l'exemple de lui ou Kuma, ils avaient presque tendance à trop se relaxer et se laisser aller quand ils étaient chez eux, caché des caméras et bien loin du feux des projecteurs.
Après que ses yeux se soient enfin habitué à la lumière qui pénétrait crument sa chambre, il se regarda un peu plus attentivement dans la glace en face de lui qui lui affichait son reflet, au moins pour observer quelques instants son visage, avant de passer de nouveau une main lasse dans ses cheveux et pousser un soupire. Après quoi, il sortit de sa chambre pour se rendre à la salle de bain et prendre une douche qui lui rafraichirait sûrement les idées, le sortirait de sa torpeur matinale, et lui ferait tout simplement un bien fou. Aussitôt qu'il franchit le seuil de la cabine et qu'il referma la porte vitrée derrière lui, il tourna le robinet vers la droite, alors que la température était déjà fixée entre trente-huit et trente-neuf degrés Celsius. Le système s'enclencha automatiquement faisant en un instant s'abattre l'eau chaude sur son corps nu. Ses muscles se détendirent immédiatement et il lâcha un soupir satisfait avant de commencer à se laver.

Il sortit de la douche complètement rafraîchi et parfaitement éveillé, ce qui eut le don de tisser un sourire léger sur ses lèvres lorsqu'il se sécha les cheveux avec une serviette, de manière machinale et distraite n'utilisant qu'une seule main. Il revint à sa chambre, parfaitement sec et une autre serviette autour de la taille -ce n'est pas comme s'il se souciait particulièrement que son colocataire le voit nu, après tout ils avaient le même corps et la même chose entre les jambes, mais plutôt qu'il ne pouvait jamais être bien sûr de savoir s'il n'avait pas ramené un spécimen la nuit dernière, ce qu'il savait ne pas être le cas cette fois, ou bien qu'une fan totalement folle se soit introduite dans leur appartement- et ouvrit son armoire avec habitude de l'autre main. Il sortit les premiers habits qu'il trouva et qui lui semblaient être corrects, avant de les enfiler aussitôt et de lacer ses converses violettes. Il attrapa un gilet de laine et le mit afin de ne pas attraper froid, -cela serait terriblement embêtant pour sa voix, et même s'il ne se souciait généralement pas trop de ce genre de détails, il avait finit par comprendre, tout au long de sa carrière, à préserver ce genre de choses, au moins pour éviter la gueulante de son manager et car il savait se montrer professionnel maintenant- puis se dirigea vers le salon. Étonnamment, la télé était allumée, mais il n'y avait aucune trace de Yunjie dans leur appartement. Peut-être venait-il de le quitter? La vaisselle était encore dans le lavabo donc il pensa que sa théorie était bonne et que son ami avait oublié d'éteindre l'appareil avant de partir, ce qui n'était d'ordinaire pas dans ses habitudes, mais bon, tout le monde avait le droit à faire des erreurs ou de manquer d'attention parfois, n'est-ce pas?

Il s'installa sur le canapé après avoir ramené sa guitare acoustique préférée avec lui, et alors qu'il s'asseyait, jeta un coup d'oeil à la télé. Il mit le son en mode muet pour un instant, avant de gratter quelques accords sur l'instrument. Il commença à chanter les premières notes de sa chanson de graduation; intitulée « A.ri.gatou » en japonais -car elle était sorti au Japon tout autant qu'en Chine- ou « Xie Xie Ni Men » en chinois. Après avoir joué pendant quelques minutes, juste le temps de se mettre dans l'ambiance et de remarquer que sa voix était encore enrouée par le sommeil, il déposa sa précieuse guitare sur le canapé et jeta de nouveau un coup d'oeil à la télévision. Ce n'était pas n'importe quel programme, la cérémonie de graduation des deux membres des Man Yue, Yun et Light, venait de commencer sur les beaux mots de Fujimori Dai, la leader des Ai Jun. Un autre sourire étira gentiment ses lèvres à la vue de cette dernière, et il remis le son. Il resta là, assis à regarder la cérémonie plus longtemps qu'il ne le voulu, et bientôt, ce fut le tour de Mizuki de prononcer son discours.
Sa respiration se coupa un instant, et absorba l'entièreté de ses paroles, de ses expressions et ses gestes avant d'éteindre la télé une fois qu'elle se fut tut et qu'elle ait reculé pour laisser place à quelqu'un d'autre. Yong Nian, le leader des Hei Ye il lui semblait, mais il ne savait plus vraiment parce qu'il n'avait pas trop fait attention et qu'il s'en fichait complètement. Il essaya d'emmagasiner les souvenirs du discours de celle ci, la cérémonie, les larmes de celle ci quand elle avait du le quitter ou ses sourires lors du love show. Il lâcha un soupir avant de jeter sans précaution la manette sur le fauteuil avant de se lever brusquement et d'aller chercher son manteau, l'enfiler et refermer la porte derrière lui, sans même prendre le temps de manger quelque chose.

Il avait besoin d'air, d'une certaine manière.

Il ne savait pas pourquoi il était si touché. Enfin si, il le savait, il n'était pas aussi bête pour ne pas l'avoir réalisé plus tôt, même s'il lui semblait toujours l'avoir réalisé trop tard, quoiqu'il arrive. Son attirance pour l'image des Ai Jun. Attirance inévitable, impossible à nier et pourtant si naturelle. Oui, c'était venu naturellement, comme si tout avait été prévu. La manière dont ils s'étaient rencontré au love show, alors qu'ils auraient pu tomber sur n'importe quel autre partenaire ou idoles de l'agence. La manière dont tout s'était déroulé, sans se presser et en même temps si rapidement qu'il n'avait rien vu venir. Oui, tout avait été naturel, il ne s'était jamais posé de questions jusqu'ici. Il se sentait bien en compagnie de la jeune femme, vraiment bien, comme parfaitement à sa place. Tellement qu'il ne s'était pas réellement rendu compte à quel point elle était importante, à quel point elle comptait pour lui et à quel point elle avait pris une grande, trop grande place dans sa vie et... son cœur, sûrement. Il ne s'en était jamais réellement rendu compte avant qu'ils aient à se quitter et à mettre une pause dans leur faux couple. Elle lui manquait depuis, et il se surprenait encore bien trop souvent à penser à elle, bien qu'il n'ait pas changé pour le moins ses habitudes. Beaucoup de choses lui manquaient depuis sa graduation, bien sûr, mais elle faisait partie des choses qui lui manquait le plus. Oh, il ne ferait rien d'autre. Il était tout à fait conscient que cela ne mènerait à rien, ou du moins, il avait plus au moins laissé passer sa chance avant qu'il n'arrive quoique ce soit de concret, il l'avait laissée filer et maintenant... maintenant que pouvait-il y faire? Pas grand chose de plus, n'est-ce pas? Ce n'était pas dans ses habitudes de douter, et il ne le faisait pas. Il se surprit cependant, juste un instant, l'espace d'une seconde ou même moins, à regretter de n'avoir rien fait et avoir été aveugle. Un court laps de temps seulement, car il n'aurait pas pu se le permettre plus. Regretter n'avait jamais été quelque chose que lui, Wang Mingxian, faisait. Alors, quand il mit enfin les pieds sur la chaussée et que l'air froid le frappa de plein fouet, il haussa fermement les épaules, prit une grande inspiration et passa à autre chose.

Ce fut quand il eut remis ses idées en place qu'il se rendit tout à fait compte qu'il n'avait toujours pas mangé. Il acheta donc le premier plat à emporter qu'il trouva au détour d'une rue, le dévora, puis sauta dans le premier taxi qui se présenta à lui direction la 3.3 Fashion Mall, le grand centre commercial de magasins de mode. Il avait envie d'y faire un détour depuis quelques temps et il n'avait juste pas trouvé le temps approprié pour, même s'il ne comptait pas forcément acheter quoique ce soit. Il verrait en temps voulu. Temps voulu qui se révélait être proche de maintenant alors que le chauffeur le déposait devant et qu'il mettait pied à terre. Il paya son trajet avant de refermer la portière derrière lui et de s'élancer vers les grands magasins en ignorant les regards qui se tournaient sur son passage.

Il avait oublié de prendre quelque chose pour se couvrir le visage ou quoique ce soit qui aurait pu le rendre plus anonyme que d'ordinaire à la vue des gens dehors. Maintenant, tout le monde pouvait le reconnaître dans cet endroit huppé, puisqu'il faisait partie jusqu'à peu du groupe le plus apprécié d'Asie. Il entra donc dans le premier magasin à sa gauche afin d'éviter ou de se défaire de cette attention trop forte et non voulue. Il y resta quelques instants, se cachant dans certains rayons, attirant l'oeil curieux de certains vendeurs qui se mirent à froncer les sourcils, puis quand il fut tout à fait sûr que les gens s'étaient lassés de sa présence ici ou ne l'avait pas retrouvé -faute de ne pas l'avoir assez bien suivi-, il se redressa, épousseta d'une geste sec son pantalon et sortit du magasin bien trop cher à son goût, sans oublier cependant de se procurer une écharpe et un bonnet -qui lui coutèrent un bras- pour passer plus inaperçu à l'avenir.

Il marcha pendant un moment, faisant le tour du centre commercial avant que son attention ne se porte sur un deuxième magasin, dont il franchit très vite le seuil. Un sourire parcourut ses lèvres quand il vit les étalages de vêtements qui se présentaient à lui. C'était exactement le style qu'il cherchait. Il s'approcha donc de la rangée la plus proche et observa un à un chaque habit, ainsi que leur prix. C'était cher, mais il pouvait se permettre quelques cadeaux de temps en temps, surtout avec la petite prime dont il avait bénéficié lors de sa graduation. Ce ne fut pas tant le t-shirt en lui même que les jeunes filles qui se pressèrent soudainement dans le magasin, qui le décida à essayer un haut. Soucieux de vouloir éviter tout dérangement de leur part, car il n'avait aucune envie d'être dérangé aujourd'hui et qu'il était persuadé qu'elles allaient lui demander de révéler ce qu'il allait faire quand il allait débuter en solo, il se précipita dans la première cabine d'essayage qu'il rencontra sur son chemin, trois t-shirts et une veste en cuir dans les bras. Il ferma le rideau de manière la plus complète possible pour qu'on ne sache en aucun cas qu'il était là, et se mit donc à se déshabiller. Autant profiter du moment pour faire ce qu'il avait à faire n'est-ce pas?

Il essaya un premier t-shirt dont il ne fut pas satisfait, avant de l'enlever et se retrouver à moitié nu à nouveau. C'est quand il se demanda quel t-shirt essayer en deuxième qu'une furie envoya valser le rideau, pénétra dans sa cabine brusquement et atterrir dans ses bras, contre son torse dénudé. Il n'eut pas le temps de réfléchir que déjà elle s'était reculée. Il essaya d'observer le visage de la jeune fille -oui parce que vu ses cheveux et sa tenue, il ne pouvait s'agir que d'une fille, à moins qu'un de ses fans gays se soit glissé dans sa cabine afin de flirter avec lui- mais ne put le distinguer comme sa tête était baissée. Il fronça les sourcils, toute trace d'un sourire ayant disparu de son visage, et se demanda enfin qui était cette fille qui venait de s'introduire dans l'espace où il se changeait et alors qu'il était en train de le faire d'ailleurs? Était-ce une des filles qu'il avait croisé tout à l'heure et qui l'avait suivi jusque dans sa cabine? Ou bien encore seulement une voyeuse qui voulait se rincer l'œil -il fallait bien dire qu'il était bien foutu, tout le monde le savait, il n'avait pas un brin de graisse en trop à se reprocher- sur son torse bien fait? Ou bien peut-être une caméra cachée, un grosse farce de la part d'il  ne savait qui?
Dans tous les cas, et personne ne faisait exception à la règle, elle n'avait rien à faire là, qui qu'elle était. Une expression largement irritée s'installa sur son visage, alors que la jeune fille précédemment dans ses bras semblait finalement daigner de relever la tête vers lui.


    « Je suis vraiment désolée, ce n'était pas vou... TOI ! »


Ca pour être une surprise, c'en était une.
Et si c'était une blague, il était prêt à qu'on la lui révèle tout de suite.

Celle qui venait de pénétrer dans sa cabine comme une folle et de se jeter dans ses bras -il eut un petit sourire moqueur à cette pensée- n'était autre que Xiao Na Yung, membre des Crowned. Il avait mit un peu de temps à replacer un nom sur sa tête, mais quand il l'avait fait, il avait trouvé cela d'autant plus surprenant qu'apparemment, cette jeune dame le détestait.
Qu'est-ce qu'il avait bien pu pouvoir lui faire pour qu'elle le déteste à ce point? Il n'en savait fichtrement rien, mais s'en foutait aussi complètement. Il avait appris que la chinois ne l'appréciait pas du tout par l'intermédiaire de certains amis proches -ici voir écrit Wook- ou même des connaissances, bref, la nouvelle semblait se colportait à travers tous les couloirs de l'agence car elle ne paraissait pas cacher le mépris qu'elle avait pour lui et ne faisait pas un effort pour lui accorder une once de mérite. Mais qu'est-ce qu'il s'en fichait, très honnêtement. Mingxian n'avait jamais été vraiment du genre à se pencher sur les personnes qui ne l'aimait pas, particulièrement s'il ne connaissait pas cette personne, et encore moins si elle manquait pour lui, cruellement d'intérêt. Ce qui était le cas pour elle. Et puis si elle le jugeait sans même le connaître, pourquoi est-ce qu'il prendrait le temps de 'arrêter sur son cas? Elle n'avait qu'à le détester un peu plus, ce n'était pas son avis qui allait lui faire quoi que ce soit ou blesser son estime de soi après tout. Son misérable avis lui importait vraiment très peu pour ne pas dire rien du tout.

La question du jour et du moment était donc de savoir, qu'est-ce qu'elle faisait dans sa cabine, alors qu'il était en train de se changer.

Il la vit cligner des yeux plusieurs fois avant qu'une grimace ne vienne s'installer sur son visage, et il ne put empêcher un rire quelque peu moqueur de filtrer de ses lèvres. Il leva un sourcil de manière interrogatrice avant de se pencher vers elle -car il fallait bien le dire, il paraissait bien plus grande qu'elle, du haut de ses un mètre quatre vingt- et de la regarder droit dans les yeux.


    « Bonjour d'abord peut-être non? » de nouveau, un rire moqueur. « J'ai un nom de ce que je me souvienne, alors évite de m'appeler ''toi'' d'accord, ça n'est pas très poli. »


Il se releva, et passa une main de nouveau lasse en étant détendue dans ses cheveux déjà en bataille.


    « Maintenant, est-ce que tu peux m'expliquer ce que toi, Xiao Na Yung, vient faire dans ma cabine pendant que je me change? Qui plus est, ce n'est pas comme si le rideau était resté ouvert n'est-ce pas? J'aimerais vraiment entendre tes explications. »


Il la regarda encore, essayant de comprendre ce qui pouvait bien se passer dans la tête de la jeune fille et déchiffrer ses émotions et intention dans ses yeux. Il eut un petit sourire avant d'ajouter, de manière espiègle et très amusée.


    « Ou bien tu viens tout simplement de me sauter dans les bras parce que tu ne peux pas me résister moi et mon torse dénudé et que tu m'aimes tellement que tu viens jusqu'à me suivre dans une cabine d'essayage? »



Spoiler:
 

_________________


©️ yongwha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

GoldStar | Modo & Idole

My little secrets
MessageSujet: Re: « Tu m'aimes tellement que tu vas jusqu'à me suivre dans une cabine ? » ft. Wang MingXian   Mer 16 Jan - 21:44

C
ette situation devait être une des pires pour elle. Elle le détestait. Mais à vrai dire, elle ne savait pas pourquoi. Ils ne s'étaient jamais vraiment parlés, et elle avait réussi à devenir proche avec Wook tandis qu'avec lui, elle ne pensait même pas faire un seul effort ou alors il faudrait un miracle. Beaucoup de leurs amis en commun ne cessaient de lui répéter que le chinois n'était pas la personne qu'elle pensait -surtout Kuma, soit un homme superficiel, faux, égocentrique, coureur de jupons et bien trop fier. Quoi que, pour ces deux derniers critères, on ne l'avait jamais réellement réfuté. Mais à vrai dire, elle s'en fichait complètement. Elle ne l'aimait pas et n'aurait jamais rien à faire avec lui. Mis à part à cet instant même malheureusement.
Coincée entre un sentiment de gêne et d'agacement, elle se surprenait. De nature calme et stable, elle n'avait pas l'habitude d'être dans une humeur pareille. Même lorsque Li Hua lui avait confié qu'elle était enceinte la Crowned n'avait pas été comme ça. Sa journée de congé qui était pourtant si bien partie si on en oubliait les fans de tout à l'heure, était devenue beaucoup plus noire. Elle hésitait entre sortir maintenant et courir vite hors du magasin pour ne pas qu'on la repère ou rester sagement contre le mur de la cabine opposé à MingXian et ne rien dire. Elle opta pour la seconde option. Non pas qu'elle voulait passer du temps avec lui, surtout dans cet endroit un peu trop étroit à son goût, juste qu'elle ne voulait pas être photographiée sortant d'une cabine pour homme, avec qui plus est, un homme connu grâce à la même agence qu'elle. La chanteuse imaginait déjà une photo d'elle ouvrant le rideau pour fuir et une des fans prenant une photo de deux pour ensuite la mettre sur le net en écrivant en gros titre « NANA ET LIGHT SORTENT ENSEMBLE ! » . Plutôt mourir. Certes, leurs groupes (quoi qu'ancien groupe pour lui) avaient déjà eu diverses activités ensemble, c'était d'ailleurs principalement avec ça qu'elle avait appris à connaître Lian et Bao Li, personnes qu'elle ne regrettait en rien d'avoir rencontré. Mais elle n'avait jamais fait attention à MingXian, intentionnellement parce qu'elle ne l'appréciait guère depuis le tout début. Alors rien qu'à penser à l'éventualité qu'on leur créait une histoire d'amour lui donnait des boutons. Bon, très certainement quelques fans s'étaient déjà amusées à faire des montages d'eux deux ou avait écrit ce qu'on appelle une fanfiction avec eux pour personnages principaux mais elle n'avait jamais été curieuse d'aller voir.
Puis, elle sentait déjà son téléphone vibrer, recevant des dizaines de messages de Liyu, d'autres de Jia Li, puis de Na Yoon lui demandant des explications. Il est vrai que d'un point de vue externe, ce moment entre eux pouvait être mal vu. Même par l'ex Man Yue par ailleurs. C'était peut-être pour ça qu'il la regardait d'un air mi interrogateur, mi irrité. Hm oui, ça devait être pour ça. Et c'était parfaitement compréhensible. Seulement, elle n'eut pas le courage de lui expliquer son interruption quelque peu inattendue dans sa cabine, se concentrant plus sur son propre état chamboulé et cherchant désespérément un moyen de sortir d'ici.

Soudain, elle le vit s'approchant un peu plus d'elle alors qu'il y avait déjà une piètre distance entre leurs deux corps, diminuant les centimètres qui les séparaient. Imperturbable, elle ne bougea pas d'un poil et le fixa dans les yeux à son tour alors que le jeune homme ouvrait la bouche pour lui adresser la parole :
    « Bonjour d'abord peut-être non? » suivit d'un rire moqueur.

La jeune sino coréenne se retint de toutes réactions. Ce n'était pas son pauvre rire moqueur qui allait la déstabiliser, elle l'était déjà depuis qu'elle était entrée dans cette cabine. Mais depuis quand Na Yung montrait-elle ses sentiments ? Qui plus est face à un être tel que lui ? C'était pas demain la veille. Il avait une fierté, mais elle en avait une aussi.
    « J'ai un nom de ce que je me souvienne, alors évite de m'appeler ''toi'' d'accord, ça n'est pas très poli. »

Et maintenant, il venait critiquer son éducation. Il voulait pas non plus lui apprendre à chanter pendant qu'il y était ? L'intérieur chauffait, et pourtant son visage restait toujours neutre, sans expression. Peut-être juste une once d'ennui. Et ce n'était sans compter sur MingXian qui en rajouta une couche après s'être redressé correctement, donnant l'impression à Nana de pouvoir respirer à nouveau de l'air frais et propre. Quoi que, il se trouvait toujours à quelques centimètres d'elle sans qu'elle ne puisse rien y faire étant dores et déjà collée contre la paroi. Il ébouriffa ses cheveux d'un geste machinal, ce même geste qui devait en avoir séduit plus d'une et continua son beau discours :
    « Maintenant, est-ce que tu peux m'expliquer ce que toi, Xiao Na Yung, vient faire dans ma cabine pendant que je me change? Qui plus est, ce n'est pas comme si le rideau était resté ouvert n'est-ce pas? J'aimerais vraiment entendre tes explications. »

Le « ce que toi, Xiao Na Yung » lui donna presque envie de rire tellement on pouvait sentir la surprise qu'il avait eu en la découvrant tout à l'heure. Elle aurait aimé lui répondre en lui donnant les explications qu'il lui était dus, notamment l'épisode des fans qui l'avaient suivi mais il ne lui laissa pas assez de temps et parla à nouveau en la regardant dans les yeux, d'un ton qui fit rouler des yeux Na Yung :
    « Ou bien tu viens tout simplement de me sauter dans les bras parce que tu ne peux pas me résister moi et mon torse dénudé et que tu m'aimes tellement que tu viens jusqu'à me suivre dans une cabine d'essayage? »

Elle attendit quelques secondes, vérifiant qu'il avait vider sa boîte à questions et constata qu'elle pouvait enfin en placer une sans être coupée dans son élan. Ses iris marrons plantées dans les siennes, elle commença :
    «  Bonjour Wang MingXian. Je suis polie, non seulement je t'ai dit que j'étais désolée, mais en plus je me rattrape en te disant bonjour ET en t'appelant par ton nom. Je pense que tu peux être tout content maintenant. » mauvaise foi ? Peut-être un peu...»

Elle s'approcha ensuite de lui, doucement et le regarda intensément avec un petit sourire :
    «  Tu as tout deviné. Mon plus grand rêve c'était de me heurter contre toi, torse nu. Et maintenant que c'est fait, je pense qu'on peut passer à quelque chose d'encore mieux dans un aussi petit endroit. »

On aurait presque pu la croire, si elle n'avait pas éclaté de rire deux secondes après. Il aurait été entièrement vêtu, elle lui aurait tapoté l'épaule, mais elle se retint, ne voulant pas le toucher à nouveau et se recula pour retourner à sa place initiale avant de continuer sa réponse :
    « Non en réalité, je suis venue dans ce magasin pour me balader tout simplement et un petit groupe de fans m'a repéré et suivi. Et j'avais juste envie d'être tranquille alors j'ai voulu leurs échapper sauf qu'elles allaient me retrouver donc je me suis cachée là où je pouvais. Malheureusement, ce fut cette cabine. Je n'avais pas prévu que tu sois à l'intérieur. Ça te va maintenant ? »

Elle appuya son dos contre le mur, lasse. Elle n'avait plus vraiment envie de lui parler maintenant qu'elle lui avait donné les explications qu'elle lui devait. Mais elle savait très bien qu'il allait lui répondre et qu'elle ne résisterait pas à l'envie de lui répondre. Elle était limite curieuse. En quoi ce chanteur pouvait intéresser tant de filles ? C'était peut-être son sentiment de dégoût envers lui qui l'empêchait de comprendre, qui sait. Mais elle ne voyait pas du tout en quoi il pouvait être intéressant. Il avait une belle voix ? Oui c'est vrai, elle ne pouvait pas le nier. Mais elle connaissait beaucoup d'autres chanteurs avec une voix exceptionnelle.

_________________


∞ losing my breath.
we accept the love we think we deserve
I wake up early every morning, and I’m busy all day, I don’t even eat a proper meal, but I do this because I like it. The money may be little but it’s from my own sweat, this isn’t a ring that a boyfriend bought me... If you trust men, what will you do when they leave you?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



My little secrets
MessageSujet: Re: « Tu m'aimes tellement que tu vas jusqu'à me suivre dans une cabine ? » ft. Wang MingXian   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Tu m'aimes tellement que tu vas jusqu'à me suivre dans une cabine ? » ft. Wang MingXian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» Tu m'aimes ? Tant mieux. Tu ne m'aimes pas, moi non plus.
» Jour 1 : la vie est tellement injuste. [Terminé]
» J'espère que tu aimes les baffes [PV Roxo] [RP Court] [Terminé]
» Illusion - "Tu m'aimes ? Moi non plus."
» J'aime.. ∆ Qu'est-ce que t'aimes en ce moment toi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: China - Beijing :: Chaoyang :: 3.3 Fashion Mall-