Behind Closed Doors

Partagez | 
 

 18+ /!\ Let's get drunk, drunk, drunk, groink! [Kanemori Ikuto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


My little secrets
MessageSujet: 18+ /! Let's get drunk, drunk, drunk, groink! [Kanemori Ikuto]   Sam 2 Fév - 23:58

Une fois de plus tu te retrouves au Japon. On dirait que c'est ta destination de prédilection pour le moment, allez savoir pourquoi. Il y a quelques instants tu étais encore assis confortablement dans ton siège d'avion, un masque de nuit sur le visage, les gros écouteurs de ton Ipod collés sur les oreilles. Le confort parfait. Dommage que ça n'ait duré que quelques minutes. Parfois, tu aimerais vivre éternellement dans ton avion, coupé du monde. Ça serait assez tranquille. Surprenant venant de ta part comme réflexion. Toutefois, tu as changé au cours des derniers mois, un peu. Naturellement, tu ne pourras jamais être quelqu'un d'autre que ce chieur de Dae Hyun, mais tu as mûri et tu réussis à penser à des choses plus sérieuses qu'avant et tu n'envisages plus le monde de la même manière qu'autre fois. Enfin, ça ne change pas tes vieilles – et mauvaises – habitudes. Effectivement, tu ne te rends pas au Japon pour les affaires, tu vas plutôt t'amuser en compagnie de ton bon ami Ikuto. Disons que vos caractères et vos passe-temps semblables vous ont vite rapprochés. Entre vous, il existe une petite rivalité amicale d'ailleurs quant au nombre de vos conquêtes. Aujourd'hui, tu n'as pas trop envie de jouer le jeu, parce que tu es certain de perdre. Contre un mec comme Ikuto, c'est sûr que ton abstinence temporaire t'as fait perdre toutes les chances. Bah remarque, c'est plutôt normal parce que tu ne connais pas vraiment les filles à Busan et tu n'avais pas vraiment la tête à te taper les gens après l'enterrement, ce qui n'est pas surprenant en fin de compte. Enfin, naturellement, pour ne pas changer les traditions vous avez comme lieu de rencontre un club. Mais pas n'importe quel : un bar de danseuse. Eh oui, c'est bien votre genre d'aller mater les corps dénudés des Japonaises qui font ce boulot. Enfin, tu préfères les Chinoises, elles sont plus plantureuses généralement, mais bon, les Japonaises sont déjà mieux que les Coréennes.

En sortant de l'aéroport, lunettes de soleil sur le nez, un petit sac sur l'épaule, tu appelles directement un taxi : pas de temps à perdre. Tu repars d'ailleurs demain matin avec le vol de 8h. Tu as toute la nuit pour te saouler la gueule et oublier. Tu ne doutes pas que ça arrive. Avec Ikuto, vous pouvez boire beaucoup et longtemps. La soirée ne se termine pas à minuit. Non, elle perdure souvent jusqu'aux petites heures du matin. C'est pour ça que c'est exactement la personne qu'il te faut voir aujourd'hui. Il ne te fera pas penser à toutes ces choses désagréables qui hantent tes pensées chaque seconde depuis quelques temps. Ça ne prend pas longtemps au chauffeur pour te déposer devant le bar. Tu paies la commission et tu entres sans jeter un regard derrière toi. Tu t'en fiches d'être reconnu. Bon, il y a quelque temps vous n'étiez pas si connus au Japon, mais DBSD commence à avoir une certaine notoriété dans le pays. Bah tant pis, tu t'en fiches bien de toute manière. Ce n'est pas la première fois que tu sors en boîte. Tu ne comptes pas te faire prendre. D'ailleurs, souvent, quand tu deviens trop chaud, tu vas squatter dans un endroit plus privé pour terminer la soirée.

Quand tu arrives, Ikuto est déjà là : le trajet était moins long à parcourir pour lui. Tu le rejoins en quelques enjambées. Il t'a déjà pris une bière, mais tu vois qu'il t'attendait pour commencer à boire. Tant mieux. Tu souris et tu attrapes ta bouteille avant de la porter à tes lèvres. Tu reproduis ce bruit typique des Coréens qui viennent de boire et tu poses tes fesses sur le banc et sans plus de manière tu mets tes pieds sur la table. Autant te mettre complètement à ton aise. Tu toises du regard Ikuto. « Alors, quoi de neuf mon vieux? » Tu jettes ton sac par terre et tu retires tes lunettes de soleil. Adios le foulard et le manteau aussi, d'ailleurs. Tu reprends en main ta bière et tu avales de nombreuses gorgées de celle-ci sans plus de façon. D'ailleurs, c'est à peine si tu ne la cales pas et tu commandes déjà une seconde. Tu vas te réchauffer vite tu crois bien.

