Behind Closed Doors

Partagez | 
 

 Mind Fuck ~ Chang Ming

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin | Indie J

My little secrets
MessageSujet: Mind Fuck ~ Chang Ming   Lun 31 Déc - 1:46

Doucement, tu entrouvris les yeux. Cela te prit environ une seconde avant de te rappeler où tu étais. Après tout, il n’y avait pas les jacassements incessants de ton colocataire de chambre, soit Takumi, et ce fut assez pour te déstabiliser. Tu sentais aussi le sol dur contre ton dos. Oh, c’est vrai, tu avais décidé de dormir au sol. C’était mauvais pour ta santé mentale de partager le même lit que Yusheng. Grognant silencieusement contre tes quelques courbatures dut au manque de confort qu’avait le sol, tu te redressas sur tes coudes, observant la chambre endormie. Yusheng s’était rendormi, un oreiller entre les bras - ce qui était bien mieux que toi-même -, Chang Ming était à moitié dans son lit, une jambe et un bras pendant dans le vide et Kai s’était retourné dans ses couvertures. Tu tournas ensuite la tête vers l’horloge qui se trouvait contre le mur. Il était aux alentours de neuf heures moins le quart. Beaucoup trop tôt pour une journée de congé. Mais, disons simplement que ta tête ne t’avait pas donné un seul moment de répits.

T’assoyant donc, tu t’étiras en soupirant. Tu n’avais, en réalité, aucune idée de quoi faire. Tu ne voulais pas risquer de quitter la chambre et de tomber nez-à-nez avec Yu Wan. Tu n’avais pas besoin de croiser cet imbécile de première. Tu ne voulais pas ruiner ta journée à cause de lui. Surtout que, par respect pour les autres membres du groupe que tu appréciais, il valait mieux qu’ils ne soient pas réveiller par les assiettes que vous vous auriez très certainement lancé par la tête. Tu soupiras une nouvelle fois. Tu avais tout de même bien envie que d’aller voir un peu Lu Chen. Mais il fallait qu’il partage sa chambre avec l’un des mecs que tu pouvais le moins supporter. Tu le supportais encore moins que Takumi, c’était pour dire.

Finalement, tu te traînas jusqu’au lit de Ming. Si tu avais passé la veille avec Yusheng, tu allais passé la journée d’aujourd’hui avec celui que tu pouvais dire être ton meilleur ami. Surtout que, tu avais besoin de passer du temps avec lui. Et puis, quelques évènements de la veille t’avait un peu perturbé, toi, fervent homophobe. Non, parce que, évidemment, être gay c’est être anormal. Être gay c’est être malade. Une maladie incurable qu’attrapent les plus désespérés incapable d’avoir une fille dans leur lit. Alors, ils se tournent vers les hommes. Tu ne pouvais pas concevoir qu’une personne pouvait accepter le fait d’être gay. Ni même penser au fait que ce n’était pas un choix. Pour toi, il n’y avait que les plus pitoyables, les rebuts de la société qui pouvaient être gays.

Par conséquent, tu ne pouvais même pas t’imaginer gay, toi, homme exceptionnel au charme fou dont presque aucunes filles ne pouvaient te résister. Après tout, même la plus coriace, soit Reiko - qui te détestait au plus haut point cela dit - ne pouvait pas te dire non. Donc, alors pourquoi t’étais-tu demander ce que ça ferait que t’embrasser Yusheng ? Pourquoi cette pensée t’avait-elle seulement traversée l’esprit ? Mais surtout, pourquoi avais-tu cru que s’aurait même pu être agréable ? Tu avais dut manger quelque chose d’avarié. Ce que t’avait donné à manger l’hôtesse de l’air avait sûrement dut être périmé. Non, parce qu’il était impossible autrement que, toi, à cent pourcent hétéro, ait pu être attiré par les lèvres de Yusheng. C’était clair que c’était sûrement ce que tu avais dut manger qui avait dut te court-circuité le cerveau. Ou alors, c’était simplement dut à la position que vous aviez. Après tout, tu étais tout de même assis sur Yusheng, légèrement penché vers lui. Et puis, il y avait eu ses lèvres, roses, joliment sculptés et légèrement entrouvertes. Et merde ! Tu devenais dingue.

T’appuyant contre le lit de ton meilleur ami, tu le secouas légèrement. « Chang Ming, debout ! » De quoi le faire chier de bon matin. Mais tu ne parlas pas trop fort. Tu n’avais pas envie de réveiller Yusheng, qui était plutôt chiant de bon matin. Et puis, disons que tu devais te préparer mentalement à y faire face. Tout de même, les évènements d’hier en plus de ceux de cette nuit avaient chamboulé l’hétérosexuel et homophobe en toi ! Chang Ming était rentré au beau milieu de la nuit. Évidemment, il était normal qu’il commence à hurlé comme un damné étant donner qu’il y avait un monsieur-il-ne-savait-qui dans le lit de Yusheng. Tu t’étais donc réveiller en sursaut. Mais pas tant par le cri de ton meilleur ami, mais surtout parce que deux bras t’encerclaient et te serraient. Yusheng. C’était bien évidemment lui qui te tenait dans ses bras, un peu comme une peluche. Tu t’étais même surpris à apprécier ce contact. Tu devenais complètement cinglé, c’était officiel.

Tu te redressas donc, quittant ainsi l’appuie que tu avais contre le frêle mais confortable torse de ton ami. Chang Ming te fixait avec incompréhension. Tu rigolas donc. Un rire un peu jaune, provenant du malaise qui t’habitais depuis quelques instants. Tu devenais dingue, cinglé, barge. Peu importe les synonymes. Tu adressas un large sourire à ton meilleur ami, lui disant que vous alliez discuter le lendemain matin. Puis, tu avais quitté le lit de Yu pour t’installer contre le sol, avec un oreiller et une couverture. Pas question de te retrouver dans la même situation. Hors de question. Et te voilà rendu de bon matin, à essayer de réveiller Ming qui dormait comme une buche. Pour ta part, tu avais mal dormi, trop troublé d’avoir pu apprécier d’être contre Yu. Et encore perturber d’avoir voulu l’embrasser. Quoique, tu avais peut-être mal dormi du fait que tu tentais de le nier. Après tout, tu n’aurais jamais pu vouloir goûter aux lèvres de ton ami, pas vrai ?

« Ming, debout j’ai dit ! Tu ne vas pas me laisser seul, neh ? » Tu le secouas encore légèrement. Dire que tu aurais pu dormir encore un peu. Dire que, si tu n’avais pas passé la nuit à nier l’évidence, tu dormirais sûrement encore. Mais bien évidemment, l’homophobe en toi ne pouvait pas accepter ce qui se passait. Tu ne pouvais pas accepter ce que tu pensais. Tu n’étais pas de ces pitoyables humains, de ces êtres anormaux qui ne méritaient que le bucher. Tu étais bien trop au-dessus d’eux, entourer de femmes qui se jettent à tes pieds. Tu donnas une légère tape sur la joue du chinois, t’assurant qu’il ne tombe pas de son lit comme il était à moitié hors de son lit. « Chang Ming, je vais mourir, ah, je me meurs » lui dis-tu avec un sourire narquois au visage. Qui sait, peut-être que ceci arriverait à le réveiller. Rien.

Tu soupiras et te laissa tomber sur tes fesses, fixant ton meilleur ami qui dormait à poing fermer. Tu aimerais bien qu’il se réveille. Tu commences à avoir faim. « Mec, j’ai la dalle. Ouvre les yeux et réveilles toi, sinon je fais de ta vie un enfer. » Toujours avec un sourire en coin, parce que tu es sympathique avec Chang Ming. Il fait parti des rares personnes avec qui tu es sympathique. « Mec, j’ai dit debout. » Tu patientes encore. Mais tu n’es pas quelqu’un de très patient. « Blondie, merde, j’ai faim. » Tu le secoues encore un peu. Il serait bien temps qu’il ouvre les yeux, ce traitre. Tu n’as tout de même pas envie de devoir réveillé Yusheng. Et pas seulement parce qu’il est de mauvais poil le matin. En plus, ta valise est hors de la chambre. Tu as donc dormi torse nu. Torse nu, contre Yusheng. En plus d’avoir la dalle, tu as soudainement très envie d’aller revêtir un chandail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Modo | Indies China

My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   Lun 31 Déc - 10:41

Chang Ming dormait, il dormait à point profond tel un bébé. A vrai dire il avait besoin de sommeil cette nuit. Depuis noël le garçon avait été dans sa famille, pour passer les fêtes, dans sa ville natale et comme on pouvait s’en douter, il n’avait pas fermé l’œil de toutes les nuits qu’il avait passé là-bas. L’indies faisait déjà beaucoup de cauchemars ici, au dortoir, alors imaginez le lorsqu’il était dans la ville où tous ses malheurs avaient commencés. Il n’aimait pas retourner là-bas. Certes il voulait voir ses parents, il les aimait beaucoup mais tous les souvenirs qui resurgissaient lorsqu’il se trouvait dans la maison familiale et dans les rues des alentours ne lui faisaient guerre de bien. Il pensait également beaucoup à son frère dans ses moments-là, et outre le fait de rêver qu’il se faisait insulter par les enfants qui à l’époque avaient son âge, qu’il subissait toutes les tortures possibles et inimaginables, il revoyait également régulièrement la mort de son frère aîné dans son sommeil. Elle était presque à l’identique, telle qu’il s’en souvenait malgré son jeune âge. Bref, pour résumer ça n’était pas de tout repos d’aller là-bas, surtout qu’il passait ses journées enfermé dans la maison, de peur de croiser une tête connue à l’extérieur qui se souviendrait de lui et ne cesserait de l’enfoncer.

Le garçon dormait donc très bien, il était rentré en plein milieu de la nuit et depuis qu’il s’était couché il n’avait pas fait un seul mauvais rêve ! En même temps si ça avait été le cas aurait-il hurlé comme d’habitude ? Oh non, il n’aurait pas voulu, son meilleur ami était présent et il n’aurait pas voulu se montrer comme ça devant lui, mais si Ikuto connaissait très bien l’histoire des cauchemars de Chang. En effet, Ikuto était là. L’indies n’était même pas au courant de sa présence, imaginez le choc qu’il avait eu en rentrant moitié endormit dans son dortoir en pleine nuit, découvrant une tête inconnu dans le lit de Yusheng, une tête inconnu qui s’avérait être celle de son meilleur ami… En y réfléchissant, les voir dans le même lit et dans la position qu’ils avaient lui paraissait quelque peu étrange, il savait qu’Ikuto était proche de Yu, mais à ce point-là ? Plus proche qu’avec lui qui était pourtant son meilleur ami ?! Pourtant ils ne dormaient jamais ensemble, certes il arrivait à Chang de sauter dans les bras de son ami, dû à sa grande tactilité, mais jamais ils n’avaient partagés le même lit, un aussi petit lit d’ailleurs… Mais sur le coup le guitariste n’avait même pas vraiment capté ce qui l’avait le plus choqué c’est que son meilleur ami devant être au Japon se trouvait dans sa chambre… Le garçon lui avait juste dit qu’ils parleraient plus le lendemain, qu’il fallait qu’il aille dormir, et vu l’état de sommeil de Ming, il était certain qu’il n’avait même pas rechigné.

Désormais il n’avait aucune envie de se lever de son lit, de toute façon pour cela il fallait être éveillé et ça n’était pas le cas. Ikuto s’approche de lui mais il ne le réalisa pas, il ne l’entendait pas. Il rêvait qu’il se trouvait dans l’agence – qui était pourtant si différente de celle si, la déformation des rêves y était surement pour quelque chose – avec les membres du groupe, dans une grande salle de répétition. Ils jouaient tous ensemble, la chanson de leur début, leur seule chanson, et là, la porte s’ouvrait. Etrangement le décor changea, ils se retrouvèrent dans une salle qui ressemblait à une salle de bal. Une personne passa la porte, une jeune femme dans leurs âges surement, puis une seconde, elles hurlaient toutes deux le nom de leur groupe. Et enfin une masse de personne arrivèrent en criant également « Xing Kong » tout en frappant dans les mains. Là, son rêve s’arrêta. Il n’était pas totalement réveillé, ni totalement endormit, il était dans un demi sommeil mais le captait même pas. Une voix parvint jusqu’à son oreille, elle semblait tellement loin…

« Ming, debout j’ai dit ! Tu ne vas pas me laisser seul, neh ? » Le concerné se fait légèrement secoué mais n’est pas encore en état de le comprendre « Chang Ming, je vais mourir, ah, je me meurs » Pause de la part de la voix « Mec, j’ai la dalle. Ouvre les yeux et réveilles toi, sinon je fais de ta vie un enfer. » Nouvelle pause puis la voix reprend « Mec, j’ai dit debout. » Pause « Blondie, merde, j’ai faim. » Termine la voix en le secouant.

Chang finit par grogner légèrement, qu’est-ce qu’il se passe ? A qui appartient cette voix qui le sors dans si doux sommeil et d’un si beau rêve ? Personne n’a le droit de faire ça. Yu ou Kai, tel qu’il soit, souffrirait beaucoup de l’avoir tiré de son lit ! Mais, une seconde… Blondie ? Il avait réellement entendu ça ? Chang Ming voulut ouvrir les yeux et bondir de son lit en reconnaissant ce surnom, mais seule sa main se leva pour retomber sur son lit… Il se frotta les yeux, les ouvrit difficilement et tourna la tête pour trouver Ikuto assis prêt de son lit.

« Tu… » Commença-t-il la bouche pâteuse « Tu fais quoi ici ? » Fut la seule chose qu’il arrive à sortir. En fait, le matin Chang Ming était dans un autre monde, dans un état second. Il avait déjà oublié qu’Ikuto était déjà là dans la nuit c’est pour dire… « T’es arrivé quand en Chine ? Je rêve c’est ça ? Je dors encore ? » L’indies frotta une nouvelle fois ses yeux, non, il n’avait pas l’air de dormir, le décor était à cent pour cent réel. La petit chambre, ses deux ‘’coloc’’ dormant profondément dans leur lit, le noir. Le noir ? Mais il était qu’elle heure au fait ? Chang tourna sa tête de l’autre côté cette fois et vu qu’il était neuf heures. Le noir était seulement dû aux volets qui étaient étrangement fermés, il était rares que les garçons les ferment, oubliant bien souvent de le faire. Le garçon voulut se retourner, Ikuto aurait peut-être disparu non ? Il le fit et… non, il était toujours là. Il se redressa alors sur ses deux coudes, manquant de se rétamer au sol lorsqu’il constata qu’il avait une partie de son corps dans le vide. Puis il posa son regard sur Ikuto.

« Alors… T’es vraiment là ? » Souffla-t-il. Ses neurones s’activèrent et enfin… « Ikutoooooooo ! » Hurla-t-il presque en posant aussitôt sa main devant sa bouche, il ne fallait pas non plus réveiller les autres… Il sauta de son lit et ENFIN se jeta sur lui, le faisant légèrement basculer. Il était heureux de le voir, pire que ça même, bien que ça ait mit du temps à atteindre son cerveau. Il se souvint aussitôt qu’il l’avait trouvé hier, dans le lit de Yu et qu’il n’était pas au courant. Il en était un peu triste. Ne pas savoir qu’il était en Chine alors que lui s’ennuyait à mourir chez ses parents, que tout le monde lui ai caché ça… Mais pour le moment il était content de le voir.

_________________

« Aimer, c'est l'innocence
éternelle, et l'unique innocence est de ne pas penser. »
« And it's better later than never baby you know I've been next to you lately Now I want it how it was before I know it may be late now And I know that I'm taking off now But I'm here and I'm a super hero And I can save you »
©️ sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin | Indie J

My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   Mar 1 Jan - 21:09

Assis à côté du lit de ton ami, tu pestais contre son sommeil trop profond. En même temps, ta réaction était un peu égoïste. Tu connaissais les terreurs nocturnes de ton ami et savait qu’il avait le sommeil difficile. Principalement lorsqu’il rentrait chez lui. Mais bon, tu n’avais pas non plus envie de te rouler d’ennuie sur le plancher inconfortable. Et donc, tu avais décidé de privé ton meilleur ami de ses quelques heures de sommeil. Il aurait tout le loisir de dormir une fois que tu seras reparti au Japon. Il t’en voudrait, de toute façon, de repartir sans avoir pu passer du temps avec toi. Bon, il t’en voudrait aussi de ne pas l’avoir averti de ta présence, mais tu allais sûrement avoir la chance de lui dire que c’était simplement pour lui faire une belle petite surprise. À la base, même Yusheng n’était pas sensé savoir que tu venais en Chine. Seulement, semblerait-il qu’une soirée où tu avais trop bu, tu avais décidé de lui demander s’il était occupé, lui révélant du même coup tes plans. Mais le pire dans toute cette histoire, c’est que tu n’avais même plus cette conversation sur ton téléphone. Et, à vrai dire, ça te perturbait de ne pas savoir tout ce que tu lui avais dit alors qu’il t’avait empêché de lire cette conversation. Bref, c’était aussi un peu de ta faute. Tu avais bu et voilà ce que ça donnait. Mais ça t’embêtait tout de même, principalement parce que Yusheng avait refusé de te faire lire la conversation.

Essayant plusieurs tactiques pour le réveiller, tu avais vraiment l’impression que c’était peine perdue à vrai dire. Il ne portait aucune attention à ce que tu disais. Bon, tu ne voulais pas parler trop fort non plus. Tu avais tout de même quand même assez de respect pour ceux qui avaient dans la chambre. S’il avait fallu que ce soit Yu Wan le colocataire de chambre de ton meilleur ami, alors là, tu aurais sûrement prit un malin plaisir à faire le plus de bruit possible. Mais bon, pour cette fois, tu parlais doucement tout en secouant le corps inanimé de ton ami. Si son torse ne se soulevait pas à un rythme régulier, tu aurais presque pu le croire mort étant donner le manque total de réaction. Tu optas finalement de lui dire de ce lever parce que tu avais faim. Tu mentionnant même le surnom unique que tu lui donnais. Peut-être ceci lui donnerait assez de motivation pour ouvrir les yeux, voyant que ce n’était pas un membre du groupe qui le réveillait mais bien son meilleur ami. Ce eut tout de même l’effet escompter, comme un son ressemblant à s’y méprendre à un grognement sorti de la gorge de Blondie.

Le fixant l’air surpris, tu ne comprenais pas trop pourquoi il te posait cette question. Il t’avait pourtant bien vu, quelques heures plus tôt, alors qu’il était rentré ans la chambre, non ? Un rire franchit tes lèvres. Il devait sûrement être encore à moitié endormi. « Ya, Blondie. Je suis venue te faire une surprise, neh. Je suis ici depuis hier » lui dis-tu alors qu’il semblait vouloir s’extirper du lourd sommeil qui planait encore au-dessus de lui. Un rire s’échappa de tes lèvres alors qu’un sourire amusé venait de prendre place sur ton visage. Un sourire si sincère, certains seraient surpris de voir que tu étais capable d’émotion. Après tout, autre ton arrogance et ta froideur, tu ne laissais rien transparaître d’autres pour ceux qui n’auraient pas réussi à percer plus loin que ta carapace. Tu ignorais même comment le chinois était devenu aussi proche de toi. Tu avais eu besoin de quelqu’un, à une certaine époque. Et il s’est montré comme étant ton pilier. Et, depuis, tu adorais clairement ce mec. Et tu t’étais promis d’être autant présent pour lui que lui l’avait été pour toi.

Tu te retins d’éclater de rire - histoire de ne pas faire trop de bruit - alors que celui-ci tenta de se redresser. Un peu plus et il manquait de s’étaler au sol. Pour ta part, tu étais à une courte distance du lit, assis en tailleur. Tu avais le bras tendu, posé sur l’épaule du guitariste. « Oui, je suis là, baka. » Puis, tu sursautas violemment. Tu ne t’étais pas attendu à ce qu’il cri ton nom alors qu’il venait tout juste de capter que tu étais bien en face de lui. Seconde surprise, tu te retrouvas dos contre le sol en quelque instant alors qu’il venait carrément de se jeter sur toi. C’était la deuxième fois en vingt-quatre heures. Quoique la première fut pas mal plus troublante. En ce moment, tu avais simplement ton meilleur ami accroché à toi comme si tu allais partir dans la seconde qui suivait. La veille, il y avait eu un revirement de situation et l’idée d’embrasser Yusheng t’avait frôlé l’esprit. Oui, la veille fut beaucoup plus perturbante que cette fois-ci. « Essaie de ne pas me tuer, d’accord Blondie ? » lui dis-tu alors qu’il était presque désespérément accrocher à toi. J’essayai de me redresser, repoussant gentiment mon ami pour qu’il s’assoit en face de moi et non pas sur moi. Une fois redressé, tu lui fis un sourire. « Non parce que, si tu avais voulu m’étrangler, t’aurais dut t’y pendre pendant mon sommeil, s’aurait été plus subtile hein. »

Toujours avec un sourire amusé aux lèvres, tu frappas légèrement l’épaule de ton ami, comme si tu te vengeais de ce qu’il avait fait. Puis, un bruit sourd se fit entendre dans la chambre. Ton ventre. « Bon, j’ai la dalle. Je te l’ai dit en plus. Alors, on va à la cuisine ? » Tu n’étais pas d’un naturel estomac sur patte, mais tu n’avais pas beaucoup mangé la veille, mangeant que très peu avant de monter dans un avion. Et puis, ensuite, tu avais directement rappliqué ici sans prendre le temps de manger. Ton ventre commençait donc à protester du jeun que tu lui imposais. « Et puis, ma valise est dans la cuisine. Et j’aimerais bien me changer en fait. » Tu rigoles doucement. Tu essaies de cacher la teinte un peu nerveuse qu’il y avait. Mieux valait chasser tous les évènements de la veille et de la nuit de ton esprit. Passer une belle journée avec ton meilleur ami, c’était ta mission du jour. Et tu aurais tout le loisir de réfléchir à ce qui s’était passé à tête reposer. Chose que tu ne ferais pas, bien évidemment, comme tu n’avais pas besoin d’y réfléchir. Tu étais devenu cinglé, voilà tout. Aucune autre raison ne pouvait exprimer tes pensées vis-à-vis le bassiste des Xing Kong. « Au fait, j’ai encore du mal à m’habituer que tu ne sois plus Blondie. » Tu lui adressas cependant un large sourire. « Ça t’allait bien le blond. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Modo | Indies China

My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   Jeu 3 Jan - 21:09

Chang s’était enfin réveillé, malgré le temps qu’il avait mis à émerger et à comprendre que Ikuto, son meilleur ami vivant au Japon, était assis juste au pied de son lit, ou plutôt à la tête de son lit d’ailleurs. Il avait également, dans un premier temps, complètement oublié que dans la nuit, lorsqu’il était rentré de chez ses parents, le jeune batteur du groupe indies Typhoon était déjà présent dans sa chambre. D’ailleurs, celui-ci le lui rappela bien lorsque Chang Chang lui demanda depuis quand il était là – pas encore totalement réveillé.

« Ya, Blondie. Je suis venue te faire une surprise, neh. Je suis ici depuis hier » Lui répondit-il alors que Ming ne l’écoutait pas franchement, encore à moitié dans son doux sommeil et son beau rêve. Hier ? Ah oui, hier… Il s’en souvenait bien maintenant. Lorsqu’il avait ouvert la porte, il avait hurlé. Oui, oui, en effet, il était donc bien là depuis hier. Ikuto rigole légèrement avant de sourire au plus jeune. Surement est-il amusé de le voir si à l’ouest. En même temps le matin était certainement le pire moment de la journée pour le guitariste. Il avait horreur de ce moment, soit parce qu’il n’avait pas assez dormit et qu’il savait que des cernes affreuses se dessineraient sous ses yeux durant toute la matinée, qu’il passerait son temps à bailler et n’aurait qu’une envie jusqu’à 11h30 ou 12h qui est : aller dormir ! Ou bien parce que justement, pour une fois, il arrivait à dormir et aimerait donc en profiter pour rattraper son sommeil en retard, et c’était bien le cas aujourd’hui. Sauf qu’à vrai dire à cet instant c’était quelque peu différent. En effet, il préférait passer la journée avec son meilleur ami plutôt que de rester à faire une grasse matinée dans son lit bien chaud. Il ne savait pas encore quand est-ce qu’Ikuto repartirait au Japon, mais certainement le soir même ou au pire le lendemain, mais surement pas plus tard. Il ne restait jamais très longtemps et c’était compréhensible, lui aussi il avait un groupe d’indies dans lequel il devait travailler dur. Surtout que Chang n’avait rien à dire, il avait peut-être été moins au Japon qu’Ikuto était venu en Chine non ?

Avec beaucoup de mal Chang Ming réussit enfin à se redresser dans son lit, les idées un minimum plus claires. Ikuto avait un bras posé sur l’épaule du jeune endormi et rigolait toujours, assez doucement surement pour éviter de réveiller les deux autres. « Oui, je suis là, baka. ».

Certes Ikuto essayait de ne pas les réveiller, mais Chang lui n’avait même pas pensé au fait que hurler le nom de son meilleur ami risquerait de faire sortir ses deux camarades de leur sommeil. Déjà qu’il les avait tous réveillés en pleine nuit… Et qu’il les réveillait d’ailleurs assez régulièrement à cause de ses cauchemars. Il avait donc vte plaqué une main sur sa bouche avant de saute littéralement sur Ikuto. Il savait que ce dernier n’était pas franchement tactile – déjà qu’il était amical avec peu de monde alors il ne fallait pas non plus trop en demander – mais Changie ne s’en était jamais vraiment soucié. Il se faisait d’ailleurs très rarement jeté par Ikuto, bien souvent ce dernier le poussait gentiment pour l’inviter à se décaler, ou le laissait quelques secondes le prendre dans ses bras. Il ne l’envoyait jamais bouler comme une vielle chaussette, ou plutôt il ne l’envoyait jamais bouler comme il dégageait d’ordinaire tout le monde. Cette fois-ci encore, une fois la surprise de s’être fait jeter dessus, il essaya tant bien que mal de se redresser en poussant doucement Ming.

« Essaie de ne pas me tuer, d’accord Blondie ? » lui demanda-t-il en souriant « Non parce que, si tu avais voulu m’étrangler, t’aurais dut t’y pendre pendant mon sommeil, s’aurait été plus subtile hein. »

Chang Ming ne put s’empêcher de rigoler à son tour. « Mais nooon je veux pas te tuer ! » Il se trouvait désormais assis en tailleurs, tout comme Ikuto, face à lui, tel son reflet dans le miroir. Qu’est-ce qu’il était content de le revoir ! A chaque fois qu’il le voyait il avait toujours le même sentiment, il savait que sa journée serait la meilleure, et que rien ne pourrait venir la perturber, c’était certain. Il savait qu’il était protéger de tout avec lui, que personne ne le toucherait jamais et qu’il pourrait lui raconter sa vie pendant des heures sans que Ikuto lui dise qu’il parlait trop. C’était le top quoi, il pouvait être lui-même à cent pour cent ! Chang Ming souriait donc comme un débile, regardant son meilleur ami avant que celui-ci ne prenne la parole et le sorte de ses pensées.

« Bon, j’ai la dalle. Je te l’ai dit en plus. Alors, on va à la cuisine ? » En effet, juste avant les deux garçons avaient pu distinctement entendre le bruit du ventre du batteur qui criait famine. Rien que ça suffit à donner faim à Chang ! Oui, il lui en fallait très peu… « Et puis, ma valise est dans la cuisine. Et j’aimerais bien me changer en fait. » Termina-t-il.

Chang réalisa enfin qu’Ikuto était enfaite torse nul. Et malgré le chauffage on était tout de même en plein hiver, il ne devait pas franchement avoir très chaud… Le guitariste se releva donc aussitôt, bondissant presque sur ses jambes et se précipita vers la commode où il entreposait tous ses vêtements ainsi que quelques mangas qui n’avaient pas leur place sur ses étagères bien trop petites. Il se retourna rapidement vers Ikuto en levant deux doigts.

« Laisse-moi deux secondes, le temps d’enfiler quelque chose d’autre que mon pyjama et on y va ! » Chuchota-t-il en ouvrant un tiroir et en attrapant les premiers vêtements qu’il trouva, tout en vérifiant tout de même qu’ils s’accordaient – il restait très porté sur la mode et faisait toujours attention à ses vêtements, bien que certaines personnes les trouvent parfois loufoques. Pour le coup il s’habilla assez simplement, un pantalon, un tee-shirt et une veste qu’il enfila en vitesse dans la salle de bain collé à la chambre et il revint aussi rapidement dans la chambre ou Ikuto l’attendait.

« C’est bon ! On peut y aller ! » S’exclama-t-il en se dirigeant vers Ikuto, réalisant une fois encore qu’il avait fait trop de bruit. « Faut vraiment sortir de cette chambre ou je vais pas passer la journée. » Rigola-t-il en tendant une main à son meilleur ami pour l’aider à se relever. Ils se dirigèrent donc ensemble vers la sortie, et lorsqu’ils purent enfin parler à haute voix sans crainte d’en réveiller un, Ikuto pris la parole.

« Au fait, j’ai encore du mal à m’habituer que tu ne sois plus Blondie. » Lui apprit-il avec un grand sourire « Ça t’allait bien le blond. »

Chang Ming ne put s’empêcher de froncer les sourcils tout en avançant sa bouche en une petite moue. C’était une vielle habitude chez lui, une habitude qui faisait souvent dire aux gens qu’il avait une bouille si mignonne. Mais il ‘en jouait pas, en fait il ne s’en rendait même pas compte lorsqu’il faisait cela. Il pencha légèrement sa tête sur le côté, regarda Ikuto et passa une main dans ses cheveux.

« Ca faisait trop longtemps que j’étais blond, je m’en suis lassé… » Il ébouriffa quelque peu sa tignasse avant de poursuivre « Et puis avec la sortie de notre premier single j’avais envie de changement ! » Il rigola doucement et termina enfin « Bon, on va la chercher cette valise ? »

Spoiler:
 

_________________

« Aimer, c'est l'innocence
éternelle, et l'unique innocence est de ne pas penser. »
« And it's better later than never baby you know I've been next to you lately Now I want it how it was before I know it may be late now And I know that I'm taking off now But I'm here and I'm a super hero And I can save you »
©️ sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin | Indie J

My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   Lun 7 Jan - 15:12

tenue

C’était particulièrement marrant que de voir ton meilleur ami essayer de sortir de sa torpeur de la sorte. À vrai dire, tu rigolais légèrement, plus intérieurement pour ne pas réveiller les autres qui étaient toujours plonger dans leur sommeille. Chose que tu avais dut quitter très tôt au vu du plancher inconfortable où tu avais fini ta nuit. Toi qui étais habitué au grand luxe de la demeure de ton oncle, dormir sur le sol ne t’était jamais venu à l’esprit. Sauf lorsqu’il s’agissait d’un cas extrême où toutes autres solutions n’étaient pas envisageables. Pour tout dire, la princesse en toi avait été réveillée par l’inconfort total qu’offrait le sol de cette chambre. Tu te promis de ne plus jamais dormir ainsi, étant courbaturer de partout. Le pire fut sûrement lorsqu’il se jeta à ton cou. Tu te retrouvas, en quelques instants, le dos de nouveau contre le sol. Et tu souffrais. Tu te faisais vieux, tiens. Du haut de tes vingt ans, tu éprouvais déjà quelques douleurs au dos. Mieux valait ne pas imaginer dans quelques années. Bon, ça allait très certainement te passer, au cours de la journée. Et puis, cette nuit, tu irais dormir dans un lit confortable, sur un matelas, de préférence.

Au fil des années, tu t’étais habitué aux élans d’affection de ton ami. Parce que bon, toi, tu n’étais pas d’un naturel très tactile. Sauf avec les filles. Mais ça, c’est une autre histoire. Il était rare que tu poses des gestes affectueux à l’égard de tes amis. Généralement, tu y allais plus par de bonnes vannes sympathiques qu’une accolade amicale. Et puis, généralement, tu n’aimais pas les contacts physiques ou toute autre marque d’affection. Sauf de la part de Chang Ming. Parce que c’était ton meilleur ami, parce que tu t’y étais habitué. Au début, il y a quelques années, ça te dérangeait légèrement, n’étant pas habituer à ces élans d’affection. Mais maintenant, c’était coutume chez lui, tu savais qu’il aimait bien s’accrocher au cou de ses amis. Souriant, tu repoussas cependant doucement ton ami. Oui, doucement, parce que, en fait, il t’écrasait un peu maintenant et tu voudrais bien pouvoir respirer normalement. Rigolant doucement, tu lui demandas par contre de ne pas te tuer, que tu tenais tout de même à la vie. Ou du moins, s’il avait voulu t’étrangler, il aurait dut le faire pendant que tu dormais. « J’espère hein que tu veux pas me tuer ! » lanças-tu toujours en souriant. Il y avait bien que de Chang Ming que tu acceptais les contacts physiques, parce que tu savais que c’était dans sa nature. Et puis, c’était sûrement ton seul ami qui agissait de la sorte avec toi, parce que, évidemment, il se croyait tout permis. Chose qui était effectivement vrai. Tu n’en voulais jamais à Sheen, même s’il faisait des conneries, même s’il te vexait - car Dieu seul sait combien tu peux être susceptible -. Et puis, peut-être ne l’avait-il jamais remarqué, mais que tu laisses passé tout ça sans t’en formaliser, c’était une réellement preuve d’amitié à son égard.

« D’accord mais dépêche-toi » râlas-tu sans réel sérieux. De toute façon, il te connaissait. Tu le regardas donc sautiller presque jusqu’à sa commode, souriant toujours. Peut-être étais-ce la joie de vivre de ce dernier qui avait fait que vous étiez amis aujourd’hui. Plusieurs se demandaient comment est-ce que vous étiez devenus ami alors que semblerait-il tout vous opposait. Le guitariste était simplement arrivé dans ta vie au moment où tu avais le plus besoin de quelqu’un. Et donc, un lien solide s’était lentement créer entre vous deux. Et puis, suite à ça, tu t’étais réellement pris d’affection pour le chinois, qui avait rapidement pris la place de meilleur ami. Il n’y avait pas d’autres personnes que lui qui te connaissait autant, pas d’autres personnes à qui tu te confiais aussi aisément. Tu t’étais aussi promis de le soutenir, de le réconforter lorsqu’il en aurait besoin. Tu trouvais juste dommage de vivre dans un autre pays, comme tu le savais toujours tourmenter par ses fantômes du passé. Toujours assis en tailleur au sol, tu frissonnas légèrement. À l’avenir, même si tu avais pour habitude de ne dormir qu’avec un survêtement, tu penserais aussi à enfiler un t-shirt. Du moins, lorsque tu dormirais ailleurs qu’au Japon.

Tu attrapas sa main et te remis sur pied. Une fois hors de la chambre, tu eus enfin le loisir de parler comme tu voulais, sans craindre la fureur de Yusheng si tu l’aurais réveillé par mégarde. Tu commentas donc la nouvelle couleur de cheveux du guitariste. Pour ta part, peu importe la couleur, il serait toujours ton éternel blondie. C’était sympathique comme surnom, non ? Mais il n’en restait pas moins que tu trouvais que le blond lui allait mieux. Chose qui semblait l’avoir vexé comme il affichait une moue. Tu rigolas doucement tout en t’avançant vers la cuisine. Le dortoir des indies chinois était vraiment semblable à celle où tu vivais. « Mais là tu es roux Blondie. Roux ! Je vais devoir t'appeler Roxie. On dirait le nom d'un chien ça en fait. » Tu savais qu’il allait sûrement se justifier, te disant que ce n’était pas roux mais bien brun, que la lumière lui jouait seulement un mauvais tour. Pour ta part, tu trouvais ça particulièrement roux et ça te faisait rire. Tu n’avais jamais changé de couleur de cheveux, étant rester à tes habituels cheveux foncés. Tu ne voyais pas de raison pour changer de couleur. Le changement ? Bof, tu étais très bien comme tu étais, ça tu le savais.

Alors qu’il t’annonçait que vous devriez partir à la recherche de ta valise, tu la trouvas presque immédiatement, appuyer contre un mur, près de l’entrée, non loin de la cuisine. Tu l’avais déposer-là en rentrant et tu t’étais endormi comme une buche en fait, sans même prendre le temps de la prendre avec toi. T’approchant donc de ta valise, tu fis un sourire à Ming. « Bon, je vais me changer. Tu m’attends ici ! » Emportant la valise avec toi, tu filas jusqu’à la salle de bain. Prenant soin de choisir ta tenue, tu sortis tout de même de la salle en quelques minutes top chrono, habillé et prêt pour la journée. Tu retournas la valise où elle s’était trouvée au départ, ce serait plus simple de la reprendre quand il serait temps pour toi de partir. « Bon, maintenant, j’ai faim. On déjeune ici ou on va manger à l’extérieur ? » lui demandas-tu, même si ton estomac semblait plus d’accord avec le fait de manger ici, comme tu avais terriblement faim. T’avançant vers le frigo comme si tu étais chez-toi, tu ouvris ce dernier. « Y’a quelque chose à manger, dit ? » Hors de question que tu cuisines. Déjà que tu devais faire le ménage, maintenant que tu étais indies, il ne fallait tout de même pas trop t’en demander, toi, petit gosse de riche égocentrique incapable de vivre seul.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Modo | Indies China

My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   Ven 18 Jan - 18:22

Après s'être fait réveiller par son meilleur ami, avoir réalisé que c'était bien lui et être allé se préparer, Chang Ming avait saisit la main d'Ikuto pour l'aider à se lever afin qu'il rejoigne la pièce principale et laisse dormir ses amis. En effet ils étaient en repos et avait tous énormément besoin de repos avec tous le travail qu'ils avaient accumulés jusqu'ici. C'est donc à l'extérieur de la chambre qu'ils purent enfin parler à haute voix sans crainte de réveiller les autres - tant qu'ils n'hurlaient pas non plus. Ikuto commença donc par lui dire qu'il n'était pas habitué à le voir avec sa nouvelle couleur de cheveux. Le guitariste lui expliqua donc son envie et besoin de changement, ce à quoi le japonais répondit par « Mais là tu es roux Blondie. Roux ! Je vais devoir t'appeler Roxie. On dirait le nom d'un chien ça en fait. ».

Chang ne pu s'empêcher de faire une moue boudeuse. Ikuto était très vexant, il le comparait à un chien maintenant ? Mais bon, c'était Ikuto, il lui pardonnait toujours tout n'est-ce pas ? Et puis à vrai dire il ne le prenait pas vraiment mal, tant qu'on ne se moquait pas de lui, il ne le prenait pas mal. Et Ikuto ne se moquerait certainement jamais de lui, connaissant mieux que personne son histoire et sa sensibilité envers tout ce qui touchait à son passé. Enfin, sa sensibilité tout court. Bref. Il regarda alors son meilleur ami, positionnant ses poings sur ses hanches.

« Je suis brun ! Ce sont les reflets qui rendent ça roux... Monsieur je ne change jamais de tête ! » Lui lâcha-t-il en lui ébouriffant les cheveux avec ses deux mains pour bien l'embêter. C'était surement la centième fois qu'il le disait depuis qu'il s'était fait teindre les cheveux. « Roxie ça ressemble à Rouxy non ? Ah non, c'était Rouky, Rox et Roucky. » Phrase inutile, complètement, comme souvent. Il ne pu s'empêcher alors de décrocher un immense sourire à Ikuto « De toute façon tu m'as presque toujours appelé Blondie, ça me perturberait si tu changeais maintenant. » Rigola-t-il doucement pour conclure.

Le batteur avait enfin repéré sa valise près de l'entrée, il alla alors la chercher et annonça à Chang Ming qu'il allait se changer en lui demandant de l'attendre ici. En même temps il n'allait pas fuir alors que son meilleur ami était là. C'était ses meilleurs moments lorsqu'ils étaient ensemble, il n'allait donc pas aller se cacher dans l'armoire. Pourquoi dans l'armoire d'ailleurs ?... Il regarda donc Ikuto s'éloigner vers la salle de bain, un immense sourire sur ses lèvres. Il avait hâte que leur journée commence ! Même s'il n'avait aucune idée de ce qu'ils allaient faire, ils trouveraient forcément. Et puis rien que d'être avec lui c'était génial.
Une fois le japonais totalement disparu Chang Ming se dirigea vers la cuisine où il ouvrit le frigo pour en sortir une bouteille de lait. Il pris ensuite un grand verre dans lequel il versa le liquide blanc avant de remettre la bouteille au frais. Il n'y avait plus trop de lait dans le pays, il y avait eu une grosse crise l'année d'avant mais Chang Ming était incapable de s'en passer. Lait froid, chaud, avec du chocolat en poudre, bref sous toutes les formes. Il descendit donc d'un traie son verre avant de passer son poignet sur sa bouche, effaçant les moustaches qu'il avait dû se dessiner. C'est alors que son meilleur ami revint dans la cuisine.

« Bon, maintenant, j’ai faim. On déjeune ici ou on va manger à l’extérieur ? » Lança-t-il direct, comme à son habitude. Chang Ming en était habitué, ça ne l'étonnait pas. Il n'y fit d'ailleurs même pas attention. Il pencha ainsi la tête sur le côté pour réfléchir, mais déjà le batteur s'avançait vers le frigo et l'ouvrait pour en vérifier son contenu. « Y’a quelque chose à manger, dit ? » Chang Ming haussa les épaules. A vrai dire il ne savait pas trop, depuis un moment à part du lait, il ne se servait pas de grand chose ici. Il lui arrivait souvent de manger un sandwich ou des trucs tout prêt pendant qu'il répétait. De plus il s'était absenté chez ses parents pour les fêtes et il n'avait aucune idée si ses camarades ou non avait fait le plein, et il n'avait pas regardé en ouvrant le frigo deux minutes plus tôt. Il se rapprocha donc d'Ikuto et regarda par dessus son épaule.

« Mais... Ca veut dire que je vais devoir cuisiner si on reste là ? » Il connaissait le garçon par coeur, ce n'est certainement pas lui qui allait le faire. Savait-il au moins faire cuir un oeuf ? D'ailleurs Ming se moquait souvent de lui à propos du fait qu'il ne savait rien faire. Bien sûr il s'en moquait gentiment. « Moi je veux bien mais dis moi ce que tu veux alors. Et mets au moins la table ! »

_________________

« Aimer, c'est l'innocence
éternelle, et l'unique innocence est de ne pas penser. »
« And it's better later than never baby you know I've been next to you lately Now I want it how it was before I know it may be late now And I know that I'm taking off now But I'm here and I'm a super hero And I can save you »
©️ sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin | Indie J

My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   Sam 2 Fév - 17:34

Une fois sorti de la chambre, tu t’en sentais un peu plus soulagé. Parce que bon, tu savais que tu ne pourrais pas contenir le ton de voix de ton meilleur ami, qui semblait bien heureux de ta présence en Chine. Mais, surtout, il y avait une certaine présence qui te dérangeait, te troublait, entre ces quatre murs. Le mieux pour toi avait été de quitter la chambre, bien tranquillement, en compagnie de ton meilleur ami. Sa réaction avait été des plus marrantes, lorsqu’il était rentré au beau milieu de la nuit. Le fait était que tu avais décidé de venir lui faire une surprise. À la base, tu avais aussi voulu en faire une à Yusheng, mais bon. Semblerait-il que, lors d’une soirée où tu avais trop bu, tu lui avais malheureusement donné l’heure et la journée auquel tu atterrissais à Beijing. Mais il te restait toujours ton meilleur ami à surprendre. Et tu n’avais pas été déçu, lorsqu’il a ouvert la porte de la chambre. Bon, tu aurais préféré qu’il évite de crier, parce que bon, le réveil fut brutal, accompagner d’une chute monumentale contre le sol trop froid. Puis, il s’était traîner jusqu’à son lit où il était tombé comme une buche. Tu t’en voulais un peu, en quelque sorte. Parce que, s’il avait sut que tu étais ici, cela lui aurait donné une raison de quitter sa demeure familiale pour venir te voir ici. Tu te mordillas la lèvre inférieure. Parce que tu savais combien il détestait cet endroit.

Grognant légèrement, tu ne pus cependant que sourire lorsque ton ami t’ébouriffa les cheveux. En tant normal, tu ne te serais pas laisser faire. Tu n’aimes pas qu’on touche à tes cheveux. Mais il s’agissait de Chang Ming. Et tu étais beaucoup plus conciliant avec lui. En fait, tu lui permettais à peu près tout et n’importe quoi. Pour lui, tu pourrais débouler en Chine au beau milieu de la nuit, s’il te le demandait. Quitte à y aller à la course et à la nage. « Mes cheveux sont très bien comme ils sont, tu sauras. Je n’ai pas besoin de truc chimique et de couleurs qui ressortent plus roux que brun pour être encore plus beau. » Tu affichas, suite à ça, un air suffisant et un sourire moqueur. Cela te faisait toujours du bien, d’être en sa compagnie. Il était une personne agréable, facile à vivre, sociale et bien gentil. En somme, tout le contraire de toi. Tu étais chiant, susceptible, difficile à vivre et tu repoussais, la majorité du temps, la compagnie des autres. Rares sont ceux qui ne te tapent pas sur le système.

Toutes ces différences poussaient les autres à se demander comme faisait le chinois pour te supporter, alors que tu étais clairement le genre de personne à l’envoyer bouler. Une suite d’incident qui ont fait que tu t’es réellement accrocher à ta Blondie. Tu affichas un léger sourire. Ce qui était déjà pas mal. Tu n’étais pas de ceux qui sourient des masses. « Je suis toujours étonner de la façon dont tu massacres le nom des personnages de Disney. Rouxy, non mais... » Mais tu continuas de sourire, signifiant simplement que tu te moquais gentiment de lui. Il était la personne la plus proche de toi. Un peu comme un frère. La personne dont tu avais toujours eu besoin. Quelqu’un pour te comprendre, t’écouter et te soutenir. Cette personne qui te ferait sentir comme importante, une personne qui ne te ferait pas sentir comme un bon à rien, qui ne te mettrais pas de l’avant simplement pour ton argent et ton titre. Et tu avais trouvé cette personne en Chang Ming. « De toute, je ne comptais pas changer ton surnom. Simplement t’embêter un peu. » Et tu lui tiras la langue, acte tellement mature, venant de toi, surtout. Toi, si bien élevé, légèrement coincé du cul qu’auraient dit tes parents. Mais ils ne savent rien de toi. Alors que ton meilleur ami te connaissait presque par cœur.

Finalement, tu filas à la salle de bain avec ta valise, histoire d’enfiler quelque chose. Oh, pas qu’être torse nu en face de ton meilleur ami te gênait. À vrai dire, tu étais pudique, mais tu n’avais aucune honte à afficher ton torse, qui était quand même légèrement découpé, juste assez. Mais bon, disons simplement que tu avais froid et que l’idée de t’afficher devant Yusheng, si jamais il sortait de la chambre, ainsi peu vêtu te rendait légèrement mal à l’aise. Tu t’habillas donc, passant rapidement un coup de peigne dans tes cheveux. Il y avait des matins comme ça, où ils te faisaient la tête et refusaient de coopérer. Tu soupiras, te passas rapidement de l’eau froide sur le visage, sachant les pensées que tu avais eu à l’égard du bassiste avant de retrouver ton meilleur ami dans la cuisine, frais et dispo pour une journée que tu savais d’avance charger, comme tu étais avec lui.

Ouvrant le frigo, tu demandas à ton ami s’il y avait quelque chose à manger. Parce que bon... Sincèrement, toi, cuisiné ? Ce serait de quoi mettre le feu à la cuisine en fait. Disons que tu as vécu dans un cocon, envelopper de nounous et de personnes engagées par ton oncle - évidemment, tu ne vis plus chez tes parents - qui ont fait que tu n’as jamais eu à faire de ménage, de lessive ou encore d’apprendre à cuisiner. Ce qui faisait de toi quelqu’un incapable de vivre seul. Mais, tu avais de l’argent. Si jamais tu quittais l’agence, tu aurais de quoi te payer quelqu’un pour faire toutes ces tâches à ta place.

Même si tu avais plus ou moins coupés les ponts avec tes parents, tu restais dépendant d’eux. À chaque semaine, une somme qui pourrait faire vivre quelqu’un pendant un peu plus d’un mois était déposé dans ton compte en banque. Sans compter ton nouveau salaire d’indies. Tu pouvais donc dépenser sans réfléchir et piler de l’argent pour la journée où tu irais vivre seul. Parce que, certes, tu voulais continuer dans l’univers musical. Hors, tu n’appréciais pas trop la vie de groupe. Si tu avais eu Chang Ming plutôt qu’Hiroto comme guitariste, peut-être que ton avis aurait été différent. Mais bon, pour tout dire, les membres de ton groupe te tombaient sur les nerfs, de façon assez hallucinante. Ou peut-être étais-ce toi qui n’étais pas assez patient. « ... Bon, d’accord. Enfile tes chaussures et un manteau, on va manger à l’extérieur. Comme ça, tu n’auras pas à cuisiner et je n’aurai pas à mettre la table. » Le tout avec un large sourire du mec qui n’a pas du tout envie de poser deux assiettes et des ustensiles sur une table. Fainéant ? Juste un peu. Du moins, en ce qui concerne les tâches ménagères, le repas ou une table de cuisine. Enfin, la table de cuisine, ça dépendait aussi de ce que tu faisais dessus.

Te dirigeant vers l’entrée, tu saisis ton porte-monnaie que tu enfonças dans ta poche de pantalon et te dirigeas vers l’entrée de la résidence des indies pour enfiler tes souliers. « Et puis, c’est moi qui offre le déjeuner ! » Pour être souvent venu à la GoldStar Entertainment, tu connaissais un restaurant, plutôt banal, ou du moins, pour quelqu’un de ton rang, qui servait pourtant de très bons déjeuner. Du moins, tu le savais pour y être allé à quelque reprise avec ton ami, nouvellement graduer, MingXian. Oh, et tu y avais aussi amené une de tes conquêtes chinoises, il te semble. « Et puis, je sais déjà où aller déjeuner ! Donc, tu ramènes ton derrière et tu ne t’obstines pas. Je me sentirais coupable de te laisser cuisiner en restant assis tranquillement. » Quand tu as une idée en tête, tu ne la lâches pas. Ou enfin, très rarement. Tu es quelqu’un de particulièrement têtu, concernant certains sujets. Et, ce matin, tu avais décidé que tu ne laisserais pas ton meilleur ami cuisiner. Et tu ne lâcherais pas le morceau.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Modo | Indies China

My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   Dim 3 Fév - 20:12

« Mes cheveux sont très bien comme ils sont, tu sauras. Je n’ai pas besoin de truc chimique et de couleurs qui ressortent plus roux que brun pour être encore plus beau. » Lâcha-t-il en se moquant de Chang qui ne put s'empêcher d'exprimer une moue boudeuse sur son visage toujours un peu enfantin. Il décida de ne pas répondre car sinon ça finirait comme leurs textos : une conversation sans fin qui devient de grand n'importe quoi et qui ne s'arrête jamais (le but de "sans fin" oui...) Mais malgré cette petite moue, Changie ne lui en voulait pas, oh que non. Déjà qu'il en voulait rarement aux gens - il préférait de loin être ami de tout le monde et ne pas se prendre la tête pour des broutilles - mais avec Ikuto c'était encore différent. C'était LE mec à qui il n'en voudrait jamais. Il pouvait faire les pires conneries jamais il ne le détesterait, il serait au contraire toujours là pour lui et pour l'aider en cas de difficultés, comme il l'avait déjà fait dans le passé. Ne lui demandez pas pourquoi, Chang était certainement incapable de vous en donner les raisons. Il ne savait à vrai dire même pas comment il était possible qu'il soit ami avec Ikuto, comment un garçon comme lui, un garçon qui rejette toute compagnie, le moins sociable au monde, ne l'ai pas envoyé bouler ce jour-là. Mais pour dire vrai, il ne se l'était jamais vraiment demander non plus, le batteur était son meilleur depuis un bon moment déjà, et il le resterait. Il l'aimait et ce que les autres pouvaient dire sur lui, il n'en avait fichtre rien à faire - et qu'est-ce qu'on pouvait lui en dire d'ailleurs des "comment tu peux être ami avec un type pareil ?" !

Alors quand Ming faisait la comparaison entre Roxy et Rouxy - alors qu'il voulait en fait dire : Rouky - son ami ne se gêna pas pour se moquer ouvertement de lui, une nouvelle fois. « Je suis toujours étonner de la façon dont tu massacres le nom des personnages de Disney. Rouxy, non mais... » Lui sourit-il avant de reprendre « De toute, je ne comptais pas changer ton surnom. Simplement t’embêter un peu. »

Le guitariste ne put s'empêcher de rigoler. Il n'aurait pas supporté un changement de surnom ! Bon ok, c'était peut-être un peu exagéré... Mais ça faisait déjà plusieurs années qu'il l'appelait comme ça. En fait lorsqu’ils s'étaient rencontrés il était déjà blond, entre temps il avait repris sa couleur naturel, pour refaire une couleur blonde il y a de ça déjà un moment. Et là, il changeait encore, mais heureusement, son surnom lui ne changeait pas. Blondie c'était un peu bizarre non ? Certains n’auraient peut-être pas aimé. Mais Chang y était tellement habitué ! « Désolé, j'ai fait un mélange de Rox et Rouky et ça a donné Rouxy. Bah comme ça les deux personnages du dessin animé sont réunis en un seul et même personnage... » Répondit-il pour s’enfoncer un peu plus malgré lui.

Il partit enfin à la salle de bain et Chang en profita pour boire son habituel verre de lait tout en réalisant que son meilleur ami était bien venu lui faire une surprise et qu'il était bien là, en Chine. C'est vrai qu'il aurait tout de même aimé qu'il le prévienne... Pas qu'il n'aime pas les surprises, mais juste que ça lui aurai fait un bon prétexte pour quitter la maison familiale. Non, il aimait ses parents, n'allez pas croire l'inverse, mais leur maison et leur ville lui rappelait des biens trop mauvais souvenirs, que ce soit la mort de son frère ou bien toutes les moqueries des autres enfants qui s'en étaient suivies. La pire période de sa vie revenait plus forte que jamais lorsqu'il était là-bas.
Ikuto revint enfin de la salle de bain, du moins ça va, il n'avait pas pris trop de temps et heureusement qu'il n'avait pas fait sa diva à passer 3h dans la salle de bain, sinon c'est par la peau des fesses que Changie aurait été le chercher. Mais non il arriva, tout propre et habillé en demandant ce qu'il y avait à manger. Forcément, il ouvrit le frigo mais il était bien sûr hors de question qu'il cuisine. Monsieur savait-il éplucher une pomme de terre ? Et puis de toute façon Chang ne le laisserait jamais faire, c'était le meilleur moyen pour qu'une catastrophe arrive et qu'ils finissent aux urgences ! Il lui proposa donc de mettre la table pendant qu'il cuisinait et visiblement même ça c'était trop lui demander.

« ... Bon, d’accord. Enfile tes chaussures et un manteau, on va manger à l’extérieur. Comme ça, tu n’auras pas à cuisiner et je n’aurai pas à mettre la table. » Lui sourit-il avec son air de petit gamin gâté. Ming ne put s'empêcher de rigoler et de lui donner un petit coup d'épaule. Il était incroyable, oui ce mec était incroyable ! « Bon ça tombe bien, je n’avais pas franchement envie de cuisiner ! » Rigola-t-il tout en se dirigeant vers l'entrée où il enfila rapidement des chaussures. « Je reviens. » Et il partit alors vers la porte de la chambre, l'ouvrant tout doucement pour ne pas réveiller ses camarades et il y rentra tout aussi doucement. Quelques second après il en ressortait avec son manteau dans les mains qu'il s'empressa d'enfiler. Et alors qu'ils se dirigeaient tout deux vers la porte et que le guitariste attrapait ses clés, Ikuto reprit la parole.

« Et puis, c’est moi qui offre le déjeuner ! Et puis, je sais déjà où aller déjeuner ! Donc, tu ramènes ton derrière et tu ne t’obstines pas. Je me sentirais coupable de te laisser cuisiner en restant assis tranquillement. » S'exclama-t-il alors que le chinois marquait un temps d'arrêt. Pourquoi voulait-il offrir le déjeuner ? Il savait très bien que Chang Ming n'aimait pas qu'on paye pour lui... Mais bizarrement il savait que c'était peine perdu. Ikuto était quelqu'un de très têtu et il le savait, il savait qu'il ne pouvait rien y faire. Il se contenta donc de soupirer avant d'ouvrir la porte et de laisser passer son meilleur ami. Il referma celle-ci derrière eux et commença à marcher en direction de la sortie de l'agence.

« Tu m'énerves, pourquoi tu veux payer ? De toute façon j'avais la flemme de cuisiner alors... Je peux très bien payer tout seul ! » Il fronça les sourcils et secoua doucement la tête de droite à gauche.
Ils arrivèrent enfin dehors et décidèrent de patienter sur le trottoir qu'un taxi arrive. En attendant Chang Ming tourna la tête vers son meilleur ami tout en la penchant un peu sur le côté ?

« Et... C'est où que tu comptes m’emmener ? » Demanda-t-il soudainement curieux, comme à son habitude. Il savait qu'Ikuto non seulement d'être payé comme un indies - c'est à dire pas trop mal non plus - avait beaucoup d'argent. Oui, c'était un fils de riches, tout le monde le savait, et il avait le droit, vu ses moyens, de ne pas faire gaffe à ce qu'il dépensait. Il aurait tort de ne pas en profiter d'ailleurs. Mais du coup ça n'était pas trop son tripe à Chang de se ramener dans un resto de luxe, surtout avec la tenue qu'il portait... Mais bon, Ikuto le connaissait, et il était persuadé qu'il ne l'emmenait pas non plus dans un cinq étoile de luxe hein.

_________________

« Aimer, c'est l'innocence
éternelle, et l'unique innocence est de ne pas penser. »
« And it's better later than never baby you know I've been next to you lately Now I want it how it was before I know it may be late now And I know that I'm taking off now But I'm here and I'm a super hero And I can save you »
©️ sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin | Indie J

My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   Dim 3 Mar - 20:50

Une fois prêt pour ta journée, tu vins te poster dans la cuisine, à côté de ton meilleur ami. Et puis, ton estomac réclamait plus ou moins silencieusement quelque chose à manger. Il faut dire qu’autres les quelques petits gâteaux que tu avais mangé hier soir - et pas beaucoup, tu n’aimes pas ce qui est sucré -, tu n’avais pas grand-chose dans l’estomac depuis que tu étais atterri en Chine. Et puis, hors de question que tu cuisines quoique ce soit. De ton façon, Chang Ming ne te le permettrait pas. Des plans pour que tu fasses passer la résidence au feu. C’est à peine si tu savais comment est-ce qu’on allumait un four. En fait, au niveau des électroménagers... Tu savais ouvrir une porte de frigo. Mais outre cela... Tu ne savais pas faire tourner une machine à laver, ni même changer l’ampoule du frigo si jamais elle venait à brûler.

Autrement dit, tu avais passé beaucoup trop de temps à te faire vivre pour être capable un jour de vivre seul. De toute façon, tu aurais bien quelques femmes de ménage à ton service. Et sûrement une belle petite femme qui resterait à la maison. Une femme. Évidemment que ce serait une femme. Ce n’est pas parce que tu avais imaginé que ce pourrait être agréable d’embrasser Yusheng que tu ne finirais pas ta vie avec une femme. Non. Tu allais marier une femme qui allait te faire deux ou trois beaux enfants, pour qu’ils ne se sentent pas seuls et abandonnés. Elle allait rester à la maison tandis que tu ramenais l’argent. Ou alors, tu resterais un batteur d’un groupe qui deviendrait très populaire, sans femme ni enfant, vivant de ta carrière. Cette vie t’intéressait beaucoup plus que de faire de la paperasse comme ton paternel. Mais bon, si jamais le domaine musical ne t’offrait pas l’épanouissement et une sureté monétaire, tu n’aurais qu’à te tourner vers l’entreprenariat. Tu ne faisais pas ton diplôme en entreprise et fiance pour rien non plus.

Regardant le contenu du frigo, analysant l’attente qu’il y aurait si Chang Ming devait cuisiner, tu finis par hocher de la tête, comme pour approuver ta propre idée. Parce que bon, tu avais faim, maintenant. Et puis, tu n’avais pas envie d’attendre qu’il ait fini de cuisiner. Surtout que bon, tu avais envie d’un bon repas. Pas que Chang Ming soit mauvais cuisinier, pas du tout, seulement, un bon repas un peu à l’occidental te ferait du bien. Ce serait donc direction restaurant pour ce déjeuner-ci ! C’était aussi parce qu’il t’avait demandé de mettre la table. C’est-à-dire poser les couverts. D’où tu venais, c’était les femmes de ménages et les cuisiniers qui s’occupaient de placer la cuisine et la table pour que vous puissiez mangez. Même si cela faisait un petit moment que tu n’avais pas mangé à la table avec quelqu’un. Tu ne t’entendais pas avec les mecs de ton groupe, alors tu allais t’enfermer dans ta chambre avec ton repas.

Sinon, cela faisait des années que tu ne mangeais plus avec tes parents, sauf pour les grands soupers où tu étais obligé d’y aller vêtu d’un costume et d’une cravate. Enfin, pour tout dire, la majorité de tes repas étaient d’un ennui mortel. Sauf lorsque tu te retrouvais au restaurant avec une fille - lorsque tu décidais de sortir le grand jeu - ou lorsque tu mangeais avec un ami. Là, déjà, c’était beaucoup plus intéressant et agréable comme moment. C’est donc pour ça qu’un sourire éclairait ton visage alors que tu attrapais ton manteau et ton porte-monnaie. Ou enfin, il contenait plus de cartes que de monnaie, tu détestais te promener avec du liquide. C’est pour cela que la carte bancaire à papa était toujours appréciée.

Offrir le déjeuner. Ce n’était pas comme si cela te dérangeait ni comme si cela allait faire un trou béant dans ton budget. À vrai dire, tu n’avais aucun budget, dépensant comme bon te semblait l’argent qui affluait toutes les semaines dans ton compte. C’était donc pour cela que tu pouvais te permettre d’acheter une basse à Yusheng pour sa fête. Simplement pour voir un sourire éclairer son visage. Son commentaire t’arracha un sourire. « Han, tu oses dire à ton meilleur ami qu’il t’énerve ? » Tu pris une mine faussement vexé. Tu sortis dehors à sa suite, ébouriffant ses cheveux devenu roux. Ouai, pour toi, ils resteraient roux et non pas brun comme il le disait si bien. « Ouai, mais j’ai dit que, pour la peine, je t’invitais. C’est ton cadeau de Noël tiens, et pour me faire pardonner de pas avoir averti pour ma visite. » Tu lui fis un large sourire du genre qu’il n’avait pas le droit de s’opposer à ça, que cela te faisait plaisir de toute façon. Tu aurais du louer une moto. Ou quelque chose. Ne serais-ce que parce que tu n’aimais pas spécialement te retrouver dans une voiture. Tu acceptais généralement lorsque tu te déplaçais pour le groupe. Mais sinon. Tu avais l’impression de devenir claustrophobique dans une voiture. C’était particulièrement déplaisant.

Un sourire légèrement mystérieux apparut sur ton visage. Oh, tu allais très certainement lui cacher la destination jusqu’à y être arrivé. Ne serais-ce que parce que tu ne mangeais que dans des restaurants se rapprochant du cinq étoiles et que, même si tu le trouvais très ordinaires de ton côté, c’est que tu avais souvent été habitué à plus. Et ton meilleur ami allait très certainement s’opposer, en te disant qu’il ne fallait pas que tu dépenses autant pour un simplement repas, surtout si tu payais le sien en plus. Le taxi ne tarda pas à arriver. Tu embarquas donc à l’intérieur, donnant l’adresse au chauffeur, sans nommer le nom du restaurant. « Si je te le dis maintenant, tu vas sûrement m’assommer » lui dis-tu en japonais. Tu n’aimes pas discuter alors que les chauffeurs épient vos discussions. C’était donc pour ça que, tout naturellement, tu t’étais adressé à ton ami en japonais. « Tu n’as pas ton mot à dire, je t’emmène déjeuner où je veux et puis voilà. » Finalement, la voiture s’arrêta devant un joli restaurant, pas trop grand mais non pas moins un tantinet luxueux. Ce n’était pas du grand luxe, un peu dans la moyenne, mais, au moins, la nourriture était bonne. Certes, c’était un peu au-dessus des moyens de monsieur et madame tout le monde, mais nécessairement pas au-dessus des tiens. Un homme vint vous accueillir et vous mena jusqu’à une table pour deux. Franchement, cela te faisait du bien de passer du temps avec ton meilleur ami. Les menus vinrent rapidement et tu en saisis un. « Alors, ce n’est pas trop pour toi ce restaurant ? » Tu eus un léger sourire innocent.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



My little secrets
MessageSujet: Re: Mind Fuck ~ Chang Ming   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mind Fuck ~ Chang Ming

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» Let's begin the caddy race ft. Chang Ming
» Sun Chang Ming @Sheen_XK
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: China - Beijing :: GoldStar Agency :: GoldStar 男孩 :: Résidences :: Dortoirs des Indies-