_________________

ΩYou were my bother after all. It's been already two months, but it feels like it was yesterday. I didn't really hated you, I was just being childish to get my revenge for all these years when you did hate me. And now that you're gone, everything's all wrecked up, I don't even know how I feel towards my most precious friends. Is there an hole I'm trying to fill?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin | Indie J

My little secrets
MessageSujet: Re: 18+ /!\ Let's get drunk, drunk, drunk, groink! [Kanemori Ikuto]   Dim 3 Fév - 1:38

Un bruit légèrement agaçant parvint à tes oreilles. Bruit dont tu avais eu la paix pendant quelques jours. Tu tournas donc la tête vers ton téléphone. Tout nouveau téléphone que tu avais obtenu la veille. Il fallait dire que ton impulsivité coûtait parfois la vie à tes appareils électroniques. Paix à son âme. Ton dernier téléphone avait perdu la vie, la semaine passée, alors que tu t’énervais contre toi-même. Tout seul en plus. Assis sur ton lit, la tête entre tes mains, tu ne râlais pas réellement sur la perte de ton téléphone, sachant fort bien que tu pourrais t’en procurer un n’importe quand. Non, tu t’inquiétais de la perte d’un ami. Il était tellement distant ces temps-ci. Il te faisait constamment la gueule et tu en avais marre d’être pris pour un con. La conversation avait dérivé et tu lui avais clairement dit que tu ne chercherais plus à le contacter. Alors que ça te faisait mal, réellement. Tu avais eu une réponse, un peu mal construite, peu cohérente et avec quelques erreurs. Mais, il t’affirmait qu’il tenait à toi. Et ça avait fait déborder le vase. Et ton téléphone avait écopé. Tu te trouvais dégoûtant, voilà. Tu te dégoûtais. Parce que Yusheng ne quittait pas tes pensées. Parce que tu ne pouvais pas t’empêcher de vouloir plus de ce chinois parfois tellement adorable. Et ça te dégoûtait. Parce que tu n’étais pas une pédale, si ?

Étendant le bras, tu attrapas ton téléphone. Cela faisait quelques jours que tu avais parlés avec Chang Ming de ta récente découverte. Celle de ta peut-être homosexualité. Et ça te dégoûtait. Clairement. Tu n’étais pas reconnu pour ton grand respect pour ces gens-là. Ce personnes anormales, ayant une attirance toute sauf saine envers quelqu’un du même sexe. En fait, tu étais même plutôt connu pour ton dégoût profond envers la chose. Un gay ? C’est un être anormalement constituer. Et toi, tu étais tout ce qui était de plus normal. Né avec le nom Kanemori, cela faisait de toi un enfant avec trop d’attente sur les épaules. En parallèle avec ta carrière d’indies, tu étudiais en marketing et finance, pour faire plaisir à ton paternel qui n’en avait rien à battre de toi. Tu allais aux soirées mondaines, affichant des sourires tout aussi hypocrites qu’ennuyés. Tu devais être le gosse bien élevé qu’ils pouvaient afficher comme leur plus grande réussite. Et là, tout s’effondrait. Parce que tu venais de réaliser que tu aimes Yusheng, peu importe ce que tu dirais. Et ça, ça te dégoûtait. Parce que tu étais normal. Parce que tu avais toujours voulu rester dans la marge, respectant les attentes qu’ils avaient envers toi. Sauf peut-être au niveau de tes relations, mais, de toute façon, ils ne peuvent rien dire, rien ne peut être officiel. Mais maintenant, tu apprenais que tu étais gay ? Jamais de la vie.

La surprise s’inscrivit sur ton visage auparavant neutre, blasé de toute cette situation qui te retournait la tête et l’estomac, partager être le dégoût profond envers toi-même et cette lassitude provenant de ton énième dispute avec celui qui te causait tant de tracas. Tu en venais presque à oublier que tu étais casé, que, maintenant, Ayaka était ta copine. Pourquoi ? Tu n’en savais franchement rien. Elle était moins chiante que les autres filles, sûrement. Enfin, tu regardas le nom de celui qui t’avait envoyé ce message. Dae Hyun. Cela devait faire un bon moment que tu n’avais pas eu de ses nouvelles. Blessure qu’avait couverte l’agence. Pour ta part, tu ne voulais même pas savoir si ce n’était qu’une couverture ou réalité. Tu n’es pas du genre à foutre le nez où tu n’as pas affaire. Cela t’était arrivé une fois. Et aujourd’hui, parce que tu avais été témoin d’une scène que tu aurais préféré oublier, tu accompagnais Lily, toutes les semaines, chez son psychologue. Tu répondis rapidement au message que tu venais de recevoir, approuvant l’idée qu’une soirée en boîte pourrait être agréable. Et peut-être noyer tes doutes, ton dégoût, ta presque haine envers toi-même et cette fichus chose que l’on appelait sentiment. Tu ne pouvais pas refuser.

La journée avait été longue et ennuyeuse. Tu avais rembarré plutôt sèchement Takumi, qui traînait toujours dans tes pattes. Il te tapait réellement sur le système, encore plus maintenant que tu étais passablement irriter par ton actuelle situation sentimentale. Hiroto t’avait menacé de te mettre une droite bien placée, ce à quoi tu avais répliqué quelque chose de tout aussi violent. Au moins, ce n’était resté qu’au terme menace. Tu n’avais pas envie d’en venir aux mains. Pas cette fois-ci. La seule compensation de ta journée était de savoir que tu verrais un ami que tu n’avais pas vu depuis belle lurette et que vous iriez mater des beaux culs se déhanchés sur scène. Et dire que tu étais casé... Après une bonne douche et avoir mangé un repas convenable - tu as toujours une meilleure descente l’estomac plein -, tu regardas l’heure. Tu pourrais peut-être penser à y aller. Il ne fallait quand même pas que tu sois en retard. Mettant ton téléphone et ton porte-monnaie dans les poches de ton jeans, tu quittas la résidence sans avertir personne. Te toute façon, ils n’en avaient rien à faire d’où tu te trouvais et c’était réciproque.

Enfourchant ta moto, tu quittas l’agence pour te rendre jusqu’au bar. L’avantage que tu avais, c’était que tu pouvais faire pas mal plus de truc que les idoles. Dont te balader avec une fille à ton bras. Bon, il fallait que ce soit une histoire sérieuse, histoire de ne pas entacher l’image de l’agence, mais ça faisait que tu pouvais sortir avec Ayaka sans problème. Et convaincre le plus de personnes possibles que tu étais parfaitement aux femmes et que tu l’aimais. Hors, ce n’était qu’un mensonge éhonté. Un parmi plusieurs. Tu débarquas dans ta moto, regrettant cependant le choix que tu avais fait. Tu te doutais être obliger de revenir la chercher le lendemain, comme tu serais sûrement trop bourrer pour rouler avec. Tu entras cependant dans le bar, allant trouver une table avec banc en banquette. Histoire d’être confortable. À moitié avachi sur le siège, tu aperçus Dae Hyun rentrer, avec sa classe habituelle. Tu lui adressas un léger sourire. Tu n’allais pas poser de question sur son absence ni rien. Aucunes prises de tête ce soir. Vous étiez là pour vous détendre. « Pas grand-chose à vrai dire. La routine, les performances à toutes les semaines, les mecs de mon groupe qui me saoule... Et les conquêtes qui ont ralentis, je suis maintenant plus ou moins casé. » Léger sourire presque arrogant. Tu ne voulais même pas imaginer la tête d’Ayaka si elle t’entendait parler. Quoique, tu n’en avais pas grand-chose à faire d’elle.

Il s’installe lui aussi confortablement. Tu prends finalement une gorgée de ta bière, commander à ton arriver. Mais boire seul, ça fait vraiment loser. Hors, tu n’es pas un loser. Tu as donc sagement attendu que ton ami daigne de se pointer. Dae Hyun est en fait, plus un rival qu’autre chose. Une rivalité amicale, bien évidemment. Ce n’est pas quelqu’un à qui tu vas conter tes mille et un soucis, il s’en balance complètement. Comme tu ne te soucies pas tant des siens. Vous parlez de vos conquêtes, des filles bien roulés que vous croisez. Vous sortez dans les bars, surtout lorsqu’il y a quelques filles à poil payées pour faire plaisir à vos yeux. Des discussions banales, quelques faits intéressants sur vos vies, des éclats de rire, des moqueries et, surtout, de la détente. L’avantage avec lui, c’était que tu ne te compliquais jamais la vie, tout était simple et plutôt marrant en fait. « Et toi, quoi de neuf ? Tu as finalement amené combien de filles dans ton lit ? À moins que tu ais décidé d’être sage, ces derniers temps ? » Tu ris doucement, fronçant légèrement les sourcils en voyant qu’il avait descendu très rapidement sa bière. Tu hausses les épaules. Pourquoi pas.

Tu finis donc d’une traite ce qui te restait dans ta bouteille. Autant bien se réchauffer, tu as une bonne et longue descente, de toute façon. Et puis, tu sais que si jamais ça dégénérait, le propriétaire du bar consentirait à vous laisser la place VIP, avec quelques billets en plus. « Quoiqu’il faut dire que je ne suis pas mieux dans mon cas. Casé, ouai. C’est pas toujours facile à vivre une fille, à long terme, tu savais ça ? » Oh, elle était sympa, Ayaka. Mais tu avais ainsi des obligations, comme ne pas pouvoir rouler une pelle à la première venue et coucher avec la seconde. C’était l’inconvénient d’être en couple. Mais tu en avais eu besoin. Un peu pour te rassurer. Tu tournes la tête vers la scène. De nouvelles filles commencent à affluer, le dernier petit numéro ayant fini une quinzaine de minutes plus tôt. Déjà, ton regard lorgne sur l’une d’elle, pas mal mieux roulée que les autres, ses cheveux bruns détachés et très - trop - légèrement vêtu. « Hey mec, celle-là t’en pense quoi ? Quelle note sur dix ? » Et votre petit jeu. Classer les filles sur dix. Pour ta part, un joli neuf lui conviendrait. Pour une japonaise, elle était quand même bien foutue. C’était presque irrespectueux, coter ainsi les filles qui vous entouraient, se moquant presque méchamment d’elles lorsqu’elles avaient une tare. Mais, pourquoi pas, après tout. Tu n’étais pas de ce qu’il y avait de mieux, niveau politesse. Ou enfin, pas lorsque tu étais écrasé sur la banquette d’un bar, quelques filles allumant les vieux et moins vieux aux regards lubriques. Vous n’étiez pas à quelques tables près de la scène, n’étant pas de ces mecs en manquent de courbes féminines. À une distance respectable, pour pouvoir discuter sans les commentaires salaces des autres et pouvoir admirer la vue.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


My little secrets
MessageSujet: Re: 18+ /!\ Let's get drunk, drunk, drunk, groink! [Kanemori Ikuto]   Dim 3 Fév - 17:42

Comment? Ikuto et casé dans la même phrase? Ça ne fait tellement pas de sens que tu ne peux pas t'empêcher de pouffer de rire. Non, franchement, tu ne peux pas imaginer Ikuto avec une seule femme. C'est pas un type qui a ce genre de pratique ancrée dans la peau. Franchement, Ikuto c'est... Non, c'est un casanova du dimanche, sérieusement. Tu as beau te forcer, c'est une information tout simplement trop risible pour être crédible. Non, tu ne veux même pas croire que c'est vrai. C'est juste impensable, tout simplement. Depuis combien de temps? Assez pour avoir limiter les conquêtes significativement au cours des derniers mois? Non. Ikuto ne gardera pas cette relation plus de quelques jours. C'est impossible, ya pas d'autre portrait. Avec qui il peut bien d'ailleurs s'être casé? Il y a une fille assez naïve en ce monde pour croire qu'Ikuto est un bon choix? Qu'on te laisse-rire. Ça te semble beaucoup trop impensable. Vraiment, la plaisanterie est excellente. Allez Ikuto, cesses de faire semblant. Toutefois, ça ne vient pas du tout. Alors tu te contentes de continuer à boire ta seconde bière. Parce qu'en fait, tu t'en fous. C'est ça qui est bien avec ce Japonais. Tu te fous de lui et de ses histoires, il se fout de toi et des tiennes. Du coup vous pouvez boire et déconner à satiété sans aucun problème. C'est encore mieux que de boire avec des gens qu'on n'apprécie que trop et à qui on risque de cracher des bêtises à la tête par accident. Puis ce qui est bien avec lui, c'est que tu peux parler de tes conquêtes et expériences sexuelles sans qu'il ne joue les jeunes vierges offensées. Ta vulgarité, tu ne la caches pas en sa compagnie. Non, mais on s'entend que si tu allais raconter à YunJie ou WoonJae comment tu baises une fille, tu n'aurais pas du tout le même échange qu'avec Ikuto. C'est un sujet plus normal entre vous deux et la réserve n'existe pratiquement pas. Tu peux nommer toutes les filles qu'il s'est tapées et vice-versa. Enfin, tu pourrais plutôt si tu faisais l'effort de t'en souvenir, parce que, naturellement, tu ne prends pas cette peine, à quoi bon?

Sage, toi? Oui, on pourrait dire ça comme ça. Toutefois, avouer à Ikuto que tu n'as baisé personne depuis lurette, pas question. D'ailleurs, le manque commence à se faire sentir, mais l'envie n'y est plus autant en fait. D'autres choses t'importent plus et il y a ce désir particulier, le seul qu'il semble devoir être comblé, même si c'est impossible en fait, alors tu n'y penses pas vraiment. « Bah comme tu sais, j'ai été blessé. Déchirure du soléaire de la jambe droite. J'ai vraiment eu de la chance de ne pas avoir trop de séquelles, alors on s'entend que les parties de jambe en l'air, c'était à éviter, mais il y a quand quelques filles qui sont venu me procurer quelque plaisir. Une queue dans une bouche, caressée par une langue, c'est presque aussi bien que de la mettre dans un vagin. » Mensonge. Bah oui, c'est vrai, une fille de Busan t'as touché et tout ça, mais rien d'autre. Et encore, cette fois-là, tu n'étais pas complètement là et ça s'est terminé dans un lit, mais c'est surtout parce qu'elle voulait. Tu n'as réalisé qu'en te réveillant le lendemain matin et en la trouvant nue dans ton lit. C'est pas tellement ton genre de battre les filles, mais elle doit encore avoir la trace de ta main sur la fesse tellement tu l'as claquée fort pour la réveiller et la chasser. Mais bon, autant laisser entendre que tu n'es pas seulement masturber seul pendant tout ce temps.

« Ouais, je me demande carrément ce que tu fous casé avec une nana. C'est pas du tout ton genre et ça ne te va pas du tout. T'es mieux avec les douze filles pendues au cou. Enfin, longue vie, » dis-tu pas très convaincu. Non, c'est une nouvelle que tu as beaucoup trop de mal à avaler. Enfin, il fait ce qu'il veut, c'est le cadet de tes soucis et toi, oui toi, tu sais très bien que tu ne vas pas te caser avec une femme sous peu. Plutôt jamais même. Pas qu'elle ne t'intéresse pas. Mais les relations à long terme, tu peux bien t'en passer. Chacun ses goûts.

Une nana se pose près de vous en se déhanchant. Si tu étires le bras, tu pourrais lui attraper le cul sans problème. Quoique ça te prendrais sûrement les deux mains pour le faire correctement. Hum... vraiment pas mal roulée... Enfin, tu te doutes qu'elle s'est fait refaire à la chirurgie les boules, mais bon. Ne jamais juger le degré de plaisir qu'une femme peut apporter à un homme avant d'avoir vu sa pelote. Enfin, niveau appréciation visuelle, il n'y a qu'un truc qui te chicote : elle a un grain de beauté sur le bout du nez. Le genre de truc à faire loucher en roulant une pelle. « Je dirais un bon 8.7. Pas mal pour une Japonaise. Tu crois qu'on se fait foutre dehors si je glisse mon numéro de portable dans son soutien-gorge? Allez, je le fais. » Tu ricanes avant de griffonner ton numéro sur une napkin. Tu siffles la jeune femme pour attirer son attention et agite quelques yens pour qu'elle vienne continuer le numéro à votre table – comme quoi on obtient de tout avec l'argent. Lorsqu'elle se penche vers vous, probablement pour vous donner une admirable vue sur sa poitrine, tu en profites pour glisser ton numéro. Tu fais semblant d'accrocher par accident le bout de son sein pour tester l'état de ses tétines – bah oui, c'est pas une brassière rembourrée qu'elle porte, mais bien une de ces charmante dentelles qui permet de voir à travers le vêtement. Tu lui lances un clin d'oeil alors qu'elle s'éloigne et déplace ta serviette vers sa culotte. Comme c'est excitant.

« Hum, finalement, je corrige, 9.2. Admirable ces seins, ça ne paraît même pas qu'ils sont fait en silicone. » Tu sors ton portable et le pose sur la table. « Avec un peu de chance, je vais terminer la soirée à l'hôtel, non? » Tu avales ce qui te reste de bière et tu en commandes deux autres. La soirée est encore bien jeune et il en faudra bien plus que ça pour vous saoulez. Après tout, vous n'êtes pas des buveurs du dimanche. La bière, ça vous connaît. D'ailleurs, après la prochaine, de la vodka s'impose.

_________________

ΩYou were my bother after all. It's been already two months, but it feels like it was yesterday. I didn't really hated you, I was just being childish to get my revenge for all these years when you did hate me. And now that you're gone, everything's all wrecked up, I don't even know how I feel towards my most precious friends. Is there an hole I'm trying to fill?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Admin | Indie J

My little secrets
MessageSujet: Re: 18+ /!\ Let's get drunk, drunk, drunk, groink! [Kanemori Ikuto]   Lun 4 Fév - 2:13

Tu t’en doutais qu’il allait être étonné. Après tout, ton meilleur ami avait eu la même réaction. Et même Yusheng n’y avait pas cru, au début. Donc, tu ne pus que rire légèrement avec lui. Ce n’était pas étonnant, de toute façon. Tu avais cette réputation de Dom Juan, de celui qui est incapable d’être casé. Les filles ne veulent même pas tenter leurs chances plus qu’une nuit comme elles le savent qu’elles se feront rembarrer. Quoique non. Il y a toujours de ces filles naïves, qui croient encore aux princes charmants. Qui s’imaginent que, parce que tu as couché avec elles, tu vas soudainement tomber fou amoureux d’elle. Mais les contes de fée, ça n’existe malheureusement pas. Tu te souviens de quelques filles, qui se mettaient à pleurer devant toi, te demandant ce qui leur manquait pour que tu t’intéresses à elles. Le problème ce n’est pas elle, c’est le fait même d’avoir une relation dite stable. Certaines t’ont même crié à la tête que tu n’étais qu’un écœurant, un connard. Soit. De toute façon, tu n’es pas capable de supporter une fille qui pleure. C’est chiant, elles te crient aux oreilles et elles deviennent clairement plus laides le visage déformer par les larmes, reniflant de façon plutôt horrible. Tu es de ces insensibles qui ne faiblissent pas devant une fille qui pleure. Après tout, ce n’est pas comme si tu gardais contacts avec tes coups d’un soir. Sauf quelques uns. Mais ça, il faut clairement que la fille soit douée au lit. Ou que tu ais envie de t’amuser.

Sirotant ta bière, tu lui demandas ce qu’il était advenu. Tu savais qu’il avait été blessé, mais où et comment, tu n’y avais pas trop fait attention. Non, ce que tu voulais savoir, c’est combien de fille y avait-il à son compteur depuis. Tu pouffes cependant de rire en l’entendant parler. Quoique, c’est vrai, il marque un point. Tu as toujours préféré les filles qui ont un bon coup de langue à celles qui ont un bon coup de bassin. Tu ne t’étonnes même plus de la vulgarité des propos de celui que tu pourrais dire être ton ami. Bon, tu es franchement moins vulgaire que lui, situation familiale y oblige, et, bien qu’au début, tu haussais un sourcil sceptique face à des propos aussi cru, tu t’y étais habituer. Seulement, au vu de ta situation familiale et de ton rang social, tu avais cependant chassé la vulgarité de ton vocabulaire. Oh, parfois, quelques jurons viennent se glisser dans ton vocabulaire, mais il faut que tu sois réellement en colère - ou saoul - pour en sortir plus d’un à l’heure. Disons que tu as toujours eu un vocabulaire soigné, voilà tout. Mais ce n’est pas pour te montrer plus intelligent ou autre, c’est simplement que tu y as pris l’habitude. Et ça ne t’empêche pas de discuter avec le coréen sans aucun problème. « Et l’une d’elle n’aurait pas été ton infirmière par hasard ? Ça ferait tellement cliché film de cul ça. » Tu affiches un sourire moqueur. Tu pris une autre gorgée de ta bière, regardant les quelques filles qui se promenaient entre les tables. Oh, le spectacle était assez intéressant, tu devais te l’avouer. Et aucune once de remord vis-à-vis ta copine.

Suite à sa réponse, tu avais précisé que, niveau conquête, tu n’étais pas tellement mieux que lui. Il avait été blessé, c’était bien normal. Toi, tu étais casé. En couple. Officiellement. Tu n’avais donc techniquement pas le droit d’être ici, par pur principe moral. Mais des principes ? Quels principes ? Ce n’est pas comme si tu en avais. Et puis, tu te foutais pas mal de ce que pouvais penser Ayaka. Elle ne s’intéressait que très rarement à où tu étais lorsque tu n’étais pas avec elle. Cependant, tu prends un air détaché. Pas besoin de lui dire les véritables causes de ta mise en couple avec elle. Parce que ça te rendait malade de savoir que l’évidence était là. « Disons simplement que mes parents ont commencés à mettre de plus en plus souvent le sujet fiançailles sur le tapis. Et, tant qu’à me coltiner une fille, c’est mieux que je puisse la choisir. Et puis, Ayaka, je ne le cacherai pas, c’est sûrement l’un de mes meilleurs coups au lit et elle à une langue à faire damner un saint. Elle est pas chiante et m’empêche pas de sortir. Chouette quand même, non ? » Bon, qu’on se l’avoue, elle était clairement bonne au lit, ta copine. Un peu comme Reiko. Reiko aussi avait été un de tes meilleurs coups. Mais le simple fait de penser à cette fille te faisait serrer la main autour de ta bouteille de bière. Tu aurais bien envie de lui fracasser cette bouteille sur la tête, tiens. Qu’elle cesse de faire cette foutue émission avec Yusheng.

Toujours de ces idées. Cependant, je secoue doucement la tête, lui signifiant silencieusement qu’il pouvait le faire. Elles sont là pour ça, faire plaisir et peut-être même se faire tripoter par des mains trop baladeuses. Tu descends ta bouteille, rigolant alors que Dae Hyun inscrit son numéro de téléphone sur une napkin. Ces filles, elle ferait n’importe quoi pour de l’argent. Tu lui donnerais quelque yens qu’elle viendrait te tailler une pipe, ici et maintenant, sous la table, alors que tu discuterais avec Dae Hyun. Mais bon, elle n’est sûrement pas aussi talentueuse que ta copine, comme elle ne ferait ça que pour le boulot. Alors qu’Ayaka, elle s’y donne vraiment à fond lorsqu’elle s’y met. « Tiens, plus généreux que moi. Je lui aurais donné un neuf. C’est toujours plus marrant lorsque la fille semble vouloir émettre un peu de résistance, juste pour la forme. » Tu n’aimes pas celles qui te tombent directement dans la main - ou dans le lit, enfin -. C’est beaucoup moins divertissant. Celles qui s’opposent, un peu, avant de te suivre la tête baissée, voilà ce qui te plait. Un léger défi, c’est toujours plus marrant. Tu laisse Dae Hyun commander une autre bière. À la prochaine, tu te prendrais sûrement du rhum ou de la vodka. Tu as le temps d’y penser.

Prenant la nouvelle bière qui vient d’atterrir entre tes mains, tu en prends encore une gorgée. Le pourcentage d’alcool n’est pas bien fort dans ces bouteilles. Et tu n’es pas de ceux qui donnent des défis à tout va. De quoi te rendre malade. Et tu as toujours trouvé que cela manquait de classe. « Elle semble quand même être un bon coup, je te l’admets. Et, si elle a bon goût, elle préférera t’appeler toi que l’homme presque obèse qui vient de lui taper de façon assez admirable son cul. Elle a un beau cul, ça je te l’accorde. » Le genre de cul qui tient parfaitement en place, ronds et agréable à toucher et à mater. Finalement, tu es plutôt content d’être ici, en sa compagnie. Cela te fait une soirée de moins à ruminer dans ta chambre, sans tout comprendre les méandres de ton cœur et de ta tête. Un peu comme lorsque tu sors avec Lily. Enfin, sortir, c’est un bien grand mot. Tu l’amènes généralement jusqu’à chez le psychologue puis vous faite un tour en ville. Tu apprécies bien cette fille-là pour tout dire. « Alors, tu deviens quoi, avec le groupe et tout ? Tu as réussi à reprendre le rythme ? » Tu ne parles pas de sa blessure ni rien. C’est une question des plus superficielles à vrai dire. Hors, cela vous permettrait peut-être de déboucher sur un sujet de conversation quelconque. Prendre des nouvelles de l’autre, discuter paisiblement autour d’une bonne bière ou verre de vodka. Au fond, ce soir, tu n’as besoin de rien de plus. Ta tête tourne vers les filles qui déambulent entre les tables. Tu grimaces légèrement. « Cinq pour celle-là. C’est possible d’engager des thons comme elle dans un endroit comme celui-ci ? » Toi, respectueux ? Malheureusement trop peu envers la gente féminine. Il y a qu’avec Dai ou Lily que tu te montres mieux, un peu plus respectueux. Mais sinon...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


My little secrets
MessageSujet: Re: 18+ /!\ Let's get drunk, drunk, drunk, groink! [Kanemori Ikuto]   Mer 13 Fév - 15:23

Pour ta part, qu'elle s'oppose ou non, tant qu'elle finit dans ton lit, tout est parfait. C'est intéressant le défi, mais il y a de ces saintes nitouches qui vous donnent du fil à retordre pour ne finalement jamais succomber à vos charmes. Ou si. Mais plutôt que de vous suivre à l'hôtel et prendre une chambre, elles croient que vous êtes l'homme de leur vie et ne rêvent que de rester indéfiniment avec vous. Il n'y a rien de plus chiant que de se coltiner ce genre de femmes. Même quand vous faites tout en votre pouvoir pour les convaincre que vous n'avez pas d'intérêt pour elles, elles finissent tout de même par continuer à vous pourchasser. Même quand vous agissez comme un pauvre connard, leur passion ne s'éteint pas et elles croient alors pouvoir vous changer grâce à la puissance de leur amour. En gros, ce ne sont que des foutaises et on n'en retire aucun bienfait. En plus, on se retrouve à se masturber soi-même et gaspiller ce précieux liquide de vie parce qu'on n'a pas pu assouvir ses pulsions. Enfin, personnellement, tu le gaspilles toujours parce que, malgré tout, tu ne baiserais jamais une fille sans porter de condom. Te retrouver père d'un enfant sorti de l'utérus d'une femme dont tu te balances, très peu pour toi. En fait, le rôle de père, très peu pour toi tout simplement. Honnêtement. De toute façon, tu es beaucoup trop jeune et ensuite, ta profession ne te le permet pas. Pas du tout même. Tu n'as pas envie de te faire renvoyer sous prétexte que tu as engrossé une femme. Jamais. D'ailleurs, tu ne laisses jamais le moyen à tes conquêtes de te recontacter ultérieurement. C'est trop de travail à gérer. Enfin bref. Les nymphomanes, c'est ce qu'il y a de mieux. Elles veulent du cul pour du cul et toi tu n'en demandes pas plus.

« Un très beau cul même. Il doit être très agréable à agripper pendant l'acte, tu ne crois pas? Enfin, il faut espérer qu'elle ne soit pas une idiote et qu'elle n'aime pas se faire embrasser en même temps. Je déteste le son des gémissements étouffés par un baiser. Ça me dégoûte totalement et brise mon propre plaisir. »

Tu portes ta bière à bouche et tu bois à longues goulée, comme si c'était du jus. Tu bois assez souvent pour ne pas siroter ta boisson, en ayant peur de te prendre une cuite après cinq gorgée parce que tu aurais bu trop vite. Ta résistance est rendue très élevée. Enfin, tu as eu le temps de l'améliorer depuis tes quinze ans. Par contre, ça te déplaît qu'Ikuto aborde la question de ton groupe et de ta réhabilitation. Ça te fait pense au décès de ton frère et ça t'est très douloureux. Enfin, tu caches bien combien c'est un sujet inconfortable et tu te contentes de répondre le plus simplement possible.

« T'as pas vu notre nouveau single, Bounce? Je pense que ça dit tout. »

Effectivement, tu as pu participer au dernier single et maintenant ça va mieux. Tu n'as pas tellement de mal à récupérer sur les autres membres du groupe. Tu dois seulement faire un peu semblant. À cause de ta blessure. Enfin, celle que tout le monde crois que tu as eu. Celle qui est inexistante en gros.
Tu regardes la fille qu'Ikuto décrit comme étant un thon et tu ne peux qu'approuver. Sans avoir un charmant visage, elle est informe, plate. On ne dirait même pas une femme. Tu fais la grimace. Franchement, elle te coupe toute envie de sexe avec une apparence comme ça. Ça arrive parfois que les nanas qui travaillent dans ce genre d'endroits soient un peu moche du visage, mais généralement, elles ont un corps très formé. Là, c'est... juste hideux, pas regardable en fait. « Vraiment, elle est horrible. » Tu avales d'une traite le reste de ta bouteille et tu commandes un verre de rhum. Tu n'aimes pas vraiment la boisson forte en fait, mais tu as besoin de te saouler la gueule ce soir. Pour une raison mystérieuse. Ou pas. Tu en as juste... envie. En fait, ça te démange d'être saoul. Beaucoup.

« Sinon toi, ça va avec ton groupe, entre la copine et le reste?¸ » Ouais, tu ne veux pas vraiment que la conversation soit centrée sur toi. Tu as peur de déballer ton sac. Et c'est pas devant Ikuto que tu voudrais le faire. Parce qu'il s'en fiche. En fait, ça serait juste étrange. C'est pas ça votre relation et ça ne pourra jamais être ça. C'est justement parce que c'est comme ça que vous vous appréciez : il n'y a pas besoin de mettre sa vie personnel dans le tableau, ça se déroule bien sans ça et ça vous permet d'oublier ce que vous voulez oublier justement.

_________________

ΩYou were my bother after all. It's been already two months, but it feels like it was yesterday. I didn't really hated you, I was just being childish to get my revenge for all these years when you did hate me. And now that you're gone, everything's all wrecked up, I don't even know how I feel towards my most precious friends. Is there an hole I'm trying to fill?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



My little secrets
MessageSujet: Re: 18+ /!\ Let's get drunk, drunk, drunk, groink! [Kanemori Ikuto]   

Revenir en haut Aller en bas
 

18+ /!\ Let's get drunk, drunk, drunk, groink! [Kanemori Ikuto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

+

 Sujets similaires

-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Drunk on love (2)
» Let's get drunk and tell eachother everything we're too afraid to say sober [Feat. Alejandro] ~Le Marais~
» Got me feeling drunk and high. So high. (Mag)
» You're young, you're drunk, you have knives; shit happens...” [Lou&Sin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Closed Doors :: Japan - Tokyo :: Shinjuku :: Kabukicho